DCB/DBC Mobile beta
+

BROKE, sir PHILIP BOWES VERE, officier de marine, né le 9 septembre 1776 dans le domaine de Broke Hall, Nacton, Angleterre, fils aîné de Philip Bowes Broke et d’Elizabeth Beaumont ; le 25 novembre 1802, il épousa Sarah Louisa Middleton, et ils eurent 11 enfants ; décédé le 2 janvier 1841 à Londres.

Philip Bowes Vere Broke entra à la Royal Naval Academy de Portsmouth en 1788 et, quatre ans plus tard, devint midshipman à bord du Bulldog. Promu lieutenant en 1797, il prit part à la bataille du cap Saint-Vincent au cours de la même année et servit en outre au large de l’Irlande et dans la mer du Nord. Il devint capitaine le 14 février 1801 et prit le commandement de la frégate Shannon le 31 août 1806. Affecté à l’escadre du vice-amiral Herbert Sawyer en août 1811, il la rejoignit à Halifax le 24 septembre. Pendant les 18 mois qui suivirent, tout en retournant à l’occasion à Halifax, il passa son temps à sillonner l’ouest de l’Atlantique pour intercepter les navires de guerre français et, à partir de l’été de 1812, les navires américains. Après avoir pris le commandement du Shannon, Broke avait consacré ses énergies à perfectionner ses canonniers, en leur faisant suivre scrupuleusement un entraînement fort bien conçu. Grâce à ces efforts, son bâtiment devint l’un des plus efficaces de la marine royale, à une époque où l’artillerie navale était souvent déficiente.

Le 21 mars 1813, Broke, de conserve avec la frégate Tenedos, partit surveiller le port de Boston où étaient rassemblées plusieurs des redoutables « superfrégates » américaines. À la fin de mai, ayant envoyé le Tenedos ailleurs, il commençait à manquer d’eau douce ; mais avant de retourner à Halifax, il voulait absolument attaquer l’un des navires tant vantés de l’ennemi. Le matin du 1er juin, il s’approcha de terre et aperçut la frégate Chesapeake, qui avait l’air prête à prendre la mer. Il lança un défi au capitaine James Lawrence, mais avant que le message ne parvienne à son destinataire le navire américain appareilla et se présenta à la hanche tribord du Shannon. À cinq heures cinquante de l’après-midi, le Shannon ouvrit le feu. Les effets de sa bordée furent catastrophiques pour le Chesapeake : l’équipe de barre fut tuée, des écoutes et des cargues furent emportées, de sorte qu’il perdit de l’erre et donna contre le Shannon. Le vaisseau britannique prit alors son adversaire en enfilade, faisant des ravages chez les servants de pièce ennemis. Broke fit amarrer les deux navires côte à côte et, voyant que les Américains abandonnaient leurs canons, mena ses hommes à l’abordage à partir du pont supérieur. Après un combat bref mais acharné, au cours duquel Broke fut grièvement blessé à la tête par un coup de crosse de mousquet, le Chesapeake se rendit. Son capitaine était mortellement atteint et avait perdu près de la moitié de son équipage. Onze minutes s’étaient écoulées depuis le premier coup de feu. Le vaisseau américain avait beau être plus gros et plus lourdement armé, ses hommes avaient eu peu de temps pour s’habituer à travailler ensemble. Le Shannon l’emporta grâce aux qualités de chef de Broke et à l’excellent entraînement de son équipage. Halifax salua l’arrivée du Shannon et de sa prise avec allégresse. Les membres du clergé et la chorale de l’église St Paul auraient même dévalé la rue George en soutane et en surplis pour voir les bateaux.

Philip Bowes Vere Broke se remit suffisamment de sa blessure pour reprendre le commandement du Shannon lorsque le navire fit voile vers l’Angleterre en octobre 1813. Sa victoire eut sur le moral des Britanniques un effet tonique, qui s’imposait grandement par suite des succès navals des Américains. On le combla donc d’honneurs. Il fut fait baronnet le 25 septembre 1813 et chevalier commandeur de l’ordre du Bain le 3 janvier 1815. Il reçut également la petite médaille d’or réservée aux post captains qui s’étaient distingués au combat. Cependant, très affecté par sa blessure, il ne reprit jamais le service en mer et passa presque tout le reste de sa vie à Broke Hall. Il porta un vif intérêt à la vie communautaire et employa son temps à entretenir une correspondance sur des questions navales, principalement l’artillerie. Il fut promu contre-amiral de l’escadre rouge le 22 juillet 1830. En 1840, inquiet de sa santé, il décida d’aller subir une opération à Londres afin de faire corriger les séquelles de sa blessure. L’intervention fut cependant trop dure pour lui. Il mourut le 2 janvier 1841 et fut inhumé sept jours plus tard à Nacton, dans l’église St Martin.

H. F. Pullen

Admiral Sir PVBBroke, bart., K.C.B., &c: a memoir, J. G. Brighton, compil. (Londres, 1866).— DNB. H. F. Pullen, The Shannon and the Chesapeake (Toronto et Montréal, 1970).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

H. F. Pullen, « BROKE, sir PHILIP BOWES VERE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/broke_philip_bowes_vere_7F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/broke_philip_bowes_vere_7F.html
Auteur de l'article:   H. F. Pullen
Titre de l'article:   BROKE, sir PHILIP BOWES VERE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1988
Année de la révision:   1988
Date de consultation:   23 décembre 2014