DCB/DBC Mobile beta
+

COCHRAN, JAMES CUPPAIDGE, ministre de l’Église d’Angleterre et rédacteur en chef, né à Windsor, N.-É., le 17 septembre 1798, du docteur William* Cochran et de Rébecca Cuppaidge, décédé à Halifax le 20 juin 1880.

James Cuppaidge Cochran vit le jour à King’s College, Windsor, N.-É., où son père, William Cochran, occupait le poste de vice-président. Après une brève incursion dans le monde des affaires, James Cuppaidge choisit la carrière sacerdotale et entra à King’s College en 1821. Après trois ans d’études, il avait déjà satisfait aux exigences pour l’obtention du baccalauréat mais on ne lui conféra le grade qu’en 1825. Ordonné prêtre de l’Église d’Angleterre, le 23 août 1824, Cochran fut nommé à Lunenburg, N.-É., où il exerça son ministère pendant 28 ans. Le. 15 décembre 1826, il épousa Anna Mathilda Power dont il eut 12 enfants. De 1835 à 1840, Cochran fut le rédacteur en chef du Colonial Churchman, journal bimensuel publié à Lunenburg. D’un naturel studieux, il obtint sa maîtrise ès arts de King’s College en 1835. Il manifesta toute sa vie un profond attachement envers son alma mater et occupa le poste de secrétaire du conseil d’administration pendant 25 ans. De plus, de 1850 à 1852, il entreprit une campagne de souscription dans le diocèse de la Nouvelle-Écosse en vue de doter King’s College d’une fondation. Cette campagne fut couronnée de succès.

En 1852, Cochran alla se fixer à Halifax et se vit confier le poste de rédacteur en chef du Church Times. Pendant trois ans, il s’efforça « de faire du journal, non seulement un organe d’information sur les questions d’actualité religieuse ou profane, mais aussi un instrument efficace de formation morale ». Ses éditoriaux dans le Colonial Churchman et dans le Church Times expriment des opinions bien arrêtées sur des questions aussi variées que la tempérance, l’éducation et la politique ferroviaire. Ces articles contiennent de précieux commentaires sur la vie politique et sociale de la Nouvelle-Écosse au milieu du {{xix}}e siècle. Cochran prêta son concours à divers organismes humanitaires et philanthropiques ; en particulier, il mena à bien une campagne pour la fondation d’une école de sourds-muets et il desservit, comme aumônier bénévole, l’asile des pauvres de Halifax et la prison municipale.

En 1855, on le nomma pasteur de Salem Chapel, à Halifax, une ancienne église congrégationaliste, que l’Église d’Angleterre avait louée pour travailler auprès des indigents. Onze années d’un fructueux apostolat se terminèrent de façon dramatique en 1866 par le congédiement de Cochran : le ministre était entré en conflit avec l’évêque Hibbert Binney*, en s’obstinant à revêtir pour ses prêches la robe noire des prédicateurs calvinistes. À la suite de cet incident, Cochran organisa, avec ceux qui lui restèrent fidèles, l’église Trinity – église où l’on ne demandait rien pour la place de banc. Il y exerça son ministère jusqu’à sa retraite en 1875. En 1872, King’s College récompensa sa longue et fructueuse carrière en lui décernant le grade de docteur honoris causa en théologie.

William B. Hamilton

Cochran est mentionné à plusieurs reprises dans USPG, SPG, D 10, 1, 2. Les Papiers Andrew William Cochran, aux APC, FM 24, B16 contiennent des lettres qu’échangèrent James Cuppaidge Cochran et son frère, Andrew William Cochran*. « Recollections of half a century », est une conférence prononcée par James Cuppaidge Cochran à Halifax, le 26 janvier 1864, dont le manuscrit est conservé aux PANS. Ses écrits consistent surtout en des séries de sermons ; un certain nombre sont aux PANS et aux bibliothèques de King’s College (Halifax), et d’Acadia University (Wolfville, N.-É.). La brochure de [Hibbert Binney], Correspondence between the bishop of Nova Scotia and the Reverend Canon Cochran, M.A., touching the dismissal of the latter from the pastoral charge of Salem Chapel, Halifax, N.S. (Halifax, 1866), est conservée aux General Synod Archives, Church House (Toronto).  [w. b. h.].

V. aussi : Colonial Churchman (Lunenburg, N.-É.), 1835–1840, et Church Times (Halifax), 1852–1855. T. R. Millman, Canadian Anglican journalism in the nineteenth century, Can. Church Hist. Soc. J. (Toronto), III (1959) : 1–19.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

William B. Hamilton, « COCHRAN, JAMES CUPPAIDGE », dans FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/cochran_james_cuppaidge_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/cochran_james_cuppaidge_10F.html
Auteur de l'article:   William B. Hamilton
Titre de l'article:   COCHRAN, JAMES CUPPAIDGE
Titre de la publication:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   23 avril 2014