DCB/DBC Mobile beta
+

GALIFFET DE CAFFIN, FRANÇOIS DE, officier, gouverneur de Trois-Rivières, né en Provence en 1666, fils de Pierre de Galiffet, seigneur d’Honon, et de Marguerite de Bonfils, décédé vraisemblablement à Avignon en 1746.

Venu en Nouvelle-France en 1688 en qualité d’officier dans les troupes de la Marine, François de Galiffet était nommé dès l’année suivante commandant à Trois-Rivières. En 1692, dans un mémoire au gouverneur Frontenac [Buade*] et à l’intendant Champigny [Bochart*], le roi désignait Galiffet à la majorité de Québec. Le jeune officier fut menacé de révocation deux ans plus tard à cause « de son manque de retenue, sa légèreté et l’abus de son emploi jusqu’à l’indécence ». Il s’amenda, car en 1695 il obtenait de commander les troupes en l’absence de Philippe de Rigaud* de Vaudreuil.

Au printemps de 1699, il reçut ses provisions de lieutenant de roi à Montréal. Sur les dix ans qu’allait durer ce mandat, Galiffet devait en passer au moins trois en France, de 1706 à 1708, avec le résultat que Pierre de Saint-Ours* faillit être nommé lieutenant de roi à sa place. En 1708, le ministre Pontchartrain prolongeait son congé d’une autre année pour lui permettre de régler la succession de son frère, Joseph d’Honon de Galiffet, ancien gouverneur de Saint-Domingue (île d’Haïti).

Rentré au Canada en 1709, Galiffet fut nommé gouverneur de Trois-Rivières. À ce titre il rétablit, en 1711, la garnison supprimée quatre années plus tôt et recommanda, en 1712, de donner au clergé séculier la cure de l’endroit détenue par les récollets. Cette suggestion lui valut une sévère réprimande du ministre qui lui disait savoir « qu’il ne vivait pas en bonne intelligence avec les récollets, et qu’il donnait du scandale par ses mœurs ». En effet le curé, le père Joseph Denys*, l’accusait de garder chez lui Marie-Anne Le Boulanger ; en guise de défense, Galiffet répliqua « que cette fille était d’une conduite très sage et qu’elle lui était nécessaire pour l’éducation de sa fille et les soins de son ménage. » Cédant aux pressions des autorités civiles et religieuses, il dut finalement la renvoyer dans sa famille. À peine cette affaire était-elle réglée qu’un autre scandale éclaboussait le gouverneur : il était accusé d’avoir fait un enfant à la fille de Jacques Hertel de Cournoyer, enseigne dans les troupes. Le gouverneur Rigaud de Vaudreuil intervint et, le 2 novembre 1716, il pouvait écrire au conseil de Marine : « le sieur Hertel de Cournoyer m’a assuré qu’il n’avait pas sujet de se plaindre de M. de Galiffet et que ces plaintes venaient de la part de son père, induit à les faire par sollicitations de M. l’Evêque ». Ce dernier, en l’occurrence Mgr de Saint-Vallier [La Croix*], ne prisait pas, semble-t-il, la conduite de Galiffet durant son séjour à Trois-Rivières.

François de Galiffet se retira du service en 1720 et il repassa en France. Il avait épousé à Québec, le 14 janvier 1697, Catherine, fille de Charles Aubert* de La Chesnaye et de Marie-Angélique Denys de La Ronde. Elle mourut de la petite vérole en 1703, laissant un garçon et une fille. Lui même mourut probablement à Avignon en 1746, où il était retraité depuis de nombreuses années.

Le gouverneur Vaudreuil et l’intendant Jacques Raudot* avaient écrit au ministre en 1706 que le sieur de Galiffet « était un honnête homme ». C’est le plus beau témoignage qu’il ait jamais mérité. Même s’il était de mœurs légères, il avait le sens de l’honneur, ce qui d’ailleurs lui avait valu la croix de Saint-Louis en 1705.

Roland-J. Auger

AN, Col., B, 17, f.144v. ; 20, f.227v. ; 22, ff.271, 273v. ; 27, ff.31, 62v. ; 30, f.35 ; 33, f.123v. ; 34, f.32 ; 35 : f.58 ; 36, ff.355v., 359v. ; 37, ff.166, 195v. ; 38, f.202v. (copies aux ANQ) ; Col., C A, 3, f.54 ; 4, f.97 (copies aux APC).— Fauteux, Les chevaliers de Saint-Louis, 93.— P.-G. Roy, Inv. coll. pièces jud. et not., I : 55, 294.— Taillemite, Inventaire analytique, série B, I, passim.— P.-G. Roy, La famille de Galliffet (Lévis, 1917).— Antoine Roy, Visiteurs français de marque à Québec (18501885), Cahiers des Dix, XXII (1957) : 219s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Roland-J. Auger, « GALIFFET DE CAFFIN, FRANÇOIS DE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 2 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/galiffet_de_caffin_francois_de_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/galiffet_de_caffin_francois_de_3F.html
Auteur de l'article:   Roland-J. Auger
Titre de l'article:   GALIFFET DE CAFFIN, FRANÇOIS DE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   2 septembre 2014