DCB/DBC Mobile beta
+

DCB/DBC News

New Biographies

Minor Corrections

Biography of the Day

HOUDE, FRÉDÉRIC – Volume XI (1881-1890)

b. 23 Sept. 1847 at Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup (Louiseville), Canada East

Confederation

Responsible Government

Sir John A. Macdonald

From the Red River Settlement to Manitoba (1812–70)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports

The Fenians

Women in the DCB/DBC

The Charlottetown and Quebec Conferences of 1864

Introductory Essays of the DCB/DBC

The Acadians

For Educators

The War of 1812 

Canada’s Wartime Prime Ministers

The First World War

FILLION, MICHEL, huissier, arpenteur, secrétaire du gouverneur Pierre Dubois Davaugour, greffier de la Sénéchaussée et du Conseil souverain, substitut du procureur général, procureur fiscal, juge sénéchal et notaire royal, né vers 1633 à Saint-Germain-l’Auxerrois, en Bourgogne, décédé le 6 juin 1689 et inhumé le jour suivant à Beauport. Il ne faut pas le confondre avec un contemporain nommé Michel Feuillon, établi à Champlain.

Fils d’André Fillion et de Gabrielle Senler (Senlet ou Sanlerg), Fillion arriva au Canada avant le 10 avril 1654, date où on le trouve huissier à Québec. Il exerça diverses fonctions : entre autres, celles de greffier de la Sénéchaussée, en 1662, de notaire royal, par commission du Conseil souverain datée du 23 septembre 1663, et, peu après, de greffier de ce même conseil. Il exerça le notariat jusqu’à sa mort, survenue à Beauport le 6 juin 1689, après une interruption de trois ans (1671–1674) pendant lesquels il était « tombé en démence d’esprit ».

Le 26 septembre 1661, dans la paroisse Notre-Dame de Québec, il avait épousé Marguerite Auber, veuve de Martin Grouvel. Elle vivait encore le 22 avril 1693. C’est donc par erreur que Tanguay lui attribue un second mariage en 1667. Il s’agit plutôt du mariage de son frère Antoine, résidant à Québec même, d’après le recensement de 1667, et disparu ensuite prématurément. Michel Fillion, qui n’avait pas eu d’enfants, adopta deux de ses neveux orphelins, Jean et Antoinette. Ainsi s’éclaircit le mystère de sa prétendue descendance.

Le Journal des Jésuites, en février 1661, mentionne un nommé Fillon, qui avait « assisté à la musique » avec Pierre Duquet de La Chesnaye. Peut-on voir en ce musicien notre Michel Fillion ? Son compagnon, Duquet, il est vrai, était notaire aussi ; mais qui nous assure qu’il n’y avait pas alors à Québec un autre personnage nommé Fillon, plus expert en musique que Michel Fillion ? Celui-ci a toujours signé ainsi, et bien lisiblement.

Honorius Provost

AJQ, Greffe de Michel Fillion, 1660–88 ; Greffe de François Genaple, 22 avril 1693.— AJTR, Greffe de Séverin Ameau, 17 mars 1665 ; Greffe de Jacques de La Touche, 15 oct. 1668.— ASQ, Documents Faribault, 94.— JJ (Laverdière et Casgrain).— JR (Thwaites).— Jug. et délib.— Papier terrier de la Cie des I.O. (P.-G. Roy), 108.— BRH, XLIX (1943) : 372s.— Les Notaires au Canada, RAPQ, 1921–22 : 20, 22.— J.-E. Roy, Histoire du notariat, I : 92–94 et passim.— Tanguay, Dictionnaire.

Bibliographie de la version révisée :
Bibliothèque et Arch. nationales du Québec, Centre d’arch. de Québec, CE301-S1, 26 sept. 1661 ; CE301-S5, 7 juin 1689.

General Bibliography

Cite This Article

Honorius Provost, “FILLION, MICHEL,” in Dictionary of Canadian Biography, vol. 1, University of Toronto/Université Laval, 2003–, accessed 23 septembre 2023, http://www.biographi.ca/en/bio/fillion_michel_1E.html.

The citation above shows the format for footnotes and endnotes according to the Chicago manual of style (16th edition). Information to be used in other citation formats:


Permalink:   http://www.biographi.ca/en/bio/fillion_michel_1E.html
Author of Article:   Honorius Provost
Title of Article:   FILLION, MICHEL
Publication Name:   Dictionary of Canadian Biography, vol. 1
Publisher:   University of Toronto/Université Laval
Year of publication:   1966
Year of revision:   2016
Access Date:   23 septembre 2023