DCB/DBC Mobile beta
+

KELLY, FRANCIS, arpenteur, agent d’affaires, fermier et homme politique, né en mai 1803, à Mulloloughan, Monaghan, Irlande, décédé le 19 avril 1879, à Fort Augustus, Î.-P.-É.

Francis Kelly termina ses études à Dublin où il fit de l’enseignement et travailla comme clerc dans un bureau d’avocat. Il épousa Catherine Lennon, de Tullycorbett, quelque temps avant d’émigrer à l’Île-du-Prince-Édouard en mai 1835. À son arrivée dans l’île, Kelly s’établit à Fort Augustus sur le lot 36. C’est là que le révérend John McDonald, grand propriétaire foncier, l’engagea comme arpenteur et agent d’affaires. Leur association dura jusqu’au 1er mai 1846.

Après deux tentatives infructueuses au cours des années 40, Kelly se fit élire à la chambre d’Assemblée pour le troisième district du comté de Queens en 1858 ; George Coles, premier ministre du gouvernement libéral, s’y présenta sous la même étiquette. Sauf pour la session de 1872, Kelly conserva son siège au parlement jusqu’à sa mort. Catholique convaincu, il se retrouva souvent au premier rang dans la lutte que menait l’Église pour obtenir des concessions dans le domaine de l’éducation. La crise qui éclata en 1870 au sein du parti libéral au sujet de l’octroi des deniers publics au collège catholique St Dunstan amena Kelly et six autres députés catholiques à quitter le parti et à joindre les rangs du parti tory, que dirigeait alors James Colledge Pope*. Ce réalignement dans une Assemblée de 30 membres suffit à donner le pouvoir aux tories ; on récompensa Kelly en le nommant commissaire en chef des Terres de la couronne. Il conserva ce poste jusqu’au changement de gouvernement survenu en 1872 puis l’occupa de nouveau en 1875 et 1876.

Kelly adopta la même attitude que la plupart de ses contemporains, vis-à-vis les autres problèmes politiques de l’époque. Pendant les années 60, il s’opposa avec force au projet de confédération et vota, en 1866, pour la proposition de James Pope rejetant le projet « quelles qu’en soient les conditions ». Toutefois, sept ans plus tard, quand l’union devint une nécessité financière, Kelly s’unit à Pope pour essayer d’obtenir de « meilleures conditions ». Sur la question agraire, il plaida afin d’obtenir de meilleures conditions d’achat pour les locataires désireux d’acheter leur ferme.

Dans l’histoire de l’Île-du-Prince-Édouard, l’importance de Kelly comme homme politique provient de sa longévité et de l’appui ferme et continuel qu’il donna à son Église dans ses revendications en matière d’éducation. C’est cette cause qui le motivait et qui explique à la fois son changement d’allégeance politique et sa volte-face au sujet de la Confédération.

D. B. Boylan

PAPEI, Prince Edward Island Executive Council, Minutes, 18581879, en particulier 10 sept. 1870.— PRO, CO 226/82, 108–110 ; CO 226/106, 225–227.— Debates and proceedings of the House of Assembly of Prince Edward Island, 1858–1878, en particulier les années 1861, 126s. ; 1871, 45s., 57 ; 1872, 2e session, 237 ; 1875, 198, 359.— Journal of the House of Assembly of Prince Edward Island, 18581879, en particulier les années 1860, 186s. ; 1876, 86.— Colonial Herald (Charlottetown), 9 juill. 1842.— Examiner (Charlottetown), 4 déc. 1871, 7 août 1876, 19 avril, 2 mai 1879.— Islander (Charlottetown), 15 juill. 1870.— Patriot (Charlottetown), 21 juill., 20 août, 25 août, 3 déc., 17 déc. 1870.— Royal Gazette (Charlottetown), 21 avril, 28 juill. 1846.— Can. parl. comp., 1874 ; 1875 ; 1876 ; 1877 ; 1878 ; 1879.— Bolger, PEI and confederation.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

D. B. Boylan, « KELLY, FRANCIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/kelly_francis_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/kelly_francis_10F.html
Auteur de l'article:   D. B. Boylan
Titre de l'article:   KELLY, FRANCIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   21 octobre 2014