DCB/DBC Mobile beta
+

FERGUSON, THOMAS ROBERTS, marchand, soldat, orangiste et homme politique, né en décembre 1818 à Drumcor, dans le comté de Cavan, en Irlande, fils d’Andrew Ferguson, décédé le 15 septembre 1879 dans le canton d’Innisfil, Ont.

C’est vers la fin des années 1830 que les parents de Thomas Roberts Ferguson quittèrent l’Irlande pour le Haut-Canada, mais son père mourut en cours de route. Après un bref séjour à Montréal, la famille partit en 1842 s’installer près de Cookstown, où Ferguson devint fermier. Il agrandit sa propriété dans le canton d’Innisfil et, avant de fonder un commerce à Cookstown, aida tous ses frères à s’établir sur des fermes. En 1856, il épousa Frances Jane Gowan, fille du chef orangiste, Ogle Robert Gowan. Le ménage eut trois fils et six filles. Ferguson adhéra au mouvement orangiste en 1847 et en devint un membre éminent. En 1852, il était maître de la loge Loyal Orange n° 1 580 et, en juin 1858, il fut élu un des grands maîtres adjoints de l’ordre. De 1867 à 1873, il fit partie du conseil d’administration du Northern Railway et, en 1872, devint l’un des administrateurs intérimaires de la Huron and Ontario Ship Canal Company.

À partir de 1847, Ferguson fut officier au 4e bataillon, puis au 7e batallion de la milice de Simcoe. En 1861, il aida à fonder la Ire compagnie des fusiliers de la milice volontaire à Cookstown ; il en fut nommé capitaine le 13 juin 1862, puis lieutenant-colonel en 1865. L’année suivante, il prit la tête de sa compagnie contre les Féniens à Fort Erie. Ferguson avait suivi John Stoughton Dennis* à bord du remorqueur W. T. Robb et affronté les Féniens au moment où leur chef John O’Neill quittait le Canada. Après l’engagement, le lieutenant Christopher Cook déposa une plainte contre Ferguson pour atteinte au moral des soldats et détournement de fonds. Il fut acquitté et, le 25 juin 1869, nommé major à titre temporaire dans les « Simcoe Foresters », le 35e bataillon des fantassins volontaires. Il conserva ce poste jusqu’à sa retraite en 1873.

Lorsqu’en 1850 fut formé le premier conseil du canton d’Innisfil, Ferguson y fut élu. Entre 1852 et 1873, il y fut conseiller pendant 4 ans et président pendant 18 ans. Il fut également préfet du comté de Simcoe en 1858, puis de 1862 à 1867.

Ferguson, qui était conservateur, se présenta à l’Assemblée législative contre le tory William Benjamin Robinson aux élections de 1858 dans la circonscription de Simcoe-Sud et fut élu ; il devait être réélu en 1861 et en 1863. En 1867 et en 1872, il fut élu sans opposition pour représenter les électeurs de Simcoe-Sud à l’Assemblée législative de l’Ontario. Il fut également élu dans la circonscription de Cardwell en 1867 comme député à la chambre des Communes, mais ne se présenta pas aux élections fédérales de 1872.

Ferguson était un chaud partisan de la représentation basée sur la population et, au cours de son premier mandat à l’Assemblée, il présenta une motion demandant l’adoption d’une loi en faveur de cette mesure. Le 19 octobre 1860, il fut nommé arbitre pour surveiller l’entretien et la réparation du pont sur la rivière Holland à Bradford. En sa qualité de député, il prenait à cœur les intérêts de ses électeurs et s’occupait activement des affaires de sa ville et de son comté. Il écrivit souvent des lettres appuyant des requêtes concernant les sujets les plus variés, y compris la libération des prisonniers qui, selon lui, avaient été punis trop sévèrement en recevant de longues peines de prison pour des délits mineurs. Il défendit souvent les intérêts de ses électeurs, comme par exemple en 1857 et en 1859, lorsqu’il essaya d’empêcher l’incorporation à Barrie d’une partie du canton d’Innisfil.

En 1872, Ferguson assista à une réunion à Bradford, au cours de laquelle on devait condamner la politique du gouvernement fédéral. Il fit échec à cette tentative et parvint à faire adopter certaines résolutions approuvant la politique du gouvernement. Toutefois, à l’issue de la réunion, alors que la majorité des gens étaient partis, une bagarre éclata. En voulant l’arrêter, Ferguson fut gravement atteint à la tête et fut pour le reste de ses jours handicapé physiquement et mentalement. À la suite de cet événement, il démissionna de ses fonctions de député à la législature de l’Ontario en 1873 et se laissa persuader d’accepter le poste de percepteur des douanes à Collingwood. En 1873, peu après l’arrivée au pouvoir du premier ministre libéral Alexander Mackenzie*, Ferguson fut muté à Toronto, puis révoqué en 1876, sans la moindre compensation et sans la moindre excuse. Il passa ses dernières années chez lui à Cookstown, où il mourut des suites d’une paralysie à l’âge de 60 ans.

Carole B. Stelmack

APC, FM 26, A (Papiers Macdonald), T. R. Ferguson ; FM 27, I, E30 (Papiers T. R. Ferguson) ; FO 5, C1, 557, n° 906 ; FO 5, C1, 587, no 2 026 ; FO 5, C1, 613, n° 597 ; FO 5, C1, 636, n° 1 580 ; FO 5, C1, 680, n° 558 ; FO 5, C1, 681, n° 585 ; FO 5, C1, 682, nos 595, 617 ; FO 5, Cl, 683, n° 652 ; FO 5, C1, 706, n° 489 ; FO 5, C1, 742, nos 639, 640 ; FO 5, C1, 772, n° 391 ; FO 5, C1, 779 ; nos 781, 795 ; FO 5, C1, 782, n° 908 ; FO 5, C1, 804, nos 507, 508 ; FO 5, C1, 851, nos 853, 854 ; FO 5, C1, 868, n° 54 ; FO 9, I, C1, 19, 20 ; FO 9, I, C3, 11 ; FO 9, I, C6, 7 ; FO 9, I, C6, 174, n° 1 002 ; FO 30.— [G.-É. Cartier], Discours de sir Georges Cartier [...], Joseph Tassé, édit. (Montréal, 1893).— Can. directory of parliament (Johnson).— Can. pari. comp., 1867 ; 1869 ; 1871 ; 1872.— Hunter, Hist. of Simcoe County.— Innisfil Township centennial, 1850–1950, June 23–24, 1951 ; a record of 100 years of progress, historical review ([Barrie, Ont., 1951]).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Carole B. Stelmack, « FERGUSON, THOMAS ROBERTS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/ferguson_thomas_roberts_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/ferguson_thomas_roberts_10F.html
Auteur de l'article:   Carole B. Stelmack
Titre de l'article:   FERGUSON, THOMAS ROBERTS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   1 octobre 2014