DCB/DBC Mobile beta
+

FORDYCE, JOHN, ministre de l’Église d’Angleterre, missionnaire à St John’s, Terre-Neuve, décédé à Prince Frederick (Georgetown), Caroline du Sud, en 1751.

John Fordyce fut ordonné par l’évêque de St David’s, Pembrokeshire, pays de Galles, en 1730. Il fut ensuite envoyé à St John’s, Terre-Neuve, où la population, qui était sans missionnaire depuis la mort de Jacob Rice* en 1728 et avait sollicité la Society for the Propagation of the Gospel de lui envoyer un remplaçant, lui réserva un accueil chaleureux. En septembre 1731, Fordyce obtint des principaux ecclésiastiques de St John’s un certificat attestant qu’il s’était bien conduit et qu’il avait rempli son devoir ; il remit le document au gouverneur Henry Osborn* en vue de le faire parvenir à l’évêque de Londres.

En moins d’un mois cependant, Fordyce rapporta à l’évêque qu’il devait faire face à certaines « gens capricieux et revêches ». Sa situation était devenue pénible, du fait que les habitants, contrairement à la promesse qu’ils avaient faite à la société, avaient négligé de lui fournir une allocation de £45 et un quintal de poisson vendable pour chacune des chaloupes faisant la pêche à partir du port de St John’s. En novembre 1735, Fordyce demanda de l’aide à la société ; celle-ci décida d’augmenter ses subsides « si l’évêque de Londres était satisfait de sa conduite ». À la suite de certaines pressions exercées sur eux par la société, les habitants, qui avaient été infidèles à leur parole, consentirent à remplir leur promesse, à la condition que Fordyce leur construise une tribune dans l’église. En 1734, Fordyce fit ériger une tribune qui coûta £30, 10 shillings, 6 pennies, mais « après tout cela, ils le payèrent avec du poisson si mauvais qu’ils n’auraient jamais osé l’offrir à personne d’autre ». Quant à l’argent qu’ils avaient convenu de payer, il n’en vit jamais la couleur.

En 1735, Fordyce demanda à être transféré en Caroline du Sud ; la société accepta. Arrivé à New York en juillet 1736, il s’installa peu après dans sa nouvelle paroisse de Prince Frederick, en Caroline du Sud. Trois ans plus tard, dans une attestation adressée à la société, ses paroissiens remerciaient celle-ci de leur avoir envoyé Fordyce comme missionnaire. Ces heureuses relations n’allaient cependant pas durer, puisqu’en 1741, Fordyce décida de « quitter cette paroisse ingrate », après que le conseil de fabrique de la paroisse eut formulé des objections contre sa conduite. Il déménagea pour quelque temps dans la paroisse de Prince George’s (Winyaw), située dans les environs. Toutefois, les paroissiens de Prince Frederick se plaignirent amèrement qu’ils étaient privés de missionnaire ; après qu’ils se furent engagés à choisir Fordyce comme pasteur, malgré les objections du conseil de la paroisse, celui-ci retourna parmi eux. En octobre 1744, sa santé avait diminué et il demanda la permission de regagner l’Angleterre. Même si la permission lui fut accordée au printemps suivant, il ne partit pas, probablement à cause d’une sérieuse épidémie de fièvre jaune qui sévissait dans les environs de Prince Frederick. Sa femme mourut de phtisie en 1748 ; en octobre 175 l, le conseil de fabrique de Prince Frederick annonça la mort de Fordyce à l’évêque de Londres.

Fordyce était, semble-t-il, un ministre digne d’estime qui fut traité durement dans les deux colonies où il exerça ses fonctions. Toutefois, l’évêque de Londres et la société examinèrent ses plaintes avec précaution. Quant à ses lettres expédiées de St John’s et de Prince Frederick, elles laissent croire que la vie aurait pu être un peu plus facile pour lui si la nature lui avait accordé plus de tact.

F. M. Buffett

USPG, A, 25, p. 348 ; 26, pp. 280s. ; B, 7–2, p. 249 ; 10, pp. 146–148 ; 12, p. 90, 92s. ; 13, p. 351 ; 16, p. 134 ; 19, p. 147 ; Journal of SPG, 6, pp. 223–238.— The Fulham papers in the Lambeth palace library, W. W. Manross, édit. (Oxford, 1965), 5.— Prowse, History of Nfld.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

F. M. Buffett, « FORDYCE, JOHN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 26 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/fordyce_john_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/fordyce_john_3F.html
Auteur de l'article:   F. M. Buffett
Titre de l'article:   FORDYCE, JOHN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   26 juillet 2014