DCB/DBC Mobile beta
+

NELLES, ABRAM (Abraham), prêtre de l’Église d’Angleterre, missionnaire et traducteur, né le 25 décembre 1805 à Forty-Mile Creek (Grimsby), Haut-Canada, troisième fils de Robert Nelles* et d’Elizabeth Moore ; le 3 mai 1831, il épousa Hannah Macklem (décédée le 6 juillet 1863), de Chippawa (maintenant partie de Niagara Falls, Ontario), et ils eurent deux fils, puis, en 1866, Sarah Macklem, cousine de sa première femme, et de ce mariage naquirent un fils et une fille ; décédé le 20 décembre 1884 à Brantford, Ontario.

Abram Nelles descendait d’une famille d’origine allemande établie dans la vallée de la Mohawk. Les migrations loyalistes de la fin du xviiie siècle avaient amené cette famille de fermiers prospères de l’état de New York dans la presqu’île du Niagara où ils fondèrent, dans le canton de Grimsby, le village de Forty-Mile Creek. Les Nelles semblent avoir été parmi les premiers bienfaiteurs de l’Église d’Angleterre, et Abram poursuivit à York (Toronto) sous la direction de John Strachan* et d’Alexander Neil Bethune* des études en vue d’une carrière ecclésiastique. Le père et le grand-père de Nelles avaient tous deux été mêlés à la conduite de la diplomatie auprès des Indiens et il se peut que ce soit cette influence qui l’amena, à l’âge de 21 ans, à offrir ses services comme missionnaire étudiant aux Six-Nations de la rivière Grand.

Vu l’isolement, les différences linguistiques et culturelles et les conditions de vie incertaines des missions indiennes, peu de ministres anglicans de la partie ouest du diocèse de Québec s’y sentaient attirés. Les contraintes financières ne permettaient pas à l’Église du Haut-Canada d’assumer les coûts des missions, qui étaient financées par des organismes tels que la Society for the Propagation of the Gospel in Foreign Parts et la New England Company, interconfessionnel celui-ci. L’évêque de Québec, Charles James Stewart*, se réjouit du sérieux de l’engagement de Nelles, et il nourrissait de grands espoirs pour son avenir. Il demanda à la Society for the Propagation of the Gospel de fournir des fonds pour une bourse d’études supplémentaire à la réserve de la rivière Grand afin que Nelles pût se joindre à la mission qu’y maintenait le révérend Robert Lugger*. La société eut l’obligeance de fournir £50 additionnelles par année, permettant ainsi à Nelles d’étudier des dialectes iroquois pendant deux ans, soit de 1827 à 1829.

Ordonné diacre à York par Stewart le 14 juin 1829 et fait prêtre l’année suivante, Nelles laissa bientôt la Society for the Propagation of the Gospel, qui connaissait des difficultés financières, et offrit ses services à la New England Company qui fournissait son aide à Lugger. Nelles fit du ministère à Tuscarora durant quelques années et, le 30 septembre 1837, à la suite de la mort de Lugger au mois de mars précédent, il devint missionnaire en chef de la communauté de la rivière Grand. Adam Elliot* le remplaça à Tuscarora.

Au nouveau poste de Nelles se rattachaient la charge de rector de l’église Mohawk et la direction du Mohawk Institute, école de jour pour les élèves indiens entretenue par la New England Company. Sous son administration qui dura 35 ans, l’établissement, où l’on enseignait à la fois des matières théoriques et pratiques, devint un modèle pour les écoles indiennes qui avaient pour but l’assimilation des Indiens. Dès 1844, Nelles transforma l’institution en un pensionnat pouvant recevoir 50 enfants. Beaucoup de familles d’élèves étant dispersées à travers la réserve, l’internat s’avérait nécessaire au succès de l’école. Parmi les élèves de Nelles, plusieurs devinrent d’éminents chefs de file indiens, comme par exemple George Henry Martin Johnson.

La préoccupation du missionnaire pour le bien-être de ses paroissiens lui gagna le respect à la fois des Indiens et des Blancs des environs. On lui donna un nom agnier, Shadekareenhes, signifiant « deux arbres de hauteur égale ». Nelles utilisa sa connaissance de l’agnier pour publier en 1839 un recueil d’hymnes intitulé A Collection of psalms and hymns, in the Mohawk language, for the use of the Six Nations Indians, traduit par le catéchiste Henry Aaron Hill*, et, en 1842, une édition en agnier du Book of Common Prayer ; tous deux furent publiés à Hamilton. Actif dans les affaires du diocèse anglican de Huron après sa formation en 1857, il reçut plusieurs distinctions ecclésiastiques, entre autres, en 1868, celles de chanoine de la cathédrale St Paul de London et de doyen rural de Brant. En 1872, il quitta le Mohawk Institute, bien qu’il conservât le poste de rector de l’église Mohawk. Six ans plus tard, il fut nommé archidiacre de Brant par l’évêque Isaac Hellmuth* et il conserva ce poste ainsi que celui de rector jusqu’à sa mort en 1884. Il fut enterré dans le cimetière de l’église Mohawk.

Douglas Leighton

Les Diocese of Huron Arch., de l’Église épiscopale du Canada, conservées au Huron College, London, Ontario, fournissent des renseignements importants sur la carrière d’Abram Nelles dans les collections suivantes : les registres de la Church Soc. du diocèse et de la paroisse des Six-Nations, les documents des missions indiennes et les copies des lettres de Benjamin Cronyn* couvrant la période 1858–1867.

AO, Strachan (John) papers.— APC, MG 24, I131 ; RG 10, A2, 12.— Eva Brook Donly Museum (Simcoe, Ontario), Norfolk Hist. Soc. coll., Walsh papers, T. W. Walsh papers, 4 624–4 627 (mfm aux APC).— The valley of the Six Nations : a collection of documents on the Indian lands of the Grand River, C. M. Johnston, édit. (Toronto, 1964).— Daily Expositor (Brantford, Ontario), 20, 23 déc. 1884.— Globe, 24 déc. 1884.— Chadwick, Ontarian families, II : 157.— J. L. Duncan, « Church of England missions among the Indians in the diocese of Huron to 1850 » (thèse de m.a., Univ. of Western Ontario, London, 1936).— C. M. Johnston, Brant County : a history, 1784–1945 (Toronto, 1967).— J. D. Leighton, « The development of federal Indian policy in Canada, 1840–1890 » (thèse de ph.d., Univ. of Western Ontario, 1975).— A. J. Clark, « Two rare translations into the Mohawk language », OH, 29 (1933) : 1.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Douglas Leighton, « NELLES, ABRAM », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/nelles_abram_11F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/nelles_abram_11F.html
Auteur de l'article:   Douglas Leighton
Titre de l'article:   NELLES, ABRAM
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1982
Année de la révision:   1982
Date de consultation:   21 avril 2014