DCB/DBC Mobile beta
+

BOUVART, MARTIN (baptisé Samuel), prêtre, jésuite, supérieur de la mission de la Nouvelle-France, né à Chartres le 15 août 1637, décédé à Québec le 10 août 1705.

Martin Bouvart fit ses études littéraires à Blois et étudia la philosophie deux ans à l’université de Paris. Avec l’aide d’un oncle jésuite, il fut admis au noviciat de Paris le 10 août 1658. En 1660, il fut professeur à Amiens et, six ans plus tard, étudia de nouveau la philosophie à La Flèche. Il enseigna à Eu et, en 1668, il retourna à La Flèche pour sa théologie. Durant sa troisième année de probation à Rouen, en 1672, il eut l’assurance de son envoi au Canada, mais sa mère en conçut un tel chagrin qu’elle tomba gravement malade. Au printemps de 1673, il fut envoyé à Nantes sans destination bien précise. Il y trouva le père Antoine Silvy et lui fut aussitôt adjoint ; tous deux s’embarquèrent à La Rochelle à destination de Québec.

Les deux jésuites arrivèrent en Nouvelle-France le 30 septembre 1673 et Bouvart fut chargé d’assister le père Pierre-Joseph-Marie Chaumonot* , pasteur des Hurons de Notre-Dame-de-Foy. C’est ainsi qu’il participa à l’établissement de la mission de Notre-Dame-de-Lorette, dont le projet était arrêté et dont la réalisation eut lieu de décembre 1673 à novembre 1674. À l’automne de 1676, il succéda au père Guillaume Matthieu comme professeur de théologie au collège de Québec et devint aussi procureur de la mission. Jusqu’en 1698, il se dévoua à l’enseignement de la rhétorique, de la philosophie et de la théologie. Il fut celui qui eut la plus grande part dans la formation des jeunes clercs de la colonie.

Le 25 août 1698, il fut nommé recteur du collège et supérieur général de la mission. Son supériorat fut marqué par plusieurs querelles entre les Jésuites et Mgr de Saint-Vallier [La Croix]. Ce dernier, revenu aux pays en 1697 avec une admonestation de Louis XIV d’avoir à garder la paix, eut quelques démêlés avec la Compagnie de Jésus. L’évêque de Québec voulut être agréable aux prêtres du séminaire avec lesquels il s’était querellé précédemment ; les Jésuites durent cependant subir quelques tracasseries. Saint-Vallier leur enleva la petite école qu’ils tenaient dans leur collège et la direction de la Congrégation des Messieurs de Québec ; il interdit les représentations académiques et théâtrales du collège. D’autre part, il accusa les pères d’enseigner le probabilisme, source de relâchement des mœurs. De plus, il demanda aux Jésuites de quitter l’église et la maison de Notre-Dame-de-Lorette, bâties à grands frais par ces derniers, car il voulait en faire une paroisse [V. Couvert]. Enfin, Bouvart dut transiger avec Saint-Vallier au sujet de la mission des Tamarois [V. Bergier]. Dans ces querelles, Bouvart jugea bon de faire des concessions au grand désagrément de ses consulteurs qui lui reprochaient son manque de courage dans leurs lettres au général de la Compagnie. Il demanda lui-même d’être relevé de sa charge dès la fin de son premier triennat, mais il y fut maintenu pendant un second, durant lequel il eut une deuxième querelle avec l’évêque de Québec. Ce dernier publia un Catéchisme et un Rituel qualifiés le plus souvent de « jansénisme moral ». Bouvart en fit une critique qui, à la demande de Saint-Vallier, fut condamnée par la Sorbonne comme étant « téméraire, tendant au schisme et à la révolte des ouailles contre le pasteur, et très injurieuse à Mgr l’évêque de Québec ».

En août 1704, le Père Vincent Bigot remplaça Martin Bouvart. Ce dernier, de santé déjà très fragile, mourut au collège de Québec le 10 août 1705.

Lucien Campeau

ARSI, codex Gal. 110, i et ii— JR (Thwaites), LXXV, LXXVI, passim. —Rochemonteix, Les Jésuites et la N.-F. au XVIIe siècle, III : 373, 550–589.— Alfred Rambaud, La vie orageuse et douloureuse de Mgr de Saint-Vallier, deuxième évêque de Québec (1653–1727), RUL, IX (1954) : 100s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Lucien Campeau, « BOUVART, MARTIN », dans FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 nov. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/bouvart_martin_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/bouvart_martin_2F.html
Auteur de l'article:   Lucien Campeau
Titre de l'article:   BOUVART, MARTIN
Titre de la publication:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   24 novembre 2014