DCB/DBC Mobile beta
+

PHILIPS, HENRY (Heinrich) JOSEPH, facteur de pianos, né le 7 septembre 1811 à Hattersheim (République fédérale d’Allemagne), fils de Henricus Philippus Philips et de Catharina Glöckner ; le 17 mai 1835, il épousa à Hambourg (République fédérale d’Allemagne) Louisa Carolina Schmidt ; mort après 1850.

Apparemment, Henry Joseph Philips avait appris l’ébénisterie avant d’arriver à Hambourg vers 1830. De 1830 à 1835, il fabriqua des instruments de musique avec un dénommé Wagner. Le 3 avril 1835, il fut admis citoyen de la ville. En 1842, il était inscrit dans l’annuaire de Hambourg comme le successeur d’un certain J. A. M. Schrader, dans une fabrique de piano-forte, et en 1845–1846, en qualité de facteur de pianos.

Venu en 1845 en Nouvelle-Écosse avec des pianos à vendre, Philips connut un tel succès qu’il décida d’ouvrir un atelier à Halifax. Le lieutenant-gouverneur sir John Harvey* lui acheta un instrument ; c’était, dit-on, le premier piano fabriqué non seulement dans la colonie mais même pour l’ensemble du territoire qui allait devenir le Canada. Environ deux ans plus tard, Philips s’associa à un certain John B. Philips, son frère peut-être, arrivé à Halifax vers 1845. En octobre 1847, la H. and J. Philips de la rue Barrington annonçait des « pianoforte de facture locale » et invitait les dames et gentlemen de Halifax : « venez examiner nos nouveaux [pianos] de concert carrés, à cadre métallique, à sept octaves et à double échappement ». Les facteurs disaient avoir expressément conçu leurs instruments pour le climat de la colonie et affirmaient : « aucun produit étranger ne peut avoir un timbre plus juste et plus riche ».

La compagnie fut dissoute le 1er août 1848, mais Henry Joseph Philips conserva la Piano Forte Manufactory, qu’il réinstalla plus tard rue Granville. En octobre, il annonçait qu’il venait de fabriquer plusieurs nouveaux instruments « dernier cri, dotés des perfectionnements les plus récents » et les offrait « à un prix moindre que tous les pianos d’importation de mêmes dimensions et de même modèle ». Il continua de faire de la réclame dans les journaux de Halifax tout au long des années 1849 et 1850 ; on ignore ce qu’il advint de lui ensuite. Quant à John B. Philips, il fit des pianos à Halifax jusqu’à ce qu’il vende son établissement, le 29 juillet 1859, puis il quitta apparemment la colonie. Dans une annonce parue en 1857, il s’était présenté comme l’inventeur du « pianoforte breveté à cadre métallique » et avait offert huit instruments de noyer, d’acajou et de bois de rose dont les prix variaient de £35 à £100.

Selon l’historien Harry Piers, « de 1846 environ jusqu’à 1859, Henry J. Philips, la H. and J. Philips et finalement J. B. Philips fabriquèrent [en Nouvelle-Écosse] toutes les pièces de leurs pianos, à l’exception des touches et de la mécanique, qui étaient importées ». Non seulement les Philips furent-ils les premiers facteurs de pianos de l’Amérique du Nord britannique, mais ils encouragèrent la venue d’artisans européens qui poursuivirent leur œuvre en Nouvelle-Écosse pendant plusieurs décennies.

Phyllis R. Blakeley

PANS, RG 32, 157, 2 sept. 1847.— Staatsarchiv Hamburg (Hambourg, République fédérale d’Allemagne), Bürgerbuch von 1835, no 191 ; Hamburger Adressbücher, 1839–1846 ; Hochzeitenbuch der Wedde II von 1835, no 263.— N.-É., Provincial Museum and Science Library, Report (Halifax), 1936–1937 : 29–30.— Morning Courier (Halifax), 5 oct. 1847, 6 juin, 22, 25 juill., 8 août, 3, 24 oct., 30 déc. 1848.— Morning Journal and Commercial Advertiser (Halifax), 26 sept. 1859.— Times and Courier (Halifax), 18 janv. 1849.— Cunnabell’s N.-S. almanac, 1857 : 94 ; 1858 : 84.— Halifax and its business : containing historical sketch, and description of the city and its institutions [...] (Halifax, 1876), 96–97.— G. E. G. MacLaren, Antique furniture by Nova Scotian craftsmen, sous la direction de P. R. Blakeley (Toronto, 1961), 90–95.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Phyllis R. Blakeley, « PHILIPS, HENRY JOSEPH », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/philips_henry_joseph_7F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/philips_henry_joseph_7F.html
Auteur de l'article:   Phyllis R. Blakeley
Titre de l'article:   PHILIPS, HENRY JOSEPH
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1988
Année de la révision:   1988
Date de consultation:   24 octobre 2014