DCB/DBC Mobile beta
+

PETIT DE LEVILLIERS, CHARLES (on trouve aussi Lynvilliers, Linvilliers, LInvilliers ou Livilliers, mais il signait Levilliers et, parfois, Coulanges de Levilliers), officier des troupes de la marine, né à Marigny-en-Arxois, évêché de Soissons, vers 1660, décédé à Montréal en 1714.

Il était le fils de Robert Petit de Levilliers et d’Élisabeth Berruyer. Sa carrière militaire commença en 1683, comme garde de la marine et, en 1687, il partait pour la Nouvelle-France en qualité d’enseigne dans les troupes de la marine. Le 24 septembre 1687, il fit preuve d’un grand courage en sauvant la vie d’un officier basque, Amiconti, au cours d’un engagement contre les Indiens. Il reçut son brevet de lieutenant réformé en 1690, et l’année suivante il prit part à la défense du fort de La Prairie de la Magdeleine que Peter Schuyler, venu de New York avec un gros détachement, attaqua par surprise, dans la nuit du 10 août. S’étant rendu compte que les Français étaient sur un pied d’alerte, Schuyler retira ses miliciens et ses guerriers indiens, mais ils eurent à affronter d’autres troupes françaises à l’arrière. Les Français perdirent 36 soldats et 4 officiers.

En 1692, Petit de Levilliers passait au grade de capitaine réformé : on le disait « bon officer, brave homme. La teste un peu chaude ». En janvier de l’année suivante, sous le commandement des sieurs Nicolas d’Ailleboust de Manthet, Augustin Le Gardeur de Courtemanche et Robutel de La Noue, il prit part à une expédition contre les Agniers, dans la région du fort Orange.

À Montréal, le 24 août 1694, il épousa Madeleine Gaultier Du Tremblay, fille de René Gaultier* de Varennes qui avait été gouverneur de Trois-Rivières. Quelques jours plus tard, il fut promu capitaine en pied et il semble bien que les nouveaux époux aient élu domicile à Boucherville pendant quelques années car sept enfants y sont nés entre 1695 et 1708. En 1695, Levilliers accompagna le chevalier Thomas Crisafy* au fort Frontenac (Kingston, Ont.). Au cours de la même année il fut nommé enseigne de vaisseau, puis en 1696, il prit part à l’expédition de Buade* de Frontenac contre les Iroquois, participant à l’attaque menée par Rigaud de Vaudreuil contre les Onneiouts. En 1711, il décida d’aller vivre à Montréal et, en 1712, demanda un congé d’un an ; aucune décision n’avait encore été prise à ce sujet quand il mourut, le 30 juin 1714.

Deux de ses fils servirent en Louisiane. Charles Petit de Levilliers, baptisé à Boucherville le 19 juin 1698, embrassa la même carrière que son père et, en 1720, il fut nommé lieutenant dans la colonie sise sur les bords du Mississipi. Le 14 janvier 1726, il épousa Étiennette-Louise Malbeque à la Nouvelle-Orléans. Le recensement de cette année-là indique qu’il y demeurait. Il fut promu capitaine en pied le 17 août. En 1736 il prit part à la malheureuse opération militaire de Pierre d’Artaguiette contre les Chicachas ; il y fut blessé mais survécut [V. François-Marie Bissot de Vinsenne]. Charles Petit de Levilliers mourut le 1er avril 1738 des suites d’une blessure reçue dans un duel avec M. de Macarty (vraisemblablement Barthélemy de Macarty Mactigue).

Son autre fils, Pierre-Louis Petit de Levilliers de Coulanges fut lui aussi baptisé à Boucherville, le 3 octobre 1699. Il servit comme cadet au Canada avant de suivre son frère en Louisiane. Il épousa Françoise Golard à la Nouvelle-Orléans, le 26 février 1731. Membre de l’expédition d’Artaguiette, il fut capturé par les Chicachas le 25 mars 1736 et mis à mort avec 16 de ses compagnons.

C. C. J. Bond

AN, Col., C11A, 9, ff.104, 121, 147, 177 ; 14, passim ; Col., D2C, 47, 222.— Correspondance de Vaudreuil, RAPQ, 1947–48 : 171, 225, 271, 287.— NYCD (O’Callaghan et Fernow), IX : 550, 609, 655.— Antoine Bernard, Histoire de la Louisiane (Québec, 1953),156.— Lanctot, Histoire du Canada, II : 165.— Dumont de Montigny, Mémoires historiques sur la Louisiane (Paris, 1753), 214.— Ægidius Fauteux, La famille Petit de Levilliers, BRH, XXXIV (1928) : 478ss, 602.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

C. C. J. Bond, « PETIT DE LEVILLIERS, CHARLES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/petit_de_levilliers_charles_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/petit_de_levilliers_charles_2F.html
Auteur de l'article:   C. C. J. Bond
Titre de l'article:   PETIT DE LEVILLIERS, CHARLES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   21 août 2014