DCB/DBC Mobile beta
+

LEWIS, JOHN BOWER, avocat, homme politique, spéculateur foncier, né en France le 18 mars 1817, fils de J. B. Lewis, capitaine du 88e régiment d’infanterie légère ; il se maria trois fois, une première fois avec Anna Eccles en 1840, puis avec Helen Street en 1843 et, enfin, avec Elizabeth Susan Wilson en 1856 ; il eut 11 enfants ; décédé à Ottawa, Ont., le 24 janvier 1874.

John Bower Lewis vint au Canada avec ses parents et ils s’installèrent près de Bytown (Ottawa) en 1820. Il fit des études de droit à Toronto avec James Boulton, fut reçu avocat en 1839, devint conseiller de la reine en 1867 et membre de la Law Society of Upper Canada en 1871. Il exerça le droit à Bytown, acheta et vendit des terrains dans la région.

Lewis commença une carrière politique en 1847 en étant élu au conseil du district de Dalhousie (qui correspond au comté actuel de Carleton) ainsi qu’au premier conseil municipal de Bytown. Il se présenta aux élections de l’Assemblée législative de 1847–1848 pour essayer de remporter le siège de Carleton mais ne fut pas élu ; plus tard, toutefois, il devait être le deuxième maire de Bytown, en 1848 et 1849. Bytown devint la ville d’Ottawa en 1854 et Lewis en fut le premier maire en 1855 ; nommé magistrat de police la même année, il fut aussi recorder de la ville d’Ottawa de 1855 à 1869. Il fut nommé commissaire de police en 1863 et il était conseiller juridique de la ville lorsqu’il mourut.

John Lewis était conservateur mais plaçait les intérêts de la collectivité au-dessus des intérêts du parti. C’est ainsi qu’il brava la colère de sir John A. Macdonald* et défendit l’entrée de Richard William Scott*, catholique influent d’Ottawa, dans le gouvernement provincial libéral d’Edward Blake* en 1871. En 1872, Lewis et Joseph Merrill Currier* furent élus sans concurrent dans la circonscription électorale d’Ottawa. En 1873, Lewis aurait pu succéder à sir Francis Hincks*, ministre des Finances, mais il quitta son parti à la suite du scandale du Pacifique qui eut lieu plus tard en 1873. Il fit savoir fermement, quoiqu’à contrecœur, qu’il s’opposerait au gouvernement Macdonald ; ou bien Lewis avait trouvé que les actes du gouvernement étaient inacceptables en principe ou il désirait mieux défendre les intérêts de la vallée de l’Outaouais car, comme le faisait remarquer Richard Cartwright*, « la région d’Ottawa [...] suit le courant ». En 1874, J. B. Lewis était de nouveau candidat dans la circonscription d’Ottawa comme « indépendant » mais avec l’appui des libéraux. Il mourut au cours de la campagne électorale.

Donald Swainson

APC, FM 24, B40 (Papiers Brown), 8 ; FM 26, A (Papiers Macdonald), 194, 301 ; FM 27, II, D14 (Papiers R. W. Scott), 3–5.— PAM, Alexander Morris papers, Ketcheson collection, Alexander Campbell à Alexander Morris, 29 nov. 1873.— PAO, Edward Blake papers ; Cartwright family papers ; Alexander Morris papers.— Globe (Toronto), 1874.— Ottawa Citizen, 1855–1874.— Packet (Bytown), 1847–1849.— Report of the PANS, 1952, app. B.— Can. biog. dict., I.— Can. parl. comp. ; 1873 ; 1875.— A. H. D. Ross, Ottawa, past and present (Toronto, 1927).— Swainson, Personnel of politics.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Donald Swainson, « LEWIS, JOHN BOWER », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 17 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/lewis_john_bower_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/lewis_john_bower_10F.html
Auteur de l'article:   Donald Swainson
Titre de l'article:   LEWIS, JOHN BOWER
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   17 avril 2014