DCB/DBC Mobile beta
+

DORION, PIERRE-ANTOINE, marchand, fonctionnaire, homme politique et juge de paix, né vers 1789, fils de Noël Dorion et de Barbe Trudelle ; décédé le 12 septembre 1850 à Drummondville, Bas-Canada.

Actif et entreprenant, Pierre-Antoine Dorion mit sur pied à Sainte-Anne-de-la-Pérade (La Pérade) un commerce de bois florissant qui lui assura une confortable aisance. En 1829, le Parlement du Bas-Canada adoptait la loi sur les écoles de syndic qui prévoyait l’élection de syndics dont le rôle serait d’administrer les écoles dans chaque localité. On choisit Dorion pour remplir cette fonction à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Selon un rapport rédigé en 1832, on y comptait six écoles ; à cette époque, le succès de ces établissements dépendait sans doute de la compétence des instituteurs, mais aussi du dynamisme des syndics. Il faut donc accorder une partie du succès de la loi de 1829 au travail de ceux qui, comme Dorion et Jean-Baptiste Meilleur*, se dévouèrent afin de promouvoir l’éducation.

En assumant ces responsabilités, Dorion attira l’attention de ses concitoyens. Aussi le 26 octobre 1830 il fut élu député de la circonscription de Champlain à la chambre d’Assemblée du Bas-Canada, qu’il représenta jusqu’au 27 mars 1838. On suspendit alors la constitution et on abolit la chambre d’Assemblée en raison de l’insurrection qui se préparait. Pendant qu’il était député, Dorion tint chez lui des réunions qui rassemblaient des députés et des sympathisants patriotes et il se montra un ardent défenseur des principes que Louis-Joseph Papineau* avait mis de l’avant.

Pour administrer les lois scolaires de l’époque, la chambre d’Assemblée constitua en 1831 un comité permanent d’éducation et des écoles, dont le rôle était de recevoir les rapports annuels des députés, nommés visiteurs ou inspecteurs des écoles de leur circonscription. Dorion prit sa tâche d’inspecteur au sérieux. C’est ainsi que dans son rapport de 1835–1836 il signala qu’à Sainte-Anne-de-la-Pérade on enseignait l’anglais, le français, l’arithmétique, la tenue de livres, la géométrie, et « que le maître [était] très capable ». De même, il vit à l’achat de livres à l’intention des élèves pauvres. Il se préoccupa aussi de l’horaire scolaire et se plaignit même du trop grand nombre de jours de vacances.

En août 1830, on avait nommé Dorion commissaire chargé de la préparation des plans et de l’estimation du coût de construction d’un pont sur la rivière Sainte-Anne. Six ans plus tard, il devint commissaire chargé de la construction dudit pont. Enfin, le 13 avril 1837, il reçut une commission de juge de paix pour le district de Trois-Rivières.

Dorion avait, paraît-il, un goût très prononcé pour les procès, goût qu’il partageait avec le seigneur de Sainte-Anne-De La Pérade, Charles-Louis Tarieu* de Lanaudière. Les deux rivaux se rendaient ensemble à Québec, où ils se séparaient pour ne se rencontrer qu’au tribunal. Quelle que fût l’issue du procès, ils retournaient chez eux ensemble d’aussi belle humeur qu’au départ. Peut-être est-ce le goût des procès et des chicanes qui fut à l’origine de la « malheureuse affaire commerciale » qui ruina presque Dorion vers 1837.

Pierre-Antoine Dorion avait épousé Geneviève Bureau, fille de Pierre Bureau, le 21 février 1814 ; ils eurent dix enfants, dont Antoine-Aimé*, Jean-Baptiste-Éric*, Vincislas-Paul-Wilfrid* et Marie-Céphise, qui devint supérieure des Sœurs de la charité de la Providence.

Louis-Philippe Audet

ANQ-MBF, CE1-48, 21 févr. 1814 ; CE2-6, 14 sept. 1850.— APC, RG 68, General index, 1651–1841.— B.-C., chambre d’Assemblée, Journaux, 1835–1836, app. OO.— F.-J. Audet et Fabre Surveyer, les Députés de Saint-Maurice et de Buckinghamshire. Desjardins, Guide parl. P.-G. Roy, les Juges de la prov. de Québec.— L.-P. Audet, le Système scolaire, 5 ; 6 : 35, 47, 52.— Ægidius Fauteux, « Sir Antoine-Aimé Dorion », la Rev. du droit (Québec), 13 (1934–1935) : 589–597.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Louis-Philippe Audet, « DORION, PIERRE-ANTOINE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/dorion_pierre_antoine_7F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/dorion_pierre_antoine_7F.html
Auteur de l'article:   Louis-Philippe Audet
Titre de l'article:   DORION, PIERRE-ANTOINE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1988
Année de la révision:   1988
Date de consultation:   30 juillet 2014