DCB/DBC Mobile beta
+

Région de naissance

      Région d’activités

          Activités et autres caractéristiques

              1 à 20 (de 393)
              1  2  3  4  ...20
              , et une trentaine d’hommes. Aernoutsz et ses 50 hommes (Buade de Frontenac parle de « 110 corsaires
               
              Buade de Frontenac dut lui obtenir du roi une pension de 150#. Le gouverneur Louis d’Ailleboust étant mort sans enfants, Charles-Joseph
              , Frontenac [V. Buade] nous l’apprend dans une lettre à Colbert (13 novembre 1673) : « Je me suis servi du
               
              Buade de Frontenac. Si les Français entendaient par là ébranler l’allégeance du gouverneur anglais, ils n’eurent guère de succès, pas même dans les conditions pénibles qui sévissaient à la baie
               
              fourrures en Nouvelle-France. Le 3 septembre de la même année, le gouverneur général de Buade de Frontenac, afin
               
              Buade de Frontenac pendant un certain temps ; a donné son nom à la grande île du lac des Deux-Montagnes, au nord-ouest de l’île de Montréal ; né à Neuchâtel (Suisse) en 1642, fils de
               
               : Duchesneau et Frontenac [V. Buade] s’affrontaient ouvertement. Toutes les puissances, grandes et
               
              prétexte de quelques affaires domestiques. En novembre 1672, le gouverneur de Buade de Frontenac demandait en vain au
               
              Brisay* de Denonville, le gouverneur de Buade de Frontenac fit son éloge et lui accorda (1691) le grade de
               
              the discovery of the great west (12th ed., 1891), 185, note I.— Benjamin Sulte, Le Fort de Frontenac, 1668–1678, MSRC, VII (1901), sect. i
              BUADE, LOUIS DE, comte de FRONTENAC et de PALLUAU, soldat, gouverneur général de la Nouvelle-France ; une des figures les plus
              voici chez les Iroquois, occupé à préparer l’expédition que Frontenac [V. Buade] projette de faire au lac Ontario
               
              .) Plusieurs de ses soldats s’établirent auprès de lui. Le gouverneur de Buade de Frontenac le nomma commandant sur la
               
              . Commerçant en vue, ayant rempli des fonctions officielles et propriétaire de biens fonciers à Québec, à l’île d’Orléans et à Montréal, Charron fut l’un des 20 notables de la colonie choisis par Frontenac [V
               
              venger, pilla le fort Cataracoui (Frontenac), qu’il attaqua de nouveau en août et septembre 1687. La Chaudière Noire fit partie, en 1688, de
              Buade de Frontenac, aussi bien que Marie de l’Incarnation et les Jésuites, qui tous écrivaient à Colbert, à des courtisans de France et même à d’autres particuliers pour signaler l’agression
               
              Québec par le gouverneur de Buade de Frontenac le 26 octobre 1678 pour donner leur avis sur la traite de l’eau-de
               
              fut aussi le bras droit du comte de Frontenac [V. Buade] qui le chargea en 1695 d’aller relever le fort
              présenter chez le gouverneur de Buade de Frontenac, qui lui reprochait d’avoir violé les termes de son contrat en
              Nous avons éliminé les doublons dans les résultats. Le total des résultats trouvés peut donc ne pas correspondre au total des résultats affichés
              1 à 20 (de 393)
              1  2  3  4  ...20