DCB/DBC Mobile beta
+

GERMAIN, JOSEPH-LOUIS (il signait Joseph), prêtre, jésuite, missionnaire et professeur de théologie au collège de Québec, né le 3 janvier 1633 en Auvergne, décédé à Québec au début de 1722.

Germain entra au noviciat des Jésuites, à Toulouse, le 21 septembre 1656 et fut ordonné 20 ans plus tard, soit en 1676. C’est à Saint-Flour en 1662–1663, où il enseigne les humanités, que débute pour lui une longue et remarquable carrière dans l’enseignement. On le charge du cours de philosophie aux collèges de Béziers (1663–1665), de Cahors (1665–1667), et enfin de Toulouse (1667–1671). En 1671 il part pour Clermont-Ferrand, où il enseigne la théologie durant cinq ans. De retour au noviciat de Toulouse en 1676, il y sera ministre durant un an, puis recteur de 1677 à 1685. C’est au collège de Pamiers qu’il passera les deux années suivantes.

Accepté à la mission canadienne en 1687, le père Germain débarquait à Québec le 4 juin de cette même année. Il enseigna la philosophie et la théologie au collège de Québec jusqu’en 1710, puis fut supérieur des missions canadiennes de son ordre, du 10 septembre 1710 au 1er Octobre 1716. C’est grâce à l’expérience acquise durant l’absence du père Bouvart, en 1699, qu’il put accéder à ce poste lourd de responsabilités. Il continua néanmoins d’habiter au collège de Québec sauf pour de courtes absences. En octobre 1718, il quittait Québec pour un séjour en France. Les archives nous rapportent qu’il mourut à Québec, en janvier ou en février de l’année 1722.

À l’époque où il enseignait au collège de Québec, de 40 à 50 élèves du séminaire venaient, deux fois par jour, suivre les cours des pères jésuites. Le père Germain fonda deux congrégations en l’honneur de la sainte Vierge, l’une pour le clergé, l’autre pour les élèves. Il ne croyait pas en ses talents de pédagogue et d’administrateur. Il prétendait être incapable de renseigner convenablement les autorités de Rome sur la mission des Jésuites au Canada. Toutefois, il semblait complètement absorbé par ses tâches de professeur, et les progrès de ses élèves, durant ses 23 années d’enseignement, lui apportèrent de grandes satisfactions.

On a conservé de nombreuses lettres qu’écrivit le père Germain de 1693 à 1718. Cette correspondance montre qu’il discernait très clairement l’importance des missions iroquoises des Jésuites sur le plan politique, et tous les aspects de cette question. La menace que représentait la présence des Anglais, au sud de la Nouvelle-France, est un thème qui revient souvent dans ses écrits. Ces documents sont en outre une précieuse source de renseignements sur les guerres intercoloniales et, plus particulièrement, sur les événements de 1711–1713. C’est lui qui, en 1711, donna ordre aux Jésuites de retourner dans les cantons iroquois qu’ils avaient quittés, en 1709, par crainte d’une guerre générale contre la colonie.

Lors de l’expédition de Walker en 1711, il joua un rôle de premier plan dans l’organisation des préparatifs de défense tout en calmant l’inquiétude de la population.

C. J. Jaenen

AN, Col., C11A, 32.— ARSI, Codex Gal. 110, I : 85, 96a, 102, 114, 147 ; Codex Gal. 110, II : 66, 67, 110, 124, 131— ASJCF.— JR (Thwaites), LXVI, LXXI.— Jug. et délib., V : 660.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

C. J. Jaenen, « GERMAIN, JOSEPH-LOUIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 29 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/germain_joseph_louis_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/germain_joseph_louis_2F.html
Auteur de l'article:   C. J. Jaenen
Titre de l'article:   GERMAIN, JOSEPH-LOUIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   29 juillet 2014