DCB/DBC Mobile beta
+

CHABOILLEZ, LOUIS (baptisé Joseph-Louis), notaire, officier de milice, fonctionnaire et homme politique, né le 14 octobre 1766 à Montréal, fils de Louis-Joseph Chaboillez, négociant, et d’Angélique Baby-Chenneville, et neveu de Charles-Jean-Baptiste Chaboillez ; le 10 novembre 1789, il épousa à Pointe-Claire (Québec) Marguerite Conefroy, et ils eurent sept enfants dont cinq moururent en bas âge ; décédé le 19 juillet 1813 à Montréal.

Louis Chaboillez appartient à la quatrième génération d’une famille engagée dans le commerce des fourrures depuis le début du xviie siècle. Toutefois, il ne poursuit pas la tradition familiale. De fait, le 24 juillet 1787, il reçoit une commission pour exercer comme notaire et, dès le 1er août suivant, Isaac Todd et James McGill font appel à ses services afin de rédiger des contrats d’engagement pour l’Ouest. La rédaction de ce type d’acte semble en quelque sorte la spécialité de Chaboillez qui devient le plus important notaire de Montréal en ce domaine ; en 1813, le tiers de son minutier d’un peu plus de 10 000 actes est constitué de contrats d’engagement. Il recrute sa clientèle autant parmi les trafiquants indépendants qu’auprès des sociétés commerciales britanniques, comme la McTavish, Frobisher and Company, la Todd, McGill and Company, ou encore la Parker, Gerrard, and Ogilvy.

En 1797, Chaboillez détient le grade de capitaine dans le 2e bataillon de milice de la ville de Montréal. Le 17 décembre de cette année-là, il est élu marguillier de la paroisse Notre-Dame, mais il démissionne le 22 avril suivant, lorsqu’il est appelé à remplacer le notaire Jean-Guillaume De Lisle au poste de greffier de la fabrique. Nommé juge de paix le 22 mai 1799, il devient commissaire pour l’érection d’églises et de presbytères en novembre. Sous le nom de Matthieu, il fait partie du Club des apôtres, fondé cette année-là ; les 12 membres de ce club, qui ne vécut que quelques mois, se préoccupaient de gastronomie en organisant mensuellement un souper. Le 11 octobre 1802, il est nommé secrétaire de la commission chargée de faire exécuter des réparations aux fortifications de Montréal.

En 1804, Chaboillez brigue les suffrages dans la circonscription de Montréal-Est lors des élections de la chambre d’Assemblée du Bas-Canada. Élu député en même temps que McGill, Chaboillez, qui siégera jusqu’au 27 avril 1808, partage ses votes entre le parti canadien et le parti des bureaucrates. Il s’oppose au projet de loi sur le financement des prisons par des droits sur l’importation [V. Jonathan Sewell*] ais il appuie celui sur l’exclusion des juges de la chambre d’Assemblée [V. sir James Henry Craig ; Pierre-Amable De Bonne]. Durant son mandat, le gouvernement lui octroie une commission l’autorisant à faire prêter serment aux officiers à la demi-solde.

Puis Louis Chaboillez se retire de la scène politique, et continue d’exercer sa profession de notaire. À partir du mois d’août 1809 et jusqu’à sa mort, il spécule sur des terrains situés à Montréal. Toutefois, faute d’inventaire de ses biens, il est impossible d’évaluer sa fortune et son niveau de vie.

Céline Cyr

ANQ-M, CE1-37, 10 nov. 1789 ; CE1-51, 14 oct. 1766, 22 juill. 1813 ; CN1-121, 28 oct. 1795, 11 juill. 1809 ; CN1-126, 31 août 1810, 25 mai, 13, 30 juill. 1811, 15 févr. 1812, 13 juill. 1813 ; CN1-194, 6 mai 1811 ; CN1-269, 21 août, 21 oct. 1809, 21 déc. 1810, 4 avril 1811 ; CN1-313, 16 oct. 1795 ; CN1-375, 9 nov. 1789.— La Gazette de Montréal, 20 juill. 1813.— La Gazette de Québec, 17 nov. 1785, 27 mai 1790, 19 juill. 1792, 6 juill. 1809.— Almanach de Québec, 1797–1801 ; 1805 ; 1810. F.-J. Audet, Les députés de Montréal, 70s.— Desjardins, Guide parl., 134. Langelier, Liste des terrains concédés, 1253. Hare, « L’Assemblée législative du B.-C. », RHAF, 27 : 379s.— Massicotte, « Les Chaboillez », BRH, 28 : 184–188, 207–209, 241s., 274–276, 311–313, 325–332, 355–359. Victor Morin, « Clubs et sociétés notoires d’autrefois », Cahiers des Dix, 13 (1948) : 122–127.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Céline Cyr, « CHABOILLEZ, LOUIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 5, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/chaboillez_louis_5F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/chaboillez_louis_5F.html
Auteur de l'article:   Céline Cyr
Titre de l'article:   CHABOILLEZ, LOUIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 5
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1983
Année de la révision:   1983
Date de consultation:   24 avril 2014