DCB/DBC Mobile beta
+

PRESSÉ, HYACINTHE-OLIVIER, greffier, huissier et notaire royal, circa 1735–1746.

Nous ignorons tout des origines et de la mort d’Hyacinthe-Olivier Pressé. Son séjour en Nouvelle-France dura une douzaine d’années pendant lesquelles il occupa différentes charges judiciaires. Le 1er octobre 1735, Pressé obtenait de l’intendant Hocquart* une commission de greffier, d’huissier et de notaire royal pour exercer dans toute l’étendue de la juridiction royale de Trois-Rivières. Il succédait à Pierre Petit*, qui abandonnait ces trois charges à cause de son âge et de ses infirmités. L’information de vie et mœurs du nouveau notaire eut lieu le 7 novembre suivant.

Pressé exerça ces trois fonctions pendant huit ans ; le 31 octobre 1743, il abandonna sa charge de greffier. L’année suivante, le 30 juin 1744, Pressé perdait le droit d’exercer ses deux autres fonctions, le Conseil supérieur l’ayant interdit pour trois mois, alléguant certaines irrégularités commises dans un procès présidé par Jean-Baptiste Fafard de La Framboise, substitut du procureur du roi.

Quelques années plus tard, Pressé sera lui-même victime de procédures judiciaires plus ou moins régulières. Le 1er mars 1746, Joseph Heu, dit Millet, fut blessé mortellement d’un coup d’épée reçu au cours d’un voyage effectué entre Sorel et le chenal du Moine, en compagnie de Pressé, de Pierre-François Rigault et de Louis Lavallée. Le substitut du procureur du roi, Fafard de La Framboise, commença son enquête le 3 mars et, en peu de temps, il fut convaincu que le coup d’épée avait été porté par Pressé. Ce dernier fut arrêté dans la nuit du 4 au 5 mars et, peu après, Rigault fut incarcéré pour complicité. Fafard ordonna la tenue d’un procès, qui débuta le 17 mars à Trois-Rivières. Le témoignage imprécis de Lavallée n’incriminait ni Pressé ni Rigault. Quant aux autres témoins entendus, ils ne pouvaient que raconter les événements postérieurs à l’assassinat : la victime n’avait pu identifier son agresseur avant de mourir et Pressé et Rigault s’étaient mutuellement accusés d’être responsable de la mort de Joseph Heu. C’est à partir de ces témoignages peu probants que, le 12 avril, le procureur du roi réclama la peine de mort contre Pressé et le bannissement de la juridiction contre Rigault. Le lendemain, le tribunal condamnait Pressé aux galères ; quant à Rigault, il fut reconnu innocent et libéré.

Le notaire porta immédiatement sa cause en appel devant le Conseil supérieur. Durant ce second procès, une nouvelle version de l’affaire fut retenue. À la suite d’une dispute insignifiante entre Pressé et Rigault, tous deux en état d’ivresse, Pressé aurait dégainé son épée pour impressionner son compagnon mais il aurait perdu pied sur la neige ; Rigault, voulant éviter le coup, aurait fait dévier la lame qui frappa mortellement Joseph Heu au côté. Le conseil accepta cette version et, le 26 avril, sursit au jugement de Pressé en attendant les lettres de grâce du roi. Rigault fut par la même occasion reconnu innocent.

Le 9 novembre suivant, l’intendant Hocquart, communiquant au ministre Maurepas les pièces du procès, plaida la cause du notaire Pressé. Nous ignorons si le roi lui accorda des lettres de grâce et, par la suite, nous perdons sa trace en Nouvelle-France.

Michel Paquin

AJTR, Greffe de H.-O. Pressé, 1735–1746.— AN, Col., C11A, 86, ff.91–154 (copie des dossiers de procédure contre Pressé et Rigault).— P.-G. Roy, Inv. coll. pièces jud. et not., I : 186 ; II : 358 ; Inv. jug. et délib., 17171760, II : 164 ; IV : 191, 194 ; Inv. ord. int., II 190 ; III : 50, 80.— J.-E. Roy, Histoire du notariat, I : 194–197.— Raymond Douville, La tragédie du chenal du Moine, Cahiers des Dix, XXXV (1970) : 55–67 (dans cet article, l’auteur donne un résumé des témoignages entendus lors du procès devant la juridiction de Trois-Rivières  [m. p.]).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Michel Paquin, « PRESSÉ, HYACINTHE-OLIVIER », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/presse_hyacinthe_olivier_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/presse_hyacinthe_olivier_3F.html
Auteur de l'article:   Michel Paquin
Titre de l'article:   PRESSÉ, HYACINTHE-OLIVIER
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   20 décembre 2014