DCB/DBC Mobile beta
+

ROULEAU, ÉDOUARD-HECTOR, médecin, né le 31 octobre 1843 à L’Isle-Verte, Bas-Canada, fils de Joseph Rouleau et d’Euphrosine (Euphrosie) Patouël (Patoine) ; le 8 avril 1883, il épousa Catherine O’Meara, de Bryson, Québec, et ils eurent cinq enfants, dont l’un mourut en bas âge ; décédé le 29 septembre 1912 à Calgary.

Diplômé de l’école normale Laval de Québec en 1861, Édouard-Hector Rouleau étudia au séminaire de Nicolet de 1862 à 1865. La défense du Canada était un sujet de préoccupation dans les années 1860 à cause des événements qui survenaient au sud de la frontière ; Rouleau fut capitaine dans la compagnie de milice du séminaire et passa deux mois à l’école militaire de Québec en 1864. Il fit ensuite ses études de médecine à l’université Laval et, après avoir obtenu une licence en 1870, il exerça au Bic, à Ottawa et à Bryson. Lorsqu’éclata la rébellion du Nord-Ouest [V. Louis Riel*], il accepta une commission auprès des troupes gouvernementales envoyées dans cette région et fut posté à Battleford (Saskatchewan) en 1885. Puis, en 1887, après avoir passé deux autres années à Bryson, il rejoignit son frère, le magistrat Charles-Borromée Rouleau*, dans la petite localité de Calgary.

Rouleau pratiqua la médecine à Calgary pendant le reste de sa carrière ; il était réputé pour sa conscience professionnelle et sa sollicitude. Il fut un temps médecin-chef au Holy Cross Hospital et, à compter du 22 mars 1897, il occupa le poste de chirurgien adjoint du détachement de la Police à cheval du Nord-Ouest. On a dit qu’il avait une vision progressiste des soins médicaux parce qu’il avait connu à Battleford un médecin plus âgé qui avait travaillé sous la supervision de Joseph Lister. Néanmoins, sa contribution aux débuts de la vie sociale et culturelle de Calgary est plus digne de mention que son œuvre de médecin.

Les frères Rouleau et leur famille formaient le noyau de la communauté francophone de Calgary. Le secteur où ils vivaient, maintenant situé au sud de la 17th Avenue South et à l’est de la 4th Street, prit le nom de Rouleauville (par la suite Mission) ; d’autres familles francophones, dont les influents frères Despins, s’y rassemblaient. Édouard-Hector Rouleau participa à la fondation de la Société Saint-Jean-Baptiste de Calgary en 1888 et en fut le premier président. La même année, il devint consul de Belgique dans les Territoires du Nord-Ouest, ce qui augmenta son prestige dans le milieu francophone. Il exercerait cette fonction durant 15 ans et serait créé en 1901 chevalier de l’ordre de Léopold II.

Fervent catholique, Rouleau était très engagé dans la vie religieuse de Calgary. Il appartint au conseil des écoles catholiques de 1889 à 1912, était membre actif des Chevaliers de Colomb et fut chancelier de l’Association catholique de bienfaisance mutuelle. Son fils, Albert, fut le premier prêtre d’origine canadienne ordonné dans le diocèse de Calgary ; sa fille Albertine s’intégra à la congrégation des Sœurs fidèles compagnes de Jésus.

Rouleau était reconnu comme l’un des libéraux les plus influents de la ville. Sa nomination au poste de chirurgien adjoint du détachement de la Police à cheval avait suivi de peu l’accession des libéraux de Wilfrid Laurier au pouvoir à Ottawa. Le journal prolibéral Morning Albertan de Calgary faisait allusion probablement à ses opinions politiques déclarées quand il écrivit en avril 1912 que le gouvernement conservateur récemment élu l’avait congédié sans motif sérieux et sans avertissement.

Édouard-Hector Rouleau mena une vie active jusque dans le mois de son décès. Arrivé à Calgary assez tôt, il compte parmi les quelques médecins qui y exercèrent leur profession dans des conditions difficiles, souvent primitives. Esprit cultivé et homme de bien, il fut de plus un membre fondateur et un porte-parole prestigieux de la communauté francophone catholique naissante de Calgary.

Max Foran

ANQ-BSLGIM, CE4-2, 1er nov. 1843.— GA, Tape RCT 849-1 (entrevue de Dora Armstrong avec Charles Rouleau, 1er août 1985).— Calgary News Telegram, 21 sept. 1912.— Morning Albertan (Calgary), 22 avril, 30 sept. 1912.— At your service, part one : Calgary’s library, parks department, military, medical services and fire department ; accounts by Calgary authors (Calgary, 1975).— Canadian album (Cochrane et Hopkins), 3.— Comité des fêtes du cinquantenaire de l’école normale Laval (Québec, 1907).— J.-A.-I. Douville, Histoire du collège-séminaire de Nicolet, 1803–1903 (2 vol., Montréal, 1903).— Genealogy of the Rouleau family, Corinne Dumouchel, compil. (Ottawa, 1960 ; exemplaire conservé aux GA).— A. O. MacRae, History of the province of Alberta (2 vol., [Calgary], 1912), 1 : 507s.— Rolande Parel, « Calgary’s family tree : the French roots », dans Citymakers : Calgarians after the frontier, Max Foran et S. S. Jameson, édit. (Calgary, 1987), 333–341.— Univ. Laval, Annuaire, 1868–1870.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Max Foran, « ROULEAU, ÉDOUARD-HECTOR », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 nov. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/rouleau_edouard_hector_14F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/rouleau_edouard_hector_14F.html
Auteur de l'article:   Max Foran
Titre de l'article:   ROULEAU, ÉDOUARD-HECTOR
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1998
Année de la révision:   1998
Date de consultation:   1 novembre 2014