DCB/DBC Mobile beta
+

Dans le cadre de l’accord de financement entre le Dictionnaire biographique du Canada et le Musée canadien de l’histoire, nous vous invitons à participer à un court sondage.

Je veux participer maintenant.

Je participerai plus tard.

Je ne veux pas participer.

J'ai déjà participé au sondage.

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

BURWASH, NATHANAEL – Volume XIV (1911-1920)

décédé le 30 mars 1918 à Toronto et inhumé à Baltimore, Ontario

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

QUINIARD, dit Duplessis, ANTOINE-OLIVIER, huissier et notaire seigneurial, né vers 1651, fils d’Antoine Quiniard et de Jeanne Branquais, originaire de Saint-Michel, diocèse de Saint-Brieuc, en Bretagne, inhumé à Québec le 17 septembre 1738.

Il semble que Quiniard ne vint au Canada que peu avant son mariage, célébré à Sainte-Famille de l’île d’Orléans le 3 février 1701. Habitant d’Argentenay, il épousa une veuve de ce fief, Marie-Louise Bolper, âgée de 53 ans. Il en avait 50. Dès 1701, Quiniard avait reçu à l’occasion des actes notariés, en vertu d’ordonnances spéciales des intendants ; en 1705, il exerçait aussi comme huissier, on ne sait trop de quelle autorité. Mais sa situation allait bientôt être régularisée. Le 15 janvier 1707, Jacques Raudot le nommait officiellement huissier dans l’île et comté de Saint-Laurent (île d’Orléans) ; le 3 juillet 1711, il le faisait en outre notaire, validant du même coup tous les actes qu’il avait passés précédemment et les versant à son greffe.

Quiniard n’était guère scrupuleux. En 1714, le Conseil supérieur le menaçait d’interdiction et d’une amende de 20# ; le 3 août 1722, encore, il était blâmé par l’intendant Bégon* pour une saisie faite irrégulièrement ; enfin, l’intendant Dupuy, le 14 mai 1727, l’interdisait à vie de ses fonctions de notaire et d’huissier, comme de tout autre emploi de judicature.

Veuf en 1728, Quiniard alla mourir à l’Hôpital Général de Québec. Son greffe est perdu, mais des copies de ses actes se trouvent en assez grand nombre dans les archives.

André Vachon

AJQ, Registre d’état civil de Sainte-Famille (Î. O.), 3 févr. 1701.— AQ, NF, Ord. des int., I : 84 ; V : 41.— Jug. et délib., passim.— P.-G. Roy, Inv. ord. int., I : 227 ; II : 8.— Les notaires au Canada, RAPQ, 1921–22 : 37.— Tanguay, Dictionnaire, VI : 485.— J.-E. Roy, Histoire du notariat, I : 169.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

André Vachon, « QUINIARD, dit Duplessis, ANTOINE-OLIVIER », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 mars 2017, http://www.biographi.ca/fr/bio/quiniard_antoine_olivier_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/quiniard_antoine_olivier_2F.html
Auteur de l'article:   André Vachon
Titre de l'article:   QUINIARD, dit Duplessis, ANTOINE-OLIVIER
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1991
Date de consultation:   30 mars 2017