DCB/DBC Mobile beta
+

CHEVALIER, JEAN-CHARLES (Jean-Baptiste), prêtre, sulpicien et, par la suite, prêtre du séminaire de Québec, né à Angers, France, en 1694, décédé à Montréal le 18 mai 1760.

Jean-Charles Chevalier entre chez les sulpiciens d’Angers le 25 juin 1715 et se rend à leur séminaire de Paris le 7 novembre 1718. II n’est ordonné prêtre qu’en 1734, peu avant son départ pour le Canada. Les circonstances de sa venue en Nouvelle-France posent une énigme. C’est bien le séminaire des Missions étangères de Paris qui l’envoie au séminaire de Québec, paie même pour ses effets personnels et son passage ; les directeurs affirment qu’ils ne le connaissent pas par eux-mêmes, mais que Mgr bosquet*, alors en France, en dit beaucoup de bien et le recommande pour avoir soin du petit séminaire.

Arrivé au Canada le 6 juillet 1734, Chevalier se range cependant sous la houlette des sulpiciens qui lui assignent la fonction d’assistant du curé-seigneur de Terrebonne, Louis Lepage de Sainte-Claire ; il la remplit de 1735 à 1738. C’est alors qu’il quitte les sulpiciens et s’agrège au séminaire de Québec. L’acte de cette agrégation n’a pu être retrouvé, mais des documents postérieurs à la mort de Chevalier confirment ce fait. Nous ne connaissons pas non plus les fonctions qu’il exerça, mais Cyprien Tanguay* affirme que les grands scrupules qui lui font abandonner presque entièrement l’exercice du saint ministère ne l’empêchent pas moins de rendre « de bons services pendant plusieurs années au séminaire de Québec ». En effet, les délibérations du conseil de la maison révèlent qu’on le consultait comme les directeurs et les autres prêtres agrégés. Pendant le siège de Québec, en compagnie de Mgr de Pontbriand [Dubreil] et d’autres prêtres du séminaire, il se rend à Montréal où il meurt le 18 mai 1760.

Entré tard dans les ordres, Jean-Charles Chevalier semble avoir été en proie aux scrupules, selon l’affirmation – sur la foi de quel document ? – de l’abbé François Noiseux. Ce dernier écrit : « on avait bien de la peine à lui faire dire la messe deux ou trois fois l’an et [...] quand il la disait, il y mettait plus d’une heure et demie ; [...] enfin il passait la moitié de la journée pour dire son bréviaire ordinaire ».

Honorius Provost

ASQ, Fonds Verreau, 0 131 (Liste des prêtres de l’abbé Noiseux), 114 ; Lettres, M, 83, 120 ; Lettres, R, 15, 16 ; {{mss}}, 437 ; Registre des délibérations.— Allaire, Dictionnaire, I : 119.— Gauthier, Sulpitiana, 182.— Tanguay, Répertoire, 98.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Honorius Provost, « CHEVALIER, JEAN-CHARLES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 2 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/chevalier_jean_charles_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/chevalier_jean_charles_3F.html
Auteur de l'article:   Honorius Provost
Titre de l'article:   CHEVALIER, JEAN-CHARLES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   2 octobre 2014