DCB/DBC Mobile beta
+

DCB/DBC News

New Biographies

Minor Corrections

Biography of the Day

CRONYN, BENJAMIN – Volume X (1871-1880)

d. at London, Ont., 21 Sept. 1871

Confederation

Responsible Government

Sir John A. Macdonald

From the Red River Settlement to Manitoba (1812–70)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports

The Fenians

Women in the DCB/DBC

The Charlottetown and Quebec Conferences of 1864

Introductory Essays of the DCB/DBC

The Acadians

For Educators

The War of 1812 

Canada’s Wartime Prime Ministers

The First World War

STOURTON, ERASMUS, probablement le deuxième pasteur anglican (le premier dont le nom est connu) à venir à Terre-Neuve, né en 1603, fils aîné d’Edward Stourton, de Narborough, dans le Leicestershire, et de sa femme Mary, marié à Elizabeth Gravenor, qui lui donna sept enfants, décédé en novembre 1658 à Walesby, dans le Lincolnshire.

Quoique Stourton ne s’identifie que comme « ancien prédicant de la colonie de Ferryland » dans une pétition en date du 9 octobre 1628, il est sans aucun doute l’Erasmus Stourton qui, en 1619, termina ses études secondaires au collège St. John’s, à Cambridge, à l’âge de 16 ans. Il obtint le baccalauréat ès arts en 1622–1623 et fut ordonné pasteur en septembre 1625.

Après avoir obtenu une maîtrise ès arts, en 1627, Stourton se rendit à Terre-Neuve pour y être l’aumônier des colons de Ferryland. C’est à cette époque qu’il se brouilla avec Sir George Calvert (plus tard Lord Baltimore), qui avait confié au capitaine Edward Wynne la mission d’établir une colonie à Ferryland en 1621, colonie que Calvert visita lui-même pour la première fois en 1627. En 1628, Calvert, qui était catholique, amena avec lui à Terre-Neuve, outre sa famille et 40 autres familles catholiques, deux prêtres qui célébraient la messe et accomplissaient « tous les autres rites de l’Eglise de Rome avec le faste auquel cette Eglise est accoutumée en Espagne ». Le protestantisme militant de Stourton en fut irrité au point que les querelles religieuses qui s’ensuivirent entre les deux hommes aboutirent à l’expulsion de Stourton en 1628, sur l’ordre de Calvert. Stourton rentra cette année-là en Angleterre, où il poursuivit en vain ses efforts pour soulever le Privy Council et d’autres autorités contre « la colonie papiste » de Ferryland.

Stourton devint par la suite aumônier de Christopher Villiers, comte d’Anglesey, et pasteur de Walesby, dans le Lincolnshire, de 1631 à 1658. Il y mourut au mois de novembre 1658.

Les textes parlent si peu de Stourton qu’il est difficile de le dépeindre comme homme. Bien que Calvert ait vu en lui « un homme effronté, sectaire, étroit d’esprit, et se mêlant sans cesse, dans son affairement, de ce qui ne le regardait pas », et que M. F. Howley l’ait dépeint par la suite comme « un protestant agressif, insupportable, et très probablement enclin à la sédition », il est possible, étant donné les circonstances, que ces épithètes soient fort exagérées par l’inimitié, les préventions ou les préjugés. On serait peut-être en droit d’ajouter, à la décharge de Stourton, qu’il s’acquitta de ses fonctions de missionnaire auprès des premiers colons avec quelque distinction et à la satisfaction de l’épiscopat de son Église en Angleterre. Dans ses démêlés avec le puissant et influent Calvert, il s’est révélé homme de courage, et non pas un roseau agité par le vent. Le simple fait qu’il soit venu à Terre-Neuve et qu’il ait consenti à abandonner les douceurs de la vie dans son pays natal dénote un esprit de dévouement et de sacrifice fort louable. De fait, il semble avoir possédé certaines des qualités requises du véritable pionnier.

E. Hunt

PRO, C.O. 1/4, 59.— Sur la jeunesse de Stourton, V. : Lincolnshire pedigrees, ed. A. R. Maddison (3 vol., Harleian Soc., L–LII, 1902–04), III.— Alumni Cantabrigiensis, ed. John and J. A. Venn (2 parties (10 vol.), Cambridge, 1922–54), 1ère partie, IV.— M. F. Howley, Ecclesiastical history of Newfoundland (Boston, 1888).— Prowse, History of Nfld. (Les études plus récentes ne corroborent pas le récit que fait Prowse de l’arrivée de Stourton à Terre-Neuve).— Rogers, Newfoundland.— A. L. Rowse, The Elizabethans and America (London, 1959).

Bibliographie de la version modifiée :
Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours,
« England births and christenings, 15381975 », acte de naissance, Elizabeth Sturton, 9 oct. 1643 : familysearch.org (consulté le 4 juill. 2019).

General Bibliography

Cite This Article

E. Hunt, “STOURTON, ERASMUS,” in Dictionary of Canadian Biography, vol. 1, University of Toronto/Université Laval, 2003–, accessed 21 septembre 2023, http://www.biographi.ca/en/bio/stourton_erasmus_1E.html.

The citation above shows the format for footnotes and endnotes according to the Chicago manual of style (16th edition). Information to be used in other citation formats:


Permalink:   http://www.biographi.ca/en/bio/stourton_erasmus_1E.html
Author of Article:   E. Hunt
Title of Article:   STOURTON, ERASMUS
Publication Name:   Dictionary of Canadian Biography, vol. 1
Publisher:   University of Toronto/Université Laval
Year of publication:   1966
Year of revision:   2021
Access Date:   21 septembre 2023