DCB/DBC Mobile beta
+

MACALLUM, ARCHIBALD, éducateur et auteur, né le 1er août 1824 à Killmichell, dans le comté d’Argyll, en Écosse, fils de Donald Macallum et de Mary Macalpine Barramollach ; épousa Maria Adams puis, en secondes noces (1859), Mary Biggar ; décédé le 29 juin 1879 à Hamilton, Ont.

Archibald Macallum était âgé d’environ six ans lorsque sa famille émigra dans le Haut-Canada et s’installa dans le canton de East Hawkesbury. Il ne fit guère d’études avant d’entrer à l’école normale de Toronto, en 1847 ; il y obtint le premier certificat de première classe jamais décerné au Canada-Ouest. L’année suivante, il fut nommé professeur titulaire à l’école modèle de Toronto. L’University of Toronto lui décerna un baccalauréat ès arts en 1864, puis une maîtrise ès arts en 1866 et un baccalauréat en droit en 1877.

En 1853, Macallum refusa de devenir principal de la Central School, qui venait d’être fondée à Hamilton, et recommanda que l’on nomme à ce poste son adjoint, John Herbert Sangster*. Macallum préféra devenir directeur de l’école modèle de Toronto. Toutefois, en 1858, Sangster donna sa démission de la Central School, et Macallum accepta l’offre renouvelée de devenir principal de cet établissement. Il fut nommé surintendant des écoles de Hamilton en 1870, et inspecteur en 1871. Pendant qu’il exerça cette fonction, on construisit le premier collège (d’abord appelé école secondaire) ainsi que sept nouvelles écoles élémentaires publiques.

En 1861, Macallum fut l’un des fondateurs de la Teachers’ Association of Canada West (qui devait devenir l’Ontario Educational Association) et il en fut le vice-président jusqu’en 1865. On le considérait comme un éducateur aux vues progressives ; il s’éleva contre la discrimination raciale, accorda son appui à la cause de l’égalité de la femme, encouragea les institutrices à devenir membres de l’Educational Association. De plus il évoqua la nécessité de l’enseignement commercial, de l’enseignement de la couture pour les jeunes filles, et suggéra d’autres innovations que l’on considérait à l’époque comme des « fantaisies inutiles ». Dans une allocution qu’il prononça en 1862, il recommanda également de n’user des châtiments corporels qu’en dernier ressort et à la place du renvoi pur et simple.

Macallum est l’auteur de quatre manuels qui paraissent avoir connu un succès considérable bien qu’ils ne semblent pas avoir été officiellement autorisés. Il y eut neuf éditions en trois ans de son anthologie, Literary extracts, et dans la préface de la deuxième édition on précise que 3 000 exemplaires furent vendus en dix jours. Il prit une part active à la vie de l’église Centenary de Hamilton et fut l’un des deux membres canadiens de l’International Sunday School Lesson Committee, fondé en 1872. Il fit également partie du conseil d’administration du Wesleyan Female College (appelé plus tard Hamilton Ladies College).

En 1879, l’année de sa mort, il était président de la St Andrews Society, et il avait participé activement à la fondation de la Caledonia Society, à Hamilton. Il était franc-maçon, membre du bureau de rite écossais. Il fut membre du conseil d’administration de la Canada Fire and Marine Insurance Company, de la Hamilton Street Railway Company et de la Canada Loan and Banking Company. Sa femme lui survécut, ainsi qu’un fils et quatre filles.

Freda F. Waldon

Archibald Macallum, An eclectic grammar, practical and analytical of the English language [...] (Hamilton 1867) ; Manual of dates with brief notes, in Canadian, English, ancient and modern history, for the use of public schools in the Dominion of Canada (Hamilton, 1870) ; Synopsis of natural history ; in explanation of the author’s chart of natural history (Toronto, 1857).— Archibald Macallum et J. M. Buchan, Literary extracts to aid pupils who are preparing for examination in English literature for admission to high schools [...] (Toronto, [1878] ; 9e éd., Toronto, 1881).

Hamilton Board of Education, Proceedings of the Board of Trustees for Common Schools for the City of Hamilton, I–IV.— Hamilton Public Library, coupure d’un journal de Hamilton, 30 juin 1879, notice nécrologique d’Archibald Macallum.— Documentary history of education in Upper Canada (Hodgins), VII : 283 ; VIII : 254 ; IX : 161s. ; XI : 16, 168, 279, 282 ; XIV : 53.— Cyclopædia of Can. biog. (Rose, 1888), 738s.— Register of the University of Toronto for the year 1920 (Toronto, [1920]).— E. C. Guillet, In the cause of education ; centennial history of the Ontario Educational Association, 1861–1960 (Toronto, 1960).— J. G. Hodgins, The establishment of schools and colleges in Ontario, 1792–1910 (3 vol., Toronto, 1910), I : 72–107.— J. H. Smith, 1853–1903, the Central School jubilee re-union, August 1903 ; an historical sketch (Hamilton, 1905).— L. T. Spalding, The history and romance of education (Hamilton), 1816–1950 ([Hamilton, 1950]).— Toronto Normal School, 1847–1897, jubilee celebration, 1897 [...] (Toronto, 1898).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Freda F. Waldon, « MACALLUM, ARCHIBALD », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 28 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/macallum_archibald_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/macallum_archibald_10F.html
Auteur de l'article:   Freda F. Waldon
Titre de l'article:   MACALLUM, ARCHIBALD
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   28 juillet 2014