DCB/DBC Mobile beta
+

MAINWARING (Manwaring, Maynwaringe), sir HENRY, célèbre pirate de l’époque de Jacques Ier, né en 1587 près de Ightfield, dans le Shropshire, mort en 1653.

Il était le deuxième enfant de Sir George Mainwaring et de sa femme, de la branche des Mainwaring, de Peover, au Cheshire, qui eurent quatre fils et deux filles. Il fit ses études au collège Brase-nose d’Oxford, et y obtint son baccalauréat ès arts à l’âge de 15 ans.

Habile marin, il fut chargé en 1610 par le premier lord de l’Amirauté de tenter de capturer le pirate Peter Easton, mais il échoua dans sa mission. Il fut alors nommé commandant d’un corsaire par lettres de marque l’autorisant à s’emparer des navires, espagnols aux Antilles, et il partit sur le Resistance, navire de 160 tonneaux bien armé et monté par un équipage excellent. Toutefois, il changea ses projets en haute mer pour devenir lui-même pirate.

Ayant Mamora comme port d’attache sur le littoral de la Barbarie, il eut bientôt sous son commandement, pour ses entreprises de piraterie internationale, une imposante flotte de navires capturés sur son ordre. Afin de recruter des hommes et d’obtenir des approvisionnements de poisson, il traversa l’Atlantique en 1614 et pénétra dans les eaux de Terre-Neuve le 4 juin 1614 avec huit vaisseaux armés. Il pilla les ports, emmenant avec lui à son départ à la mi-septembre des charpentiers, des munitions, 10 000 poissons pris à un navire français au Harbour Grace (T.-N.), et 400 hommes enlevés aux bateaux de pêche à raison d’un marin sur six.

En 1615, il était assigné devant la haute cour de l’Amirauté pour répondre de son attaque contre le Hound, de Flushing, à Terre-Neuve (PRO, H.C.A.14/41, 9). Le roi Jacques Ier lui offrit de le gracier s’il renonçait à la piraterie. Il accepta et reçut son pardon en 1616 sous le Grand Sceau, parce qu’ « il n’avait commis aucun délit grave. » Pour exprimer sa reconnaissance de ce geste de clémence, Mainwaring rédigea une étude intitulée « Of the beginnings, practices, and suppression of pirates », qu’il dédia à Jacques Ier. Il prit la mer pour Douvres et, plus tard, délivra une flotte commerciale de Terre-Neuve que des pirates avaient capturée près de Gibraltar.

Il fut créé chevalier en 1618, nommé surintendant adjoint des Cinq-Ports et lieutenant de Douvres en 1620, et élu député de Douvres en 1621. Il termina sa carrière navale comme vice-amiral en 1639. À cause de ses sympathies royalistes, il perdit son poste de directeur de Trinity House ; mais, malgré ses tendances politiques, son ouvrage, le Seamans dictionary, fut imprimé en 1644 sur l’ordre du Parlement. Il accompagna le prince Charles en exil à Jersey en 1646, où il vécut dans la pauvreté. En 1651, il effectua avec le Commonwealth une transaction mobilière de £8, consistant en un cheval et des vêtements. Il mourut 18 mois plus tard. Aucune pierre tombale ne marque le lieu de son inhumation à l’église St. Giles de Camberwell.

Bon linguiste, homme de savoir, il fut en même temps l’un des marins marquants de son époque. Sa conception de la tactique navale et sa technique d’abordage et de défensive étaient jugées uniques en Angleterre. Il fut l’un des grands pirates de l’ère de Jacques fer et il était considéré un « pirate patriote » par ceux qui soutenaient qu’il n’avait jamais molesté les navires anglais.

E. Hunt

PRO, H.C.A.14/41.— The life and works of Sir Henry Mainwaring, ed. G. E. Manwaring (2 vol., « Navy Records Soc. », LIV, 1920 ; LVI, 1922) ; le vol. I contient une biographie (le Mainwaring ; vol. II : “Of the beginnings, practices and suppression of pirates” aussi connu comme “Discours of pirats,” reproduit de. BM, Royal MS 17 A XLVII) et “The seaman’s dictionary, or an exposition [...] of all parts and things belonging to a ship.”— Richard Whitbourne, A discourse and discovery of New-found-land(London, 1620).— Philip Gosse, The history of piracy (New York, 1934), 116–128.— Prowse, History of Nfld.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

E. Hunt, « MAINWARING, sir HENRY », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 19 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/mainwaring_henry_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/mainwaring_henry_1F.html
Auteur de l'article:   E. Hunt
Titre de l'article:   MAINWARING, sir HENRY
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   19 décembre 2014