DCB/DBC Mobile beta
+

DUDEVANT, ARNAULD-GERMAIN (baptisé Arnaud), prêtre, né le 30 mai 1751 dans la paroisse Sainte-Croix, à Bordeaux, France, fils de Jacques Dudevant, marchand, et de Jeanne Barbequière, décédé vers 1798.

Arnauld-Germain Dudevant a dû faire ses humanités à Bordeaux et il y a commencé ses études théologiques, puisqu’il apporta au Canada des cahiers de notes manuscrites sur la grâce et l’Église, datés de 1774. Il débarque à Québec en 1775 en compagnie de son compatriote Jean-Baptiste Lahaille*, avec la permission du gouverneur Guy Caneton*. Dudevant est agrégé au séminaire de Québec le 5 avril 1777 et ordonné prêtre 15 jours après. Il aurait enseigné en quatrième de 1775 à 1777 avant d’être nommé directeur du grand séminaire en août 1777, second assistant du supérieur l’année suivante et premier assistant en 1780. Sans que l’on sache pourquoi, Dudevant démissionne à l’hiver de 1782 et procède à l’inventaire de la bibliothèque du séminaire en attendant le bateau qui le ramènera en France.

Rentré à Bordeaux en 1783, il devient chanoine de l’église métropolitaine Saint-André, succédant à son oncle, Louis-Hyacinthe Barbequière, qui a résigné le canonicat en sa faveur. Peu satisfait de son sort encore une fois, il songe à aller s’établir chez les prêtres des Missions étrangères, à Paris, où le procureur du séminaire de Québec, François Sorbier de Villars, aurait aimé voir Dudevant lui succéder. Les autorités du séminaire de Québec s’y opposent et Dudevant reste à Bordeaux. L’émigration causée par la Révolution le conduit à Madrid, d’où il écrit à Mgr Hubert en 1794, lui demandant de l’accepter de nouveau à Québec. L’évêque lui répond qu’il serait heureux de le revoir, mais qu’il ne peut payer le prix de son voyage, s’étant déjà engagé à le faire pour 12 prêtres émigrés. Le pauvre Dudevant aurait quitté l’Espagne en 1798 sur un vaisseau américain pour venir en Amérique, mais on n’eut plus jamais de ses nouvelles et l’on suppose qu’il a péri en mer.

C’est grâce à lui cependant que l’on connaît la bibliothèque du séminaire de Québec à la fin du xviiie siècle. Le catalogue qu’il en a fait montre que cette bibliothèque est de loin la plus importante du Canada ‘à l’époque ; elle contient 4 883 volumes correspondant à 2 121 titres. Le plan de cette bibliothèque est, à quelques changements près, celui des bibliothèques de France au xviiie siècle : d’abord les sept sections de la catégorie des livres de théologie et religion, ensuite les ouvrages de droit civil et canonique, ceux d’histoire, de belles-lettres et une dernière catégorie consacrée aux livres de classe. Les belles-lettres regroupent les sciences et les arts. C’est la fonction du séminaire – grand et petit – qui permet d’expliquer la quantité de livres dans chaque catégorie. Les ouvrages religieux sont au premier rang ; ils comprennent 1306 titres et le nombre de volumes s’élève à 2 866 ; les belles-lettres suivent avec 298 titres, l’histoire avec 147 et le droit avec 135. Les livres de classe, dont certaines titres existent en plusieurs exemplaires, comptent 701 volumes sous 235 titres. Le tiers des ouvrages seulement est en latin et ce sont les livres de classe qui donnent cette moyenne, formant la seule catégorie dont les livres sont en majorité en latin. On y trouve non seulement les grands auteurs des xviie et xviiie siècles, mais encore des ouvrages d’histoire, des traités scientifiques et des dictionnaires. Même Voltaire figure au catalogue avec le Dictionnaire philosophique portatif [...] et le Siècle de Louis XIV. C’est une bibliothèque parfaitement adaptée à la fonction de l’institution, maison de formation ecclésiastique et collège d’humanités.

Claude Galarneau

AD, Gironde (Bordeaux), État civil, Sainte-Croix, 30 mai 1751 ; G 779, f.195.— ASQ, Lettres, M, 165 ; P, 26a, 29, 32, 34, 82 ; S, 85 ; mss, 12, ff.45–48 ; 13, 4 avril 1777, 18 oct. 1779, 5 déc. 1794 ; 433 ; 437 ; mss–m, 199–202 ; Polygraphie, XVII : 29, 30, 30a.— Bibliothèque du séminaire de Québec, A.-G. Dudevant, Catalogue des livres de la bibliothèque du séminaire des Missions étrangères de Québec fait dans le mois de may 1782 (copie aux ASQ).— Caron, Inv. de la corr. de Mgr Hubert et de Mgr Bailly de Messein, ANQ Rapport, 1930–1931, 310.— Antonio Drolet, Les bibliothèques canadiennes (1604–1960) (Ottawa, 1965).— Monique Laurent, Le catalogue de la bibliothèque du séminaire de Québec, 1782 (thèse de d.e.s., université Laval, 1973).— L’abbé Germain Dudevant, BRH, XLVII (1941) : 207.— Antonio Drolet, La bibliothèque du collège des jésuites, RHAF, XIV (1960–1961) : 487–544 ; La bibliothèque du séminaire de Québec et son catalogue de 1782, Le Canada français (Québec), 2e sér., XXVIII (1940) : 261–266.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Claude Galarneau, « DUDEVANT, ARNAULD-GERMAIN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 4, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/dudevant_arnauld_germain_4F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/dudevant_arnauld_germain_4F.html
Auteur de l'article:   Claude Galarneau
Titre de l'article:   DUDEVANT, ARNAULD-GERMAIN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 4
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1980
Année de la révision:   1980
Date de consultation:   20 août 2014