DCB/DBC Mobile beta
+

SANFORD, ESBON (Ezbon Sandford), capitaine au service de la Hudsons Bay Company, né à Portsmouth (Rhode Island) le 25 janvier 1645/1646, décédé dans des circonstances inconnues dans la région de Port Nelson, à la baie d’Hudson, le 6 octobre 1682.

Il était le fils du président John Sanford, de Rhode Island, et de Bridget Hutchinson, sa seconde épouse. Cette dernière, fille d’Anne Hutchinson, célèbre pour son rôle dans les dissensions religieuses au Massachusetts, épousa plus tard William Phillips, dont la fille, Phoebe, née d’un mariage antérieur, devint la femme du capitaine Zachariah Gillam en 1649.

Esbon Sanford entra au service de la Hudsons Bay Company en 1672, sans aucun doute grâce à l’appui de son beau-frère, le capitaine Gillam. Cette même année, il s’embarqua, comme officier, sur le dogre Messenger (capitaine : Robert Morris), qui fit voile vers la baie James, où il passa l’hiver. Au cours de l’été de 1674, il retourna à la baie James à titre d’officier à bord du Prince Rupert, mais cette fois sous les ordres de son parent, le capitaine Zachariah Gillam.

On croit que Sanford quitta peu après le service de la Hudsons Bay Company, puisqu’il n’est fait aucune mention de lui avant 1681. En janvier de cette année, alors que la compagnie se préparait à fonder le poste de Port Nelson, le comité de la Hudson’s Bay Company lui offrit un emploi. Mais ce n’est qu’après en avoir rabattu de ses « exigences extravagantes » qu’il fut engagé comme capitaine de l’Albemarle et adjoint du gouverneur John Bridgar. Sanford mit à la voile quelques mois plus tard, au cours de l’été de 1682, et arriva dans les parages de Port Nelson le 18 septembre. C’est là qu’il mourut, le 6 octobre. On peut donc douter qu’il ait joué un rôle quelconque, ou, en tout cas, un rôle appréciable, dans les intrigues qui furent provoquées dans cette région par l’intrusion de l’interlope Benjamin Gillam*, fils de sa demi-sœur. Cependant, à cause de son lien de parenté avec Gillam, on soupçonna Sanford de complicité et le comité, qui n’était pas encore au courant de son décès, révoqua ses instructions, le rappela en Angleterre et envoya l’ordre à Boston de l’arrêter s’il y débarquait.

Sanford s’était marié avant 1674. Le 6 août de cette année, il rédigeait un testament faisant de sa femme, Sarah, son héritière, et qu’il signait « de Ratcliffe, en la paroisse de Stepney, marin. » Au mois de décembre 1683, la compagnie ordonna que son traitement fût versé à sa veuve et y ajouta une aumône de £3 10s, Sanford étant décédé au service de la compagnie. Sa mère, Bridget Hutchinson Phillips, dans son testament daté du 20 septembre 1696, fit un legs à la fille de Sanford, « résidant en Angleterre ».

G. Andrews Moriarty

Sur la généalogie des Sanford et des Gillam, V. : James N. Arnold, Vital records of Rhode Island, 1636–1850, first series : births, marriages, and deaths (20 vol., Providence, 1891).— J. O. Austin, The genealogical dictionary of Rhode Island (Albany, N.Y., 1887), 171s.— G. A. Moriarty, Captains Gillam and Sanford of the Hudson’s Bay Company, Genealogists’ Mag., X (1947–50), 568–571 ; President John Sanford and his family, NEng. Hist. and Geneal. Soc. Register, CIII (1949) : 212s.— Sybil Noyes et al., Genealogical dictionary of Maine and New Hampshire (Portland, Me, 1928–39), 3e partie, 262, 5e partie, 607.— Records of the town of Portsmouth, R.I., ed. Clarence Brigham (Providence, R.I., 1901).— Sur sa carrière avec la HBC, V. : HBRS, VIII, IX (Rich) ; XI (Rich and Johnson) ; XXI (Rich).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

G. Andrews Moriarty, « SANFORD, ESBON », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 17 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/sanford_esbon_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/sanford_esbon_1F.html
Auteur de l'article:   G. Andrews Moriarty
Titre de l'article:   SANFORD, ESBON
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   17 septembre 2014