DCB/DBC Mobile beta
+
Titre original :  Photograph Reverend Mr. Lobley, Montreal, QC, 1876 William Notman (1826-1891) 1876, 19th century Silver salts on paper mounted on paper - Albumen process 17.8 x 12.7 cm Purchase from Associated Screen News Ltd. II-41437.1 © McCord Museum Keywords:  male (26812) , Photograph (77678) , portrait (53878)

Provenance : Lien

LOBLEY, JOSEPH ALBERT, prêtre de l’Église d’Angleterre et éducateur, né le 10 février 1840 à Liverpool, Angleterre, fils de Benjamin Lobley, menuisier et entrepreneur de bâtiment, et de Mary Harrison ; en 1867, il épousa Elizabeth Ann Mais, et ils eurent au moins une fille ; décédé le 6 janvier 1889 à Sedbergh, Angleterre.

Joseph Albert Lobley fit ses premières études à la Collegiate Institution de Liverpool, s’inscrivit à l’University of Cambridge en 1859 et reçut son baccalauréat ès arts en 1863. Il fut ordonné diacre cette même année et prêtre en 1864. De 1863 à 1866, encore résidant à Cambridge, il desservit à titre de vicaire le bénéfice ecclésiastique de Bourn situé tout près et dont le Christ’s College de Cambridge était collateur. Ses excellents résultats scolaires le firent élire en 1865 membre du conseil d’administration du Trinity College de Cambridge, poste dont il démissionna peu de temps après pour devenir vicaire de Hamer, près de Rochdale ; il y remplit les fonctions de vicar de 1867 à 1873. Pendant son séjour à Hamer, Lobley fut nommé évêque de Victoria, Hong-Kong, mais déclina la charge sur le conseil de son médecin. C’est probablement à cette époque que tout en s’intéressant à l’œuvre missionnaire de la Society for the Propagation of the Gospel il se familiarisa avec la situation de l’Église d’Angleterre au Canada.

En 1873, Ashton Oxenden*, évêque anglican de Montréal, invita Lobley à venir au Canada pour y être directeur du Montreal Diocesan Theological College que l’on projetait de fonder. Le Bishop’s College de Lennoxville, Québec, avait fourni des prêtres à Montréal depuis la fondation du diocèse en 1850 et l’évêque de Montréal en était vice-président ex officio. Néanmoins, Oxenden n’ignorait pas que cette université avait « acquis la réputation (peut-être quelque peu injuste) d’inculquer des opinions extrémistes à ses étudiants » et, pour cette raison et pour d’autres, il avait résolu de fonder sa propre école de formation. Le collège anglican de Montréal ouvrit ses portes le 22 septembre 1873 sous la direction de Lobley avec seulement deux élèves, mais à la fin du deuxième trimestre leur nombre était passé à dix. Reconnu juridiquement en 1879 seulement, le collège ne posséda pas ses propres locaux avant 1881, mais il reçut un solide appui d’Oxenden et de laïcs bien en vue. Lobley, qui donnait tout le cours de théologie, enseignait aussi l’introduction générale à certaines matières aux étudiants dont la formation antérieure s’avérait insuffisante et il encourageait ceux qui satisfaisaient aux exigences à obtenir un baccalauréat ès arts du McGill College ou du Bishop’s College. Pendant les quatre années que Lobley dirigea le collège, on prépara 12 élèves pour l’ordination, parmi lesquels Lewis Norman Tucker*, qui devint secrétaire général de la Société des missions de l’Église anglicane en Canada, Elson Irving Rexford*, directeur du collège de 1904 à 1928, et Jervois Arthur Newnham*, qui fut successivement évêque de Moosonee et de la Saskatchewan. Oxenden loua la « grande efficacité » de Lobley et, en 1891, écrivit à son sujet : « Il faisait un peu trop homme d’Église pour certains de mes amis à Montréal, mais il était un homme bon et compétent. »

Lobley avait d’abord eu l’intention de ne demeurer au Canada que cinq ans, mais à la fin de 1877 il remit la direction du collège anglican de Montréal au révérend William Henderson* et accepta de prendre la tête du Bishop’s College à la suite du décès de son premier directeur, Jasper Hume Nicolls*. Durant les sept années et demie qui suivirent, Lobley mena une vie très active en tant qu’administrateur et en tant que bon professeur, enseignant particulièrement les humanités et les mathématiques. Même si pendant son séjour à cette université le nombre des étudiants n’excéda jamais 40, il s’occupa de l’extension du programme d’études, où devaient être inclus des cours de sciences et de droit, de l’élaboration d’un projet de nouvelle bibliothèque, du maintien d’une stricte discipline, de l’agrandissement de la chapelle et de la préparation des offices religieux. De 1883 à 1885, il occupa aussi le poste de rector de la Bishop’s College School, école préparatoire fondée en 1836 par Lucius Doolittle* et étroitement rattachée à l’université. Lobley, qui desservit la mission de Milby durant toute cette période, était un excellent prédicateur et possédait une bonne voix de chanteur qui l’aida lors des réunions sociales et des offices.

Son travail remarquable à Montréal et à Lennoxville valut à Lobley une prompte reconnaissance au sein de son Église. Aux élections épiscopales de 1879 pour le choix d’un successeur à l’évêque Alexander Neil Bethune* de Toronto, il reçut la majorité des votes du clergé, mais il ne réussit pas – il lui manqua quelques voix – à obtenir l’appui des laïcs. En mars 1880, on lui demanda de succéder à George Whitaker en tant que principal du Trinity College de Toronto et plus tard on lui proposa les postes de doyen de la cathédrale Holy Trinity de Québec et de la cathédrale St George de Kingston, mais il déclina ces offres. De retour en Angleterre en 1885, il vécut d’abord à Cambridge et œuvra pour la Society for the Propagation of the Gospel à titre de secrétaire chargé de l’organisation des diocèses d’Ely et de Peterborough, de janvier 1886 à juillet 1887. Au mois d’août de cette dernière année, il devint vicar de Sedbergh, charge relevant du Trinity College de Cambridge, mais il mourut en janvier 1889 à l’âge de 48 ans.

Lobley laissa sa marque en tant qu’éducateur pendant les 12 années qu’il passa au Canada. Les établissements où il travailla continuent de bien fonctionner et attestent la solidité de son œuvre. Quelques anglicans évangéliques modérés de Montréal et de Toronto entretinrent des doutes à propos de ses convictions religieuses, mais Lobley n’était pas un homme de parti. Son charme personnel était grand, et sa force de caractère et ses capacités furent largement reconnues, puisqu’on lui offrit des postes importants au cours d’une vie relativement courte.

Thomas R. Millman

Joseph Albert Lobley est l’auteur de The church and churches in southern India : a review of the Portuguese missions to that part of the world in the sixteenth century, etc. (Cambridge, Angl., 1870), de deux sermons publiés dans le Church Guardian (Montréal), 9 août 1882 et 8 juill. 1885, et d’un rapport sur le Bishop’s College paru dans Mission Field (Londres), 1er avril 1879.

Bishop’s Univ. Arch. (Lennoxville, Québec), Alumni Assoc., Minutes, 1878 ; College Council, Record of meetings, 1876–1895 ; Corporation, Minutes, 1877–1890 ; Trustees, Minute books, 1875–1890.— Église épiscopale du Canada, General Synod Arch. (Toronto), Mountain-Roe-Jarvis coll., sect. 2, Roe papers, B, diaries and journals, Fannie Roe diaries, 14 déc. 1876, 24 oct., 15, 23, 25 déc. 1877, 3, 14 janv., 11, 20, 29 oct. 1878, 3 mars 1879, 8 mars 1880.— Church of England, Diocese of Toronto, Journal of the synod (Toronto), 1879.— Educational Record of the Province of Quebec (Montréal), 5 (1885) : 100, 162s., 183.— Ashton Oxenden, The history of my life, an autobiography (Londres, 1891) ; My first year in Canada (Londres, 1871).— [A. C. Scarth], Memoir of the Rev. Archibald Campbell Scarth, M.A., D.C.L., rector of St George’s Church, Lennoxville [...], [Henry Roe, édit.] (Sherbrooke, Québec, 1904).— Evangelical Churchman (Toronto), 7 févr. 1889.— Gazette, 1873–1874.— Sedbergh and District Parish Magazine (Sedbergh, Angl.), févr. 1889.— Alumni Cantabrigienses [...], John et J. A. Venn, compil. (2 parties en 10 vol., Cambridge, 1922–1954), II ; IV.— George Abbott-Smith, I call to mind : recollections and impressions of the last three-quarter century (Toronto, [1947]).— Oswald Howard, The Montreal Diocesan Theological College, a history from 1873 to 1963 (Montréal, 1963).— D. C. Masters, Bishop’s University, the first hundred years (Toronto, 1950).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Thomas R. Millman, « LOBLEY, JOSEPH ALBERT », dans FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 11, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/lobley_joseph_albert_11F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/lobley_joseph_albert_11F.html
Auteur de l'article:   Thomas R. Millman
Titre de l'article:   LOBLEY, JOSEPH ALBERT
Titre de la publication:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 11
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1982
Année de la révision:   1982
Date de consultation:   30 septembre 2014