DCB/DBC Mobile beta
+

KEMP, ALEXANDER FERRIE, ministre presbytérien, auteur et administrateur, né le 28 juin 1822 à West Greenock (région de Strathclyde, Écosse), fils unique de Simon Kemp, professeur, et de Grace Ferrie, décédé le 3 mai 1884 à Hamilton, Ontario, laissant sa femme et trois enfants.

Alexander Ferrie Kemp étudia à l’University of Edinburgh et au Presbyterian College de Londres puis fut nommé aumônier du 26e d’infanterie, en garnison aux Bermudes, par le Colonial Committee de l’Église libre d’Écosse. En novembre 1850, avant de s’embarquer pour les Bermudes, il fut ordonné ministre de l’Église libre par le consistoire du Lancashire.

En 1855, Kemp accepta une invitation à assumer le pastorat de l’église St Gabriel Street à Montréal, l’église mère du presbytérianisme écossais au Canada. Les dix années qu’il passa à Montréal furent probablement les plus productives de sa carrière. Outre ses fonctions de ministre d’une congrégation en plein essor et de secrétaire du consistoire de Montréal, Kemp dirigea, en collaboration avec le révérend Donald Fraser*, le Canadian Presbyterian en 1857–1858 et fit paraître en 1861 un précieux ouvrage, Digest of the minutes of the Synod of the Presbyterian Church of Canada [...]. En 1863, il présida un comité du synode de l’Église presbytérienne du Canada (formée en 1861 par l’union de l’Église presbytérienne du Canada et de l’Église presbytérienne unie au Canada) qui était chargé d’étudier la demande présentée par le révérend Charles-Paschal-Télesphore Chiniquy* en vue d’être rattaché, avec sa congrégation de St Anne, dans l’Illinois, à cette Église. Comme il avait des ennuis avec le consistoire de Chicago à propos d’un collège et de l’usage qu’il faisait de sa caisse de secours, Chiniquy voulait obtenir une nouvelle affiliation plutôt que de subir un coûteux procès devant le consistoire. Après enquête, Kemp proposa que la congrégation de Chiniquy fût admise au sein du synode canadien.

Kemp collabora souvent au Canadian Naturalist and Geologist publié par la Société d’histoire naturelle de Montréal, organisme dont il faisait partie et dont il fut à quelques reprises membre du conseil d’administration. Il rédigea un article sur les algues marines des Bermudes, un autre sur la flore littorale de la côte nord-est des États-Unis et plusieurs textes sur les algues marines et sur celles des eaux douces du Canada. Le McGill College lui décerna, à titre honorifique, une maîtrise ès arts en 1863.

Depuis la scission de l’Église d’Écosse au Canada en 1844 [V. Robert Burns* ; Henry Esson**], on se disputait la propriété de l’église St Gabriel Street et, pour cette raison, le presbytère n’était pas occupé par le ministre en charge de l’église. En 1856, la congrégation rattachée à l’Église libre engagea au nom de Kemp une poursuite en justice, mais le groupe rival, qui adhérait à l’Église d’Écosse, entama une contre-poursuite afin de faire valoir ses droits à la propriété du temple. En 1864, on en arriva à un compromis suivant lequel l’Église d’Écosse obtenait le temple et le presbytère, tandis que la congrégation de Kemp recevait un montant de £1 450 qui devait lui permettre d’avoir une autre église. Parce qu’il fut incapable de rallier tous les fidèles au projet de construire une nouvelle église et que l’ancien temple devait être évacué en novembre 1865, Kemp se crut obligé de remettre sa démission en juin.

En 1866, Kemp fut nommé à l’église St Andrew qui venait d’être fondée à Windsor, dans le Haut-Canada. C’est à cet endroit qu’il fit paraître une brochure, A review of the state and progress of the Canada Presbyterian Church since the Union in 1861, dans laquelle il disait que les progrès de l’Église, durant les cinq brèves années de son existence, avaient été faibles ou nuls et qu’il fallait en modifier radicalement la structure pour assurer son avenir. Les critiques que suscita cette brochure, notamment de la part des révérends John Mark King*, de Toronto, et David Inglis, de Hamilton, amenèrent des répliques mordantes de Kemp, qui écrivit entre autres : « Si la discussion engendre seulement un peu plus de tolérance à l’égard de la liberté individuelle et du débat public dans les esprits cléricaux, elle n’aura pas été vaine. » Vexé peut-être par l’attitude de ses coreligionnaires canadiens, Kemp résigna ses fonctions en 1870 et passa les quatre années suivantes à enseigner aux États-Unis, d’abord au Olivet College, dans le Michigan (le Queen’s College de Kingston lui décerna un doctorat en droit à cette époque), puis au Knox College de Galesburgh, dans l’Illinois.

En 1874, Kemp revint en Ontario où il poursuivit son œuvre dans le domaine de l’enseignement. Cette année-là, il devint le premier directeur du Young Ladies’ College de Brantford, poste qu’il occupa durant quatre ans, et, de 1878 jusqu’au moment de sa retraite en 1883, il fut directeur de l’Ottawa Ladies’ College.

Elizabeth Ann Kerr McDougall

Alexander Ferrie Kemp est l’auteur de Digest of the minutes of the Synod of the Presbyterian Church of Canada with a historical introduction and an appendix of forms and procedures (Montréal, 1861) ; A reply to the « Review reviewed » of the Rev. D. Inglis [...] (Sarnia, Ontario, 1867) ; The Rev. C. Chiniquy, the presbytery of Chicago, and the Canada Presbyterian Church (s.l., 1863) ; A review of the state and progress of the Canada Presbyterian Church since the union in 1861 ([Windsor, Ontario, 1867]). Il est aussi l’auteur de quelques articles parus dans le Canadian Naturalist and Geologist : « Notes on the Bermudas and their natural history with special reference to their marine algæ », 2 (1857) : 145 ; « The fresh water algæ of Canada », 3 (1858) : 331–345, 450–466 ; « A classified list of marine algæ from the lower St. Lawrence, with an introduction for amateur collectors », 5 (1860) : 30–42 ; « On the shore zones and limits of marine plants on the north eastern coast of the United States », 7 (1862) : 20–34. Avec Francis Wallace Farries et James B. Halkett, Kemp édita le Presbyterian Church in Canada, Hand-Book [...], 1883 (Ottawa, 1883).  [e. a. mcd.]

Presbyterian Church in Canada Arch. (Toronto), Knox Church (Montréal), Session records, 1864–1878 ; Presbyterian Church in Canada, Minutes of the Presbytery of Montreal, 1853–1859 ; St Gabriel Street Church (Montréal), Minutes of the session, 1846–1863 ; Records of the deacon’s court, 1848–1858.— Canada Presbyterian (Toronto), 14 mai 1884.— Hamilton Spectator, 5 mai 1884.— Campbell, Hist. of Scotch Presbyterian Church.— William Gregg, History of the Presbyterian Church in Dominion of Canada [...] (Toronto, 1885).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Elizabeth Ann Kerr McDougall, « KEMP, ALEXANDER FERRIE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 29 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/kemp_alexander_ferrie_11F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/kemp_alexander_ferrie_11F.html
Auteur de l'article:   Elizabeth Ann Kerr McDougall
Titre de l'article:   KEMP, ALEXANDER FERRIE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1982
Année de la révision:   1982
Date de consultation:   29 août 2014