DCB/DBC Mobile beta
+

DCB/DBC News

New Biographies

Minor Corrections

Biography of the Day

Confederation

Responsible Government

Sir John A. Macdonald

From the Red River Settlement to Manitoba (1812–70)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports

The Fenians

Women in the DCB/DBC

The Charlottetown and Quebec Conferences of 1864

Introductory Essays of the DCB/DBC

The Acadians

For Educators

The War of 1812 

Canada’s Wartime Prime Ministers

The First World War

DESCHAMPS DE BOISHÉBERT, HENRI-LOUIS, écuyer, aide-major de Québec, capitaine dans les troupes de la marine, commandant de Détroit, né à la Rivière-Ouelle le 7 février 1679, décédé à Québec le 6 juin 1736.

Depuis le xve siècle, la famille Deschamps, originaire de Normandie, avait toujours compté dans ses rangs des écuyers et des chevaliers. Henri-Louis, quatrième fils de Jean-Baptiste-François et de Catherine-Gertrude Macard, s’engagea dans les troupes de la marine, vers la fin des années 1690. On peut dire qu’il fut un bon soldat, plein d’initiative, si l’on en juge par son avancement au cours de ses années de service, jusqu’à sa promotion au grade de lieutenant, en 1715, ainsi que par les éloges que lui accordaient ses supérieurs. En 1702, le gouverneur de Callière l’envoya à Michillimakinac, pour enquêter sur les agissements de Charles Juchereau de Saint-Denys et de Pierre Le Sueur, qui étaient soupçonnés de se livrer illégalement à la traite des fourrures. Boishébert découvrit que les deux hommes, ainsi que plusieurs autres, trafiquaient ouvertement avec les Indiens, en dépit des ordonnances royales, mais ses efforts pour remédier à cette situation ne rencontrèrent qu’indifférence et moqueries. Dans une lettre à Callière, il s’exprimait en ces termes : « il est très avantageux, Monsieur, et honorable pour moy d’estre chargé de vos ordres mais il est aussi très facheux de navoir pour touttes forces que du papier et de lancre pour les faire executter ».

Pendant presque toute la guerre de Succession d’Espagne, Boishébert servit en dehors du Canada. En 1705, il participa à la garde des ports de Terre-Neuve et à la capture de trois vaisseaux anglais, près de Boston. Deux ans après, il s’embarqua sur un corsaire, commandé par Alexandre Leneuf de La Vallière de Beaubassin, qui patrouilla l’Atlantique sans grand résultat. En 1710, il fut choisi pour conduire les renforts que Rigaud de Vaudreuil envoyait en Acadie, pour aider le gouverneur Auger de Subercase à repousser les attaques anglaises. Malgré ces secours, Port-Royal (Annapolis Royal, N.-É.) se rendit aux troupes anglaises, le 2 octobre, et Boishébert revint au Canada. Jusqu’à la fin de la guerre, il travailla aux fortifications de Québec, en qualité d’adjoint de l’ingénieur en chef, Dubois* Berthelot de Beaucours. En 1713, il fit un relevé topographique des côtes du Labrador et dressa des cartes qui furent envoyées au ministère de la Marine.

Après un voyage en France en 1716, Boishébert s’établit à Québec, où il avait été nommé aide major. Il s’intéressa à l’exploitation de sa seigneurie de La Bouteillerie pour laquelle son père avait déjà dépensé environ 50 000#, mais qui ne rapportait que 900# par an. En 1721, le gouvernement accorda en commun à Boishébert et Philippe Peire les droits exclusifs de la pêche au marsouin, au large de La Bouteillerie et de Kamouraska, ainsi qu’une subvention de 400# par an. L’entreprise fut, malheureusement, peu prospère et le gouvernement lui retira son appui en 1732.

Promu au grade de capitaine en 1728, Boishébert fut nommé commandant de Détroit deux ans plus tard. À peu près à la même époque, les autorités de la colonie mirent en vigueur un nouveau règlement dans le but de mettre fin aux abus qui avaient cours depuis longtemps, dans ce poste. Il était désormais strictement interdit au commandant de se livrer à la traite des fourrures. Pour payer les salaires, assurer l’administration et faire des cadeaux aux Indiens, il avait le droit de vendre des permis aux gens qui voulaient faire la traite dans son poste. En 1730, dans son rapport sur les conditions dans la colonie, Payen* de Noyan déclarait que ce système, assurait au commandant un revenu de 8 000 à 10 000# par an.

Boishébert respecta ce nouveau règlement et, contrairement à Lamothe Cadillac [Laumet] et Alphonse Tonty, ses deux célèbres prédécesseurs, il put rester en bonnes relations avec les colons de Détroit. Il montra en outre un intérêt particulier pour le développement de l’agriculture et la récolte de blé de 1735 s’éleva approximativement à 1470 boisseaux. Il eut toujours de bons rapports avec les Indiens. En 1732 et 1733, plusieurs détachements de guerriers partirent de Détroit pour attaquer les Renards et les Chicachas.

Il semble que Boishébert quitta Détroit en 1734. Il mourut subitement à Québec, d’une attaque d’apoplexie, le 6 juin 1736.

Il avait épousé, le 10 décembre 1721, Louise-Geneviève de Ramezay, fille du gouverneur de Montréal. Ce fut un événement mondain d’une très grande importance, si l’on en juge par les nombreuses signatures de notabilités canadiennes qui figurent au contrat de mariage. Mme de Boishébert mourut à l’Hôpital Général de Québec le 13 octobre 1769. Les Boishébert avaient eu trois filles et deux fils. L’une des filles se fit religieuse et les deux autres épousèrent les fils d’éminentes familles canadiennes, les Saint-Ours Deschaillons et les Tarieu de Lanaudière. Le fils aîné, Claude-Louis, mourut alors qu’il était encore enfant. Le deuxième fils, Charles Deschamps* de Boishébert et de Raffetot, s’engagea dans les troupes de la marine, en 1742, à l’âge de 15 ans, et se distingua dans les campagnes de la guerre de Succession d’Autriche et de la guerre de Sept-Ans.

Yves F. Zoltvany

AJM, Greffe de Michel Lepallieur, 10 juin 1721.— AN, Col., B, 27, 29, 33, 35, 38, 39, 41, 42, 59 ; Col., C11A, 20, 29, 30, 37, 40, 52, 54, 56, 57, 59, 65 ; C11G, 3, 5 ; Col., F3, 10, 12 ; Col., D2C, 47, 49.— Correspondance de Vaudreuil, RAPQ, 1946–47 :426, 459 ; 1947–48 : 155, 169, 238, 282, 305, 338.— Lettres de noblesse (P.-G. Roy), II : 32–58.— Michigan Pioneer Coll., XXXIII, XXXIV.— P.-G. Roy, Inv. ord. int., I : 194–196, 199.— Eccles, Canada under Louis XIV, 245.— J.-N. Fauteux, Essai sur l’industrie.— G. Frégault, François Bigot, administrateur français (2 vol., Montréal, 1948).— P.-G. Roy, La famille Deschamps de Boishébert (Lévis, 1906).— Sulte, Jean-Baptiste-François Deschamps de La Bouteillerie, BRH, XII (1906) : 112s.

General Bibliography

Cite This Article

Yves F. Zolwany, “DESCHAMPS DE BOISHÉBERT, HENRI-LOUIS,” in Dictionary of Canadian Biography, vol. 2, University of Toronto/Université Laval, 2003–, accessed 2 juin 2023, http://www.biographi.ca/en/bio/deschamps_de_boishebert_henri_louis_2E.html.

The citation above shows the format for footnotes and endnotes according to the Chicago manual of style (16th edition). Information to be used in other citation formats:


Permalink:   http://www.biographi.ca/en/bio/deschamps_de_boishebert_henri_louis_2E.html
Author of Article:   Yves F. Zolwany
Title of Article:   DESCHAMPS DE BOISHÉBERT, HENRI-LOUIS
Publication Name:   Dictionary of Canadian Biography, vol. 2
Publisher:   University of Toronto/Université Laval
Year of publication:   1969
Year of revision:   1991
Access Date:   2 juin 2023