DCB/DBC Mobile beta
+

MOODY, SEWELL PRESCOTT, exploitant forestier, né probablement entre 1835 et 1840, peut-être à Hartland, Maine, fils de Joshua Moody ; il épousa en 1869 Janet McAuslyn Watson dont il eut deux enfants ; il périt lors du naufrage du bateau à vapeur Pacific, près du cap Flattery, le 4 novembre 1875, alors qu’il était en route vers la Californie en voyage d’affaires.

On prétend que Sewell Prescott Moody, à l’âge de 14 ans, traversa le continent américain avec sa famille dans le chariot bâché traditionnel pour se rendre à San Francisco. Il arriva à New Westminster, en Colombie-Britannique, vers 1861 et, en 1862, s’associa à Moses Ireland, qui avait un intérêt minime dans les mines du Cariboo. Ireland déclara plus tard que son placement était de $2 000 et celui de Moody, de $600. Ils importèrent du bétail et autres provisions et ne firent que des affaires modestes. La famille Moody était depuis longtemps liée au commerce du bois dans le Maine et, en 1862, Moody forma un syndicat avec Ireland, Joshua Attwood Reynolds Homer* et le capitaine James Van Bramer, pour bâtir une scierie à vapeur à New Westminster. Ce fut la première scierie de la Colombie-Britannique. Malheureusement, le premier bateau transportant une charge pour l’exportation s’échoua sur un banc de sable du fleuve Fraser et y resta six semaines. Il s’ensuivit que les autres bateaux refusèrent de charger. Les membres du syndicat s’intéressèrent plus tard à des gisements de charbon découverts dans le port de Coal et la baie d’English, dans l’anse de Burrard. Ils constituèrent civilement la British Columbia Coal Mining Company en 1865, mais rien n’en résulta.

Entre-temps, Moody avait décidé de transporter son commerce de bois dans l’anse de Burrard. Vers la fin de 1863, il essaya en vain d’acheter aux enchères la Pioneer Mills qui était la première industrie installée dans l’anse. Un an plus tard, il réussit à acheter la scierie et, aux environs de février 1865, celle-ci débitait du bois à son profit. Bien que fortement handicapé par le manque de renseignements sur le marché et de possibilités d’échange, Moody mit sur pied petit à petit le premier commerce important d’exportation de bois de la Colombie-Britannique ; il expédia des cargaisons vers la Californie, Hawaii, le Pérou, la Chine, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Grande-Bretagne.

En 1866, Moody s’associa à George Dietz et à Hugh Nelson* qui avaient dirigé une compagnie de transport express desservant les mines du fleuve Fraser. La compagnie continua pendant un certain temps d’être connue sous le nom de S. P. Moody and Company, puis devint en 1870 la Moody, Dietz and Nelson. Des capitaux additionnels avaient permis l’expansion des scieries. La première usine était actionnée par la force hydraulique, et on lui ajouta une plus grosse scierie à vapeur en 1868. Incendiée en décembre 1873, elle fut aussitôt remplacée par une nouvelle, mue par les moteurs du Sparrowhawk, canonnière de la marine royale désarmée depuis peu. Les scieries de Moody pouvaient alors débiter 112 000 pieds de bois en 24 heures.

Ces scieries étaient situées sur la rive nord de l’anse de Burrard, sur le territoire actuel de la ville de North Vancouver. D’abord connue sous le nom de Moody’s Mills, la colonie environnante devint officiellement Moodyville en 1872. Moody était un marchand actif, adroit et qui savait être rusé à l’occasion ; mais il était quelque peu puritain et aimait l’ordre et la justice. Il exerçait son emprise sur ses hommes et sur Moodyville, excroissance de la compagnie. La vente des alcools y était interdite et c’est en grande partie grâce à Moody que Moodyville eut la première école, les premiers services religieux, la première bibliothèque, la première salle de lecture et la première loge maçonnique dans l’anse de Burrard. Il fit aussi venir à ses frais, de New Westminster, la ligne télégraphique. C’est ainsi que Sewell Prescott Moody fut à la fois le fondateur d’une communauté et le pionnier d’une entreprise industrielle de grande envergure.

W. Kaye Lamb

Daily Colonist (Victoria), 12 sept., 13 sept. 1901.— W. A. Carrothers, Forest industries of British Columbia, dans A. R. M. Lower, The North American assault on the Canadian forest : a history of the lumber trade between Canada and the United States (« The Carnegie Endowment for International Peace », Division of economics and history, Toronto, New Haven, Conn., Londres, 1938).— J. S. Matthews, Early Vancouver : narrative of pioneers, (manuscrit dactylographié, 7 vol., 1932–1956), IV (1944) ; VI (1945) (copies aux City Archives, Vancouver, et à la bibliothèque du parlement, Ottawa).— R. L. Reid, Grand Lodge of British Columbia A.F. & A.M. : historical notes and biographical sketches, 1848–1935 (Vancouver, s.d.).— F. W. Howay, Early shipping in Burrard Inlet, 18631870, BCHQ, I (1937) : 1–20.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

W. Kaye Lamb, « MOODY, SEWELL PRESCOTT », dans FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/moody_sewell_prescott_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/moody_sewell_prescott_10F.html
Auteur de l'article:   W. Kaye Lamb
Titre de l'article:   MOODY, SEWELL PRESCOTT
Titre de la publication:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   23 avril 2014