DCB/DBC Mobile beta
+

LORIT (Lori, Lorry, Lorris), dit Gargot, FRANÇOIS, colon, huissier et sergent au bailliage de Montréal, né vers 1646 à Celle, évêché de Poitiers, fils de César Lory et de Richarde Grimère, inhumé à Lachine le 6 janvier 1702.

Lorit arriva au pays comme engagé volontaire en 1664, et fut dirigé vers la seigneurie des Jésuites au Cap-de-la-Madeleine. Sans doute à cause de son infirmité vocale qui l’a fait surnommer « Gargot », les religieux se prirent de sympathie pour lui et, dès le 23 mars 1665, ils lui accordèrent une concession dans leur seigneurie de Batiscan, concession qu’il revendit le 3 décembre 1666 à Nicolas Rivard. Il chercha, sans y réussir, à s’établir dans les seigneuries avoisinantes. François Lorit n’avait pas la vocation de défricheur, il ne se sentait à l’aise que dans l’ambiance des hommes de loi. Assez instruit, il était une aide précieuse aux gens illettrés de son voisinage. Il fut plusieurs années huissier en la juridiction du Cap ; à la même époque, il servit de témoin lors de nombreux contrats notariés et d’arbitre dans des contestations. Ces divers emplois étaient loin de l’enrichir et, pour éviter la visite d’un collègue huissier, il dut vendre en 1680 le seul bien qui lui restait, une concession à Champlain à peine défrichée.

Il gagna ensuite l’île de Montréal où le recensement de 1681 signale sa présence, celle de sa femme et de ses trois enfants. Il est nommé dans les actes officiels sergent du bailliage de Montréal, huissier, et parfois « vice-gérent ». À ces titres divers, il s’était infiltré dans la vie privée d’à peu près toutes les familles de la colonie. C’est ainsi qu’il eut charge de livrer, en 1687 et 1688, quelques-unes des nombreuses significations légales faisant suite au procès intenté à Pierre Le Moyne d’Iberville pour avoir abusé de Jeanne-Geneviève Picoté de Belestre.

François Lorit avait épousé à Québec, le 1er octobre 1670, une fille du roi, Perrette Parement, originaire de Troyes, et ils eurent quatre enfants, dont deux fils. Il se remaria, le 29 janvier 1685, avec Marie-Thérèse Le Gros.

Raymond Douville

AJM, Greffe d’Antoine Adhémar, 17 sept. 1674, 19 oct. 1701 ; Greffe de Claude Maugue, 2 mai, 6 août et 24 août 1682, 3 août 1689. — AJTR, Greffe de Jean Cusson, 10 oct. 1676 ; Greffe de Jacques de La Touche. — Jug. et délib., II, III, passim. — É.-Z. Massicotte, La maréchaussée à Montréal, BRH, XXII (1916) : 17.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Raymond Douville, « LORIT, Gargot, FRANÇOIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/lorit_francois_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/lorit_francois_2F.html
Auteur de l'article:   Raymond Douville
Titre de l'article:   LORIT, Gargot, FRANÇOIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   23 octobre 2014