DCB/DBC Mobile beta
+

LOCHHEAD, WILLIAM, professeur, biologiste, éducateur, auteur et éditeur, né le 3 avril 1864 dans le canton d’Elma, Haut-Canada, quatrième fils de William Lochhead, fermier, et de Helen Campbell ; le 14 août 1889, il épousa à Windsor, Ontario, Lillias Grant, et ils eurent un fils ; décédé le 26 mars 1927 à Sainte-Anne-de-Bellevue, Québec.

Fils d’un colon écossais, William Lochhead fut élevé dans une ferme du canton d’Elma, où il fit ses études secondaires à la Listowel High School. En 1881, il s’inscrivit au McGill College et eut comme professeur John William Dawson*, qui l’initia aux sciences géologique et zoologique ; il obtint une licence spécialisée en sciences naturelles en 1885. Immédiatement après sa sortie de l’université, Lochhead fréquenta le Kingston Training Institute ; une formation en didactique lui valut une licence d’enseignement et il fut professeur de sciences aux collegiate institutes de Perth et de Galt (Cambridge), en Ontario, de 1886 à 1894. Sa carrière de professeur fut interrompue une première fois en 1886 lorsqu’il reçut une bourse pour entreprendre des études en géologie à la Cornell University, dans l’État de New York, puis encore une fois en 1894 et en 1895, quand il retourna à Cornell pour obtenir une maîtrise ès sciences. De retour en Ontario, il reprit l’enseignement à Napanee puis à London. En 1898, l’Ontario Agricultural College de Guelph l’engagea à titre de professeur et de directeur du département de biologie et de géologie.

Tout en occupant ces fonctions, Lochhead fut appelé à conseiller le gouvernement provincial et à publier des bulletins de vulgarisation sur les problèmes relatifs à la protection des cultures. En effet, à la fin du xixe siècle, les gouvernements cherchaient à offrir aux agriculteurs un encadrement technique pour consolider le développement d’une agriculture commerciale en plein essor. Des interventions comme la mise sur pied du système des fermes expérimentales par le département fédéral de l’Agriculture et l’établissement d’écoles d’agriculture par les gouvernements provinciaux témoignaient d’un tel souci. Ces interventions répondaient également aux demandes d’agriculteurs préoccupés par la rentabilité de leurs activités, que compromettaient des ennemis des cultures comme les insectes, les maladies végétales et les mauvaises herbes [V. James Fletcher* ; William Saunders*].

Lochhead ne se limitait pas à la formation et à l’information des agriculteurs ; il s’intéressait aussi à la pédagogie, notamment à l’enseignement de l’histoire naturelle dans les écoles rurales. Une telle préoccupation correspondait parfaitement aux objectifs du projet éducatif que poursuivait l’homme d’affaires montréalais sir William Christopher Macdonald* et auquel il avait associé James Wilson Robertson, commissaire fédéral de l’industrie laitière et agricole. Macdonald et Robertson voulaient, notamment, améliorer la qualité de l’éducation en milieu rural par le regroupement des écoles de campagne et par un enseignement axé sur l’apprentissage manuel et l’étude de la nature. Grâce à la fortune de Macdonald, des écoles de campagne furent regroupées dans plusieurs provinces et, en 1904, l’Ontario Agricultural College inaugura officiellement sur son campus le Macdonald Institute [V. Adelaide Sophia Hunter*] pour la formation des instituteurs et des institutrices en économie domestique, en histoire naturelle et en arts mécaniques. Au cours de la première année d’existence de l’institut, Lochhead agit en tant que directeur du département d’histoire naturelle. Puis, en 1905, Robertson lui demanda d’abandonner ses fonctions à Guelph et de l’aider à mettre sur pied un second institut que voulait fonder Macdonald pour desservir la population rurale anglophone au Québec. De ce projet naquit le Macdonald College à Sainte-Anne-de-Bellevue. Lochhead participa à l’organisation du collège et à la définition du programme, et il fit partie du personnel enseignant dès l’ouverture de l’établissement en novembre 1907. Il dirigea le département de biologie, où il enseigna la botanique, la génétique, la géologie et la zoologie. En 1921, le département de biologie fut divisé en deux ; Lochhead se vit confier la direction du département d’entomologie et de zoologie, et il cessa d’enseigner la botanique qui fit l’objet d’un département séparé. Dès lors, il put se consacrer à ce qui était devenu son principal sujet d’intérêt depuis son entrée en fonction à Guelph : l’entomologie économique, ou la science du contrôle des insectes.

Au cours de sa carrière de professeur au Macdonald College, Lochhead rédigea plusieurs manuels d’introduction à l’intention des étudiants, dont Class book of economic entomology, with special reference to the economic insects of the northern United States and Canada, en 1919, qui demeura longtemps en usage dans les classes au Canada et aux États-Unis. Ces manuels, ainsi que les articles publiés dans les rapports annuels des sociétés d’entomologie ou d’histoire naturelle, ne résultaient pas d’une recherche scientifique originale. Néanmoins, Lochhead demeurait à l’affût des développements récents dans le domaine de la biologie. Ainsi, ses textes sur l’hérédité traitaient de la redécouverte, au début du xxe siècle, des lois de Mendel (lois de l’hybridation) et de leur effet sur la théorie darwinienne de l’évolution, tandis que plusieurs de ses articles sur l’entomologie abordaient des problèmes relatifs à l’écologie des insectes.

À ces considérations théoriques s’ajoutèrent des préoccupations pratiques. En 1908, Lochhead fonda la Société de Québec pour la protection des plantes contre les insectes et les maladies fongiques ; sa mission était de regrouper toute personne – professionnel ou amateur – qui avait de l’intérêt pour l’entomologie économique et la phytopathologie, afin de promouvoir ces sciences et de diffuser une information technique sur la protection des cultures auprès des agriculteurs. Aussi, de 1908 à 1920, Lochhead édita le mensuel Journal of Agriculture and Horticulture que publiait le département de l’Agriculture de la province de Québec. Enfin, il tenta d’obtenir du ministère fédéral de l’Agriculture l’établissement d’un laboratoire d’entomologie sur le campus du Macdonald College afin d’assurer la formation de chercheurs qualifiés pour les services entomologiques gouvernementaux. Bien que Lochhead n’obtînt pas l’assentiment du ministère pour ce projet, il réussit néanmoins à former plusieurs entomologistes qui occupèrent des fonctions importantes dans les services gouvernementaux, au Canada et aux États-Unis, ainsi que dans les universités canadiennes.

Des troubles de santé forcèrent Lochhead à abandonner, pendant quelques mois, son poste de professeur en 1921. Comme son état ne s’améliorait pas, il dut abandonner définitivement ses fonctions le 31 août 1925 ; le Macdonald College lui conféra alors le titre de professeur émérite d’entomologie et de zoologie. Le 26 mars 1927, Lochhead mourut des suites de problèmes cardiaques. Il eut droit à de nombreux éloges dans des revues scientifiques des États-Unis et du Canada. En effet, Lochhead avait été très actif au sein de plusieurs sociétés scientifiques en Amérique. Membre de l’American Entomological Society et de l’American Association of Economic Entomologists, il avait été en outre élu fellow de l’American Association for the Advancement of Science en 1906. De 1902 à 1904, il avait présidé l’Entomological Society of Ontario et, de 1908 à 1909, il avait occupé la vice-présidence de l’American Nature Study Society, dont il était un membre fondateur. Enfin, de 1908 à 1925, il avait assuré la présidence de la Société de Québec pour la protection des plantes.

Malgré son très grand intérêt pour une pratique de la recherche, qu’il inculqua à ses étudiants en introduisant l’enseignement en laboratoire à l’Ontario Agricultural College et en établissant un programme d’études supérieures en entomologie au Macdonald College, William Lochhead travailla d’abord à la formation des agriculteurs et des étudiants. Sa carrière scientifique et pédagogique s’inscrivit non seulement en plein mouvement réformiste pour améliorer l’éducation en milieu rural, mais aussi à une époque où émergeait une organisation de la recherche en agriculture. Tandis que les autodidactes cédaient la place aux scientifiques, Lochhead assura la transition.

Stéphane Castonguay

On trouve une liste des articles publiés par William Lochhead jusqu’en 1914 dans Science and technology biblio. (Richardson et MacDonald). Plusieurs autres de ses articles ont paru dans les rapports annuels de la Soc. de Québec pour la protection des plantes, de l’Entomological Soc. of Ontario (Toronto), de la Soc. de pomologie et de culture fruitière de la prov. de Québec (Québec) et de l’Ottawa Field-Naturalists’ Club. Lochhead a aussi publié des articles dans des revues américaines, comme la Nature Study Rev. (Ithaca, N. Y.). L’article du père Léopold, directeur de l’Institut agricole d’Oka et ami intime de Lochhead, « The life of Professor William Lochhead », Entomological Soc. of Ontario, Annual report (Toronto), 58 (1928) : 86–91, inclut les titres des bulletins du département de l’Agriculture de l’Ontario et de l’Ontario Agricultural College rédigés par Lochhead ainsi qu’une liste des articles qu’il a fait paraître dans le rapport annuel de la Soc. de Québec pour la protection des plantes.

Lochhead publia un guide entomologique au moment de l’infestation du kermès de San José à la fin du xixe siècle :The San José and other scale insects : prepared for the use of fruit growers and scale inspectors (Toronto, 1900). Il rédigea aussi un guide pour l’enseignement de l’histoire naturelle, Outlines of nature studies (Toronto, 1905), ainsi que de nombreux manuels à l’intention de ses étudiants : Modern biological laws and theories relating to animal and plant breeding (Montréal, 1911) ; An introduction to heredity and genetics ; a study of the modern biological laws and theories relating to animal and plant breeding ([Sainte-Anne-de-Bellevue, Québec, 1920]) ; avec W. P. Fraser, Economic grasses : their habits, structure and identification ; for use in the biology laboratories, Macdonald College (Sainte-Anne-de-Bellevue, 1915) ; A synopsis of economic entomology ([Sainte-Anne-de-Bellevue, 1919]) ; Class book of economic entomology, with special reference to the economic insects of the northern United States and Canada (Philadelphie, 1919). Citons enfin le titre de la thèse qui lui valut le diplôme de maîtrise : « Proglacial drainage of the Upper Cayuga Basin » (mémoire de m.sc., Cornell Univ., Ithaca, 1895).

AO, RG 80-5-0-167, no 3324.— BAC, RG 17, BII, 2, 3044, dossier 40-5-37 (1).— Cornell Univ. Library, Div. of Rare and ms Coll., American Nature Study Soc. records, no 2195 ; Deceased alumni files, no 41-2-877.— SAUM, MG 1049 ; RG 43, administrative records, 3, dossier 139 ; 5, dossier 225 ; 9, dossier Lochhead ; 12, dossier 515.— A. D. Baker, « William Lochhead, 1864–1928 », Entomology Newsletter (Ottawa), 34 (1956), no 5 : 2s.— Luc Chartrand et al., Histoire des sciences au Québec (Montréal, 1987).— R. H. Estey, Essays on the early history of plant pathology and mycology in Canada (Montréal, 1994).— D. K. McE. Kevan, The department of entomology, McGill University : a history to 1978 (Sainte-Anne-de-Bellevue, 1979).— A. J. Madill, History of agricultural education in Ontario (Toronto, 1930).— Ontario Agricultural College and Experimental Farm, Annual report (Toronto), 1898–1905.— J. F. Snell, Macdonald College of McGill University : a history from 1904–1955 (Montréal, 1963).— Neil Sutherland, Children in English-Canadian society : framing the twentieth-century consensus (Toronto, 1976).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Stéphane Castonguay, « LOCHHEAD, WILLIAM », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 25 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/lochhead_william_15F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/lochhead_william_15F.html
Auteur de l'article:   Stéphane Castonguay
Titre de l'article:   LOCHHEAD, WILLIAM
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   2005
Année de la révision:   2005
Date de consultation:   25 juillet 2014