DCB/DBC Mobile beta
+

VARIN DE LA MARRE, JEAN-VICTOR, commissaire et contrôleur de la Marine, subdélégué de l’intendant, conseiller au Conseil supérieur de Québec, né le 14 août 1699 à Niort, France, fils de Jean Varia de La Sablonnière, officier d’infanterie, décédé probablement à Malesherbes, France, entre 1780 et 1786.

Élève écrivain de la Marine à Rochefort, France, en 1721, puis écrivain ordinaire l’année suivante, Jean-Victor Varin de La Marre fut nommé le 22 mai 1729 écrivain principal assumant de plus les fonctions de contrôleur de la Marine au Canada, en remplacement de Jean-Eustache Lanoullier* de Boisclerc que le roi venait de relever. Parti de La Rochelle le 28 juin 1729 à bord du vaisseau du roi, l’Éléphant, en compagnie de son supérieur immédiat, le commissaire ordonnateur Hocquart, il arriva à Québec au milieu de septembre après un naufrage près de l’île aux Grues à une trentaine de milles en aval de Québec.

À titre de contrôleur puis de commissaire, Varin de La Marre veilla à mettre de l’ordre dans les finances de la colonie. Son travail fut à ce point remarquable au cours des dix années suivantes que Hocquart en fit des éloges presque tous les ans. De plus, Varin veillait personnellement sur ses intérêts ; il sollicita constamment le ministre, demandant une rémunération additionnelle ou un rang plus élevé. Le 18 février 1733, il recevait des lettres de provision pour la charge de conseiller au Conseil supérieur de Québec où il siégea pour la première fois le 18 juillet, cumulant cette fonction avec ses autres emplois jusqu’en 1749. Le 13 avril 1734, il passait du grade d’écrivain principal à celui de commissaire contrôleur de la Marine à Québec avec un traitement annuel de 1 800#. Entre-temps, en présence des principaux représentants de la haute société du Canada de l’époque, Jean-Victor Varin de La Marre avait épousé à Québec, le 19 octobre 1733, Charlotte, fille de Louis Liénard* de Beaujeu, noble de vieille souche. Elle lui apportait une dot de 6 000# qui vint s’ajouter aux 12 000# qu’il possédait déjà.

À l’été de 1736, Varin fut envoyé à Montréal pour exercer les fonctions de subdélégué de l’intendant laissées vacantes lorsque Honoré Michel* de Villebois de La Rouvillière vint à Québec assurer l’intérim durant l’absence de Hocquart. En 1738, invoquant d’urgentes affaires personnelles à régler, Varin obtint du ministre l’autorisation de passer en France, mais Hocquart ne consentit à le laisser partir qu’à l’automne de 1740 car Varin était un fonctionnaire précieux. En plus de ses responsabilités habituelles, il contrôlait l’émission de la monnaie de cartes et avait la surveillance des forges du Saint-Maurice et de la construction navale du roi, charges pour lesquelles il produisit des rapports appréciés de ses supérieurs. Il revint au pays en avril 1741 avec une gratification extraordinaire de 1 200# obtenue du ministre Maurepas qui, deux ans plus tard, lui accordait la « haute paye », soit 2 400#, le salaire le plus élevé que pouvait toucher un fonctionnaire subalterne au Canada. Enfin, à la suite de la nomination de Michel de Villebois au poste de commissaire général et ordonnateur en Louisiane, le 1er janvier 1747, Maurepas, après avoir consulté l’intendant Hocquart, promut Varin à l’emploi de commissaire de la Marine et subdélégué de l’intendant à Montréal. Varin assuma ses fonctions dès l’automne de 1747. Il revint à Québec à l’été de 1749 pour remplacer l’intendant Bicot pendant son séjour à l’île Royale (île du Cap-Breton). Au début de septembre 1749, Varin de La Marre se fixa définitivement à Montréal où il exerçait ses larges pouvoirs.

Pour un noble ambitieux comme Varin, qui aimait l’argent autant que les honneurs, l’occasion était trop belle pour ne pas procéder à des transactions commerciales où ses intérêts privés étaient nettement en conflit, et de façon abusive, avec les intérêts de l’État. En 1748, il avait formé une société de commerce avec Jean-Baptiste-Grégoire Martel de Saint-Antoine, gardemagasin du roi à Montréal, et Jacques-Joseph Lemoine Despins, son commis. Cette société vendait au détail aux habitants et avait des intérêts dans les postes des pays d’en haut. De plus, Varin vendait personnellement au roi des marchandises qu’il achetait des négociants Guillaume Estèbe, Jean-André Lamaletie et Antoine Pascaud. Mais comme il ne pouvait en même temps acheter, vendre la fourniture et en déterminer le prix, il se dédoubla, et Lemoine Despins lui servit de prête-nom. Également, il avoua avoir, de 1752 à 1757, majoré d’un quart le prix des fournitures pour les magasins du roi. Enfin, entre 1755 et 1757, il s’associa avec Jacques-Michel Bréard, Michel-Jean-Hugues Péan et Bigot avec lesquels il commit d’autres malversations. Pressentant qu’on ne tarderait pas à découvrir toute la trame de ses opérations malhonnêtes, Varin chercha à s’éloigner de la colonie. Le 15 octobre 1754, il demandait au ministre de la Marine, Jean-Baptiste Machault d’Arnouville, de le placer soit au Cap-Français (Cap-Haïtien, République d’Haïti), soit en Louisiane. Machault ne semble pas avoir donné suite à sa requête puisque deux ans plus tard, le 15 octobre 1756, Varin revenait à la charge et demandait cette fois la permission de passer en France pour y rétablir sa santé. C’est à contrecœur que le ministre lui accorda son congé, le 1er avril 1757, tout en espérant qu’il ne s’en prévaudrait que si le bien de sa santé l’exigeait « indispensablerrient ». Varin de La Marre rentra en France à l’automne de 1757. Dès le printemps suivant, son état de santé ne s’étant pas amélioré, il prit sa retraite.

Durant ses 28 années de service au Canada, Varin de La Marre avait réussi à accumuler un capital estimé, selon l’auteur du « Mémoire du Canada », à 4 000 000# et, selon un inventaire dressé en France en 1763, à 1 320 000#. Accusé d’avoir « pendant une partie du temps qu’il a fait les fonctions de commissaire ordonnateur à Montréal, toléré, favorisé et commis des abus, malversations, prévarications et infidélités quant à l’approvisionnement des magasins du roi en marchandises », Varin fut arrêté, en rapport avec l’Affaire du Canada, et emprisonné à la Bastille au cours du mois de décembre 1761. Traduit devant le Châtelet, son instruction dura 15 mois. Le 10 décembre 1763, il était reconnu coupable des accusations portées contre lui et condamné au bannissement à perpétuité du royaume de France, à une amende de 1 000# et à la restitution au roi de 800 000#.

Après environ sept ans d’exil, Varin obtint du roi Louis XV, le 9 septembre 1770, la permission de s’établir en Corse, grâce à l’intervention d’un ami de la famille, le duc de Noailles. Finalement, en mars 1780, Louis XVI lui permit de rentrer en France et de s’établir à Malesherbes près de son fils Jean-Baptiste-François-Marie, dragon dans les troupes royales. C’est là que probablement il mourut quelque temps avant sa femme qui décédait à Sens, le 23 mai 1786.

Jean-Victor Varin de La Marre est le type du fonctionnaire ambitieux qui sut, par ses talents et ses alliances, accéder aux plus hauts emplois dans le service du roi au Canada mais dont la cupidité entraîna la perte.

André Lachance

AD, Deux-Sèvres (Niort), État civil, Notre-Dame de Niort, 14 août 1699.— AN, Col., B, 53, ff.153, 556 ; 58, ff.425, 431 ; 61, ff.515, 536 ; 63, ff.471, 494 ; 64, f.421 ; 66, ff.7, 31 ; 68, ff.29, 51 ; 71, ff.35, 42 ; 72, f.33 ; 74, ff.18, 89 ; 76, f.61 ; 78, ff.56, 62 ; 81, f.57 ; 83, ff.3, 20 ; 85, f.25 ; 87, f.2 ; 89, ff.58, 75 ; 91, ff.32, 59 ; 95, f.10 ; 99, ff.27, 33 ; 105, f.12 ; 106, f.147 ; 107, f.7 ; 108, f.127 ; 120, ff.6, 30, 67, 84, 158 ; 125, f.210 ; 127, ff.266, 291 ; 137, ff.153, 165 ;172, f.60 ; C11A, 51, f.387 ; 70, f.96 ; 71, f.134 ; 73, ff.143, 417 ; 74, f.192 ; 77, f.332 ; 78, f.57 ; 80, ff.298, 304, 307, 310, 314 ; 81, f.398 ; 82, f.282 ; 87, f.159 ; 88, f.29 ; 89, ff.184–187 ; 92, ff.292–296 ; 93, f.299 ; 97, ff.219, 221 ; 98, f.158 ; 99, ff.493, 495 ; 100, f.143 ; 101, f.287 ; 103, ff.23, 256 ; E, 383 (dossier Varin de La Marre) ; F3, 10, ff.268, 369 ;14, ff.171, 213, 215, 223, 257 ; 16, ff.257–258 ; Marine, C7, 337 (dossier Varin de La Marre).— ANQ-Q, État civil, Catholiques, Notre-Dame de Québec, 19 oct. 1733 ; Greffe de Jacques Barbel, 17 oct. 1733.— Doc. relatifs à la monnaie sous le Régime français (Shortt), II : 600s.— Mémoire du Canada, ANQ Rapport, 1924–1925, 197.— P.-G. Roy, Inv,. jug. et délib., 1717–1760, VI : 271s.— Tanguay, Dictionnaire, VII : 428.— Frégault, François Bigot.— Cameron Nish, Les bourgeois-gentilshommes de la Nouvelle-France, 1729–1748 (Montréal et Paris, 1968), 132, 135, 138s.— P.-G. Roy, Bigot et sa bande, 40s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

André Lachance, « VARIN DE LA MARRE, JEAN-VICTOR », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 4, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/varin_de_la_marre_jean_victor_4F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/varin_de_la_marre_jean_victor_4F.html
Auteur de l'article:   André Lachance
Titre de l'article:   VARIN DE LA MARRE, JEAN-VICTOR
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 4
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1980
Année de la révision:   1980
Date de consultation:   20 avril 2014