DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

MONTFERRAND, dit Favre, JOSEPH – Volume IX (1861-1870)

« […] vous pouvez chercher votre personnage favori. Le mien est, sans aucune hésitation, Joseph Montferrand. » (Ramsay Cook)

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

MÉNAGE, PIERRE, maître charpentier, fils de François Ménage, marchand à Poitiers, et de Françoise Lunette, né vers 1648 dans l’évêché de Poitiers et décédé à Québec, le 15 avril 1715.

Nous ignorons les circonstances de sa venue en Nouvelle-France, vers l’âge de 21 ans, sous l’intendance de Talon*. La première mention de sa présence à Québec est de 1669, lorsqu’il achète une habitation sur la rivière Saint-Charles. En 1675, il construit la petite maison de François Jacquet (qui subsiste encore ajourd’hui, coin des rues Saint-Louis et Desjardins) en échange d’une propriété sur la rivière Saint-Charles.

Ses principales réalisations débutent lors de son association avec le Soissonnais, Jean Caillé, vers 1680, avec qui il s’occupe, de 1680 à 1690, des chantiers de la maison des Jésuites près du port de Québec (1684), une des mieux situées de la basse ville, de la maison Comporté [Gaultier*] (1685), de la maison Pachot [Viennay-Pachot*] (1686) sise à la place Royale consacrée la même année. En 1688, il participe à la réfection du monastère des Ursulines, construit le clocher de l’église appelée Notre-Dame-de-la-Victoire en 1690 et celui de la cathédrale selon les plans de La Rivière [Bernard]. Le dessin qui accompagne le marché Comporté témoigne de l’importance du colombage à l’époque et révèle sa maîtrise du métier malgré des moyens simples et traditionnels. Son apport à la réalisation de l’Hôtel-Dieu (1691) et du château Saint-Louis (1692) marque l’apogée de sa carrière. Son activité comme constructeur se termine par un contrat à l’île d’Orléans (1701).

En 1670, Pierre Ménage épouse Dorothée Brassard et, après annulation de ce mariage, en 1672, Anne Leblanc. De cette union naissent deux garçons, Jean-Baptiste et François, et plusieurs filles. Deux d’entre elles, Marie-Anne et Anne, épousèrent respectivement François de Lajoüe (1689) et Pierre Levasseur (1696). Ménage mourut à Québec, le 15 avril 1715.

Il était illettré et ne pouvait même signer son nom. Sans occuper une place prépondérante, le rôle que joue Ménage s’apparente néanmoins à celui de ses confrères Baillif *, Lajoüe et La Rivière, dans le domaine de la construction, au dernier quart du xviie siècle.

Pierre Mayrand

AJQ, Greffe de Romain Becquet, 17 nov. 1669, 30 nov. 1672, 2 déc. 1674, 28 févr. 1675 ; Greffe de Louis Chambalon, 28 févr. 1701 ; Greffe de François Genaple, 7 févr. et 20 déc. 1683, 5 déc. 1685, 4 et 12 déc. 1686, 5 janv., 18 nov. 1688, 2 nov. 1692, 17 mars 1696 ; Registres d’état civil de Notre-Dame de Québec, 15 avril 1715. — P.-B. Casgrain, Une autre maison de Montcalm à Québec (1759), BRH, VIII (1902) : 330–333.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Pierre Mayrand, « MÉNAGE, PIERRE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 29 juill. 2016, http://www.biographi.ca/fr/bio/menage_pierre_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/menage_pierre_2F.html
Auteur de l'article:   Pierre Mayrand
Titre de l'article:   MÉNAGE, PIERRE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1991
Date de consultation:   29 juillet 2016