DCB/DBC Mobile beta
+
Titre original :

Provenance : Lien

BREEN, WILLIAM WRIGHT, athlète et homme d'affaires, né le 6 décembre 1882 à Winnipeg, fils de Richard Breen, gardien du Bureau des terres de la Puissance à Winnipeg, et de Sarah Ann Wright ; le 7 janvier 1911, il épousa à Moose Jaw, Saskatchewan, Mabel Campbell Rankin, et ils eurent un fils ; décédé le 3 septembre 1927 à Rochester, Minnesota, et inhumé trois jours plus tard à Winnipeg.

Mieux connu sous le nom de Billy Breen, William Wright Breen se rangeait parmi les meilleurs athlètes de Winnipeg au début du xxe siècle. Bouliste et golfeur accompli, il excellait au soccer dans sa jeunesse. Toutefois, c'est sur la glace qu'il acquit une renommée nationale. Sa carrière illustre à la fois les embûches sur lesquelles butaient les plus grands hockeyeurs de son époque et les possibilités qui s'offraient à eux.

Breen appartenait à une famille respectée de Winnipeg. Venus directement d'Irlande au début des années 1880, ses parents avaient contribué à la fondation de l'église méthodiste Young. Dès ses années d'études à la Mulvey School et au Central Collegiate, Breen manifesta des talents sportifs. De 1899 à 1907, il appartint soit au Winnipeg Hockey Club, soit au club de hockey du Winnipeg Rowing Club. Les organisations dont il était membre faisaient toujours partie de la meilleure ligue senior amateur du Manitoba, qui, dans ces années-là, était toujours parmi les meilleures au Canada. Pendant cinq des huit saisons où il y joua, Breen se classa meilleur compteur de la ligue. En 1903–1904, il fut l'un des joueurs étoiles de l'équipe du Rowing Club, qui affronta les Silver Seven d'Ottawa [V. Francis Clarence McGee*] pour la coupe Stanley. Pendant cette série chaudement disputée, l'équipe winnipegoise perdit deux des trois matchs, et sept de ses neuf joueurs subirent des blessures. La liste des blessés parue dans le Manitoba Free Press mentionne que Breen était « contusionné et rompu ».

En 1907–1908 et en 1908–1909, Breen joua dans une ligue professionnelle de hockey du Manitoba. Celle-ci remporta peu de succès et mit fin à ses activités au début de 1909. Les difficultés qu'elle avait connues étaient alors communes aux ligues professionnelles dans bien des sports : jeu d'une extrême violence, matchs « arrangés » ou prétendus tels, ruptures de contrats et d'ententes par des joueurs et des propriétaires, équipes démantelées en pleine saison.

Après son séjour dans cette ligue professionnelle, Breen ne joua plus jamais dans une équipe de fort calibre. Contrairement aux autres Manitobains qui acceptèrent les offres de clubs professionnels de l'Est canadien, des États-Unis ou, à compter de 1911, de la côte du Pacifique, il choisit de rester dans sa ville. On ignore pourquoi. Peut-être se trouvait-il un peu trop petit pour le hockey professionnel (il mesurait environ cinq pieds six pouces et pesait 140 livres). Peut-être son âge entra-t-il en ligne de compte. Peut-être aussi voulait-il conserver son poste de teneur de livres à la Codville Company, épicerie de gros à Winnipeg.

Breen aurait fait du hockey senior amateur à Winnipeg s'il avait pu regagner son statut d'amateur. Aux environs de 1910 à 1914, Winnipeg eut la meilleure ligue senior du Canada et Breen voulait y jouer. Or, la direction de la section manitobaine de l'Amateur Athletic Union of Canada s'opposait au sport professionnel et voulait punir ceux qui l'avaient favorisé. Un avocat winnipegois, Robert Allison Coyne Manning, fit valoir que Breen et d'autres joueurs qui avaient appartenu à des équipes professionnelles de 1907 à 1909 l'avaient fait uniquement parce que, pendant cette période, le hockey amateur était de bas niveau. Breen devint arbitre et entraîneur, et c'est en raison du dévouement avec lequel il exerça ces fonctions qu'il retrouva finalement son statut d'amateur en 1913. Cependant, il avait alors passé quatre saisons sans jouer et ne tenta pas d'effectuer un retour.

En 1914, William Wright Breen fonda avec ses deux frères, Nixon John et Thomas George, un commerce d'automobiles, la Breen Motor Company Limited. Lorsqu'il mourut d'un lymphosarcome en 1927, il était secrétaire-trésorier de cette entreprise prospère. En outre, il appartenait à plusieurs organismes prestigieux, dont le Carleton Club et le St Charles Country Club.

Morris Mott

AM, MG 10, D17 ; D26.— Arch. privées, Morris Mott (Brandon, Manitoba), Amateur Athletic Union of Canada, Manitoba sect., minutes, 1912–1920.— Arch. privées, Ed Sweeney (Winnipeg), Renseignements sur W. W. Breen.— Minn., Dept. of Health, Registry of vital statistics (Minneapolis), Death records, 3 sept. 1927.— St John's Anglican Cathedral (Winnipeg), Reg. of burials, 6 sept. 1927.— Manitoba Free Press, 1899–1913, 5 sept. 1927.— Winnipeg Telegram, 1907–1908.— Winnipeg Tribune, 1907–1910, 6 sept. 1927.— F. S. Cosentino, « A history of the concept of professionalism in Canadian sport » (thèse de Ph.D., Univ. of Alberta, Edmonton, 1973).— R. S. Gruneau et David Whitson, Hockey night in Canada : sport, identities and cultural politics (Toronto, 1993).— Bruce Kidd, The struggle for Canadian sport (Toronto, 1996).— K. L. Langsley, « The Amateur Athletic Union of Canada and changing concepts of amateurism » (thèse de Ph.D., Univ. of Alberta, 1971).— Alan Metcalfe, Canada learns to play : the emergence of organized sport, 1807–1914 (Toronto, 1987) ; « The meaning of amateurism : a case study of Canadian sport, 1884–1970 », Rev. canadienne de l'hist. des sports (Windsor, Ontario), 26 (1995), no 2 : 33–48.— Don Morrow, « A case study in amateur conflict : the athletic war in Canada, 1906–08 », British Journal of Sports Hist. (Londres), 3 (1986) : 173–190.— Morris Mott, « The problems of professionalism : the Manitoba Amateur Athletic Association and the fight against pro hockey, 1904–1911 », dans Winter sports in the west, E. A. Corbet et A. W. Rasporich, édit. (Calgary, 1990), 132–142 ; « "Tough to make it" : the history of professional team sports in Manitoba », dans The geography of Manitoba : its land and its people, John Welsted et al., édit. (Winnipeg, 1996), 302–314.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Morris Mott, « BREEN, WILLIAM WRIGHT », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 25 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/breen_william_wright_15F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/breen_william_wright_15F.html
Auteur de l'article:   Morris Mott
Titre de l'article:   BREEN, WILLIAM WRIGHT
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   2005
Année de la révision:   2005
Date de consultation:   25 octobre 2014