DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

FR:UNDEF:public_sidebar_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_updated_caption

Biographie du jour

LOFT, FREDERICK OGILVIE – Volume XVI (1931-1940)

Semaine de l’histoire du Canada 2017

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les Fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

FR:UNDEF:public_special_conferences_1864_caption

FR:UNDEF:public_special_essays_caption

FR:UNDEF:public_special_acadians_caption

FR:UNDEF:public_special_explorers_caption

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

CHEVAL, dit Saint-Jacques, et dit Chevalier, JACQUES-JOSEPH, perruquier, cabaretier, « garde du port » (maître de port ou maître de quai) à Montréal, huissier, baptisé le 13 décembre 1697 dans la paroisse Saint-Nicolas de Tournai, Belgique, fils de Thomas Cheval et de Gilette Nève, décédé à Montréal le 13 décembre 1757.

Jacques-Joseph Cheval arriva en Nouvelle-France vers 1720 et s’installa à Montréal, où il exerça durant plus de 20 ans le métier de perruquier, puis celui de cabaretier, sans aucun doute beaucoup plus lucratif. Vers 1740, il obtint le poste de « garde du port » à Montréal. Cheval se devait de surveiller le havre, la rade et les embarcations qui s’y trouvaient ancrées, et de les visiter afin de s’assurer que les règlements y étaient observés. Il exerça cette fonction jusqu’en 1749 ; le 23 septembre de cette année, il fut nommé huissier du Conseil supérieur, avec résidence à Montréal. II avait acquis une certaine expérience du rouage de la justice en participant à de nombreuses causes en tant que demandeur ou défendeur. À sa mort survenue le 13 décembre 1757, Cheval demeurait toujours à Montréal.

Le 3 septembre 1725, Jacques-Joseph Cheval avait épousé, à Saint-Laurent, île de. Montréal, Marie-Renée Cousineau, qui lui donna 12 enfants dont 7 moururent en bas âge. Le 7 janvier 1743, Cheval devint veuf et, le 27 mai 1743, avant même que le notaire Louis-Claude Danré de Blanzy ait dressé l’inventaire des biens de son premier mariage, il épousait en secondes noces Geneviève Leduc, qui lui donna quatre enfants.

Même s’il n’a pas exercé un rôle de premier plan, Jacques-Joseph Cheval a su néanmoins accéder graduellement à des fonctions d’une certaine importance.

Roland-J. Auger

ANQ. NF, Coll. de pièces jud. et not., 2 125 ; NF, Ins. Cons. sup. ; NF, Ord. int., 9 juill. 1749 ; NF, Registres du Cons. sup.— ANQ-M, Greffe de L.-C. Danré de Blanzy, 18 juin, 7 août 1743 ; Clôtures d’inventaires, 22 juin 1743 ; Registres des audiences, 1739, f.110 ; 1741, ff.43, 76 ; 1742, f.39 ; 1744, ff.400, 446 ; Registre d’état civil, Saint-Laurent, 3 sept. 1725.— Archives de l’État (Tournai, Belgique), État civil, Saint-Nicolas, 13 déc. 1697.— Tanguay, Dictionnaire.— É.-Z. Massicotte, Les huissiers de Montréal sous le régime français, BRH, XXXII (1926) : 90.— P.-G. Roy, Les capitaines de port à Québec, BRH, XXXII (1926) : I–12, 65–78.

Bibliographie générale

FR:Citations

Roland-J. Auger, « CHEVAL, dit Saint-Jacques, Chevalier, JACQUES-JOSEPH », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 nov. 2017, http://www.biographi.ca/fr/bio/cheval_jacques_joseph_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/cheval_jacques_joseph_3F.html
Auteur de l'article:   Roland-J. Auger
Titre de l'article:   CHEVAL, dit Saint-Jacques, Chevalier, JACQUES-JOSEPH
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   24 novembre 2017