DCB/DBC Mobile beta
+

DCB/DBC News

New Biographies

Minor Corrections

Biography of the Day

HOUDE, FRÉDÉRIC – Volume XI (1881-1890)

b. 23 Sept. 1847 at Saint-Antoine-de-la-Rivière-du-Loup (Louiseville), Canada East

Confederation

Responsible Government

Sir John A. Macdonald

From the Red River Settlement to Manitoba (1812–70)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports

The Fenians

Women in the DCB/DBC

The Charlottetown and Quebec Conferences of 1864

Introductory Essays of the DCB/DBC

The Acadians

For Educators

The War of 1812 

Canada’s Wartime Prime Ministers

The First World War

LEDUC, ANNE-FRANÇOISE, dite Saint-Joseph, religieuse hospitalière de Saint-Joseph, supérieure, née à Montréal le 14 mars 1664, fille de Jean Leduc et de Marie Soulinié (Souligny), décédée à Montréal le 22 octobre 1750.

Anne-Françoise Leduc entra chez les hospitalières de Saint-Joseph de Montréal en 1694 et fit sa profession en 1696. Elle fut une des premières Canadiennes à entrer à l’Hôtel-Dieu de Montréal et sa sœur Marie, qui la précéda en communauté, fut la première hospitalière native de Montréal.

Sœur Saint-Joseph était maîtresse des novices lorsqu’en 1714 elle tomba gravement malade, atteinte d’un néoplasme épithéliomateux, et il n’y avait, semble-t-il, qu’une solution : l’opération. Sœur Saint-Joseph, selon le témoignage de la mère Jeanne-Françoise Juchereau* de La Ferté, écrivit à la supérieure de l’Hôtel-Dieu de Québec, Marie-Charlotte Aubert de La Chesnaye, dite de Saint-Michel, la priant de « trouver bon qu’elle vint » à Québec « pour se faire guérir d’un cancer qu’elle avoit au sein, ne pouvant se fier pour une opération si douloureuse qu’à Monsieur [Michel] Sarrazin* ». Au mois de mai, elle se rendit donc à Québec où elle fut opérée par le célèbre chirurgien. L’intervention chirurgicale fut un succès, car à la fin du mois de juillet après une brève convalescence, la religieuse fut suffisamment rétablie pour pouvoir visiter les ursulines, les prêtres du séminaire, les pères jésuites et les pères récollets. Elle revint à Montréal peu de temps après.

En 1717, elle fut nommée supérieure de l’Hôtel-Dieu, poste qu’elle occupa jusqu’en 1720. En 1721, un incendie (le second) ravagea l’hôpital, et ce ne fut que deux ans plus tard que les travaux de reconstruction commencèrent. Ils s’effectuèrent lentement, car sœur Saint-Joseph, alors dépositaire, n’avait pas les fonds voulus pour accomplir les travaux. Sœur Marie Morin* écrit dans ses annales : « Ma sœur st Joseph, de son cauté, emplois tout son savoir faire qui n’est pas petit pour amasser des matériaux pandant cet hivert afin de recommencer a faire travailler quand Dieu nous aura donné dequoy. » Les autorités civiles et religieuses, plus particulièrement Mgr de Saint-Vallier [La Croix*] s’inquiétaient de la lenteur des travaux. L’évêque de Québec écrivait de temps en temps à la supérieure, Charlotte Gallard*, l’incitant à hâter la reconstruction de l’hôpital. Mais que pouvait faire sœur Saint-Joseph pour accélérer les travaux, « ce voyant sans moyen et esperance dan avoir quapres larivee du navire de Roy, qui narives de France ordinarement, que vers le 15e sepbre pour le plutost » ? Saint-Vallier voulait qu’on terminât les travaux malgré la disette. Sœur Leduc prétendit que c’était impossible et proposa de louer, pour une année encore, une partie de la maison des Frères hospitaliers de la Croix et de Saint-Joseph. L’évêque refusa une telle solution, et, croyant à l’inertie de la dépositaire, il la remplaça par sœur Marie-Clémence Guénet à l’été de 1724. Toutefois, peu après, sur les instances du père François, récollet, ami de sœur Leduc, Saint-Vallier la rétablit dans ses fonctions de dépositaire.

En 1739, cinq ans après le troisième incendie de l’Hôtel-Dieu, sœur Saint-Joseph fut appelée à remplacer la supérieure, Françoise Gaudé, et ainsi à s’occuper, encore une fois, de la reconstruction des bâtiments, alors que les ressources étaient presque nulles. En 1742, une nouvelle gratification royale et quelques dons particuliers, dont 2 000# du sulpicien Pierre Le Sueur, permirent de reprendre la reconstruction de toutes les bâtisses qui furent achevées deux ans plus tard.

Après avoir terminé son mandat comme supérieure en 1745, Anne-Françoise Leduc se retira et mourut le 22 octobre 1750, à l’âge de 86 ans après 54 années de vie religieuse.

Hélène Bernier

AHSJ, Annales de sœur Marie Morin, 1697–1725 ; Annales de sœur Véronique Cuillerier, 1725–1747.— Juchereau, Annales (Jamet).— Premier registre de léglise de Notre-Dame de Montréal (Montréal, 1961).— Mondoux, LHôtel-Dieu de Montréal.

General Bibliography

Cite This Article

Hélène Bernier, “LEDUC, ANNE-FRANÇOISE,” in Dictionary of Canadian Biography, vol. 3, University of Toronto/Université Laval, 2003–, accessed 23 septembre 2023, http://www.biographi.ca/en/bio/leduc_anne_francoise_3E.html.

The citation above shows the format for footnotes and endnotes according to the Chicago manual of style (16th edition). Information to be used in other citation formats:


Permalink:   http://www.biographi.ca/en/bio/leduc_anne_francoise_3E.html
Author of Article:   Hélène Bernier
Title of Article:   LEDUC, ANNE-FRANÇOISE
Publication Name:   Dictionary of Canadian Biography, vol. 3
Publisher:   University of Toronto/Université Laval
Year of publication:   1974
Year of revision:   1974
Access Date:   23 septembre 2023