DCB/DBC Mobile beta
+

CLEVELAND (Cleaveland), AARON, ministre congrégationaliste et prêtre de l’Église d’Angleterre, né à Cambridge, Massachusetts, le 29 octobre 1715, fils d’Aaron Cleveland, entrepreneur en bâtiments, et d’Abigail Waters, décédé à Philadelphie, Pennsylvanie, le 11 août 1757.

En 1735, Aaron Cleveland obtint un diplôme à Harvard College, où il était considéré comme un excellent lutteur, nageur et patineur, comme un « homme grand et fort ». En 1739 il, reçut les ordres à l’église congrégationaliste de Haddam, Connecticut, et épousa le 4 août de la même année, la fille du révérend Aaron Porter de Medford, Massachusetts, Susannah Porter, renommée pour sa beauté.

Cleveland vit en quelques années diminuer sa popularité, peut-être parce qu’il reflétait l’influence du célèbre revivaliste, George Whitefield. Il « obtint son congé » de Haddam en 1746 et fut invité à devenir pasteur à Malden South (Everett, Mass.), en avril 1747. Au cours d’une visite à Halifax, N.-É., en mai 1749, après avoir prêché devant une assemblée considérable, il fut prié de « s’[y] établir en permanence ». Les membres de l’Église d’Angleterre avaient déjà à leur disposition l’église St Paul et l’on projetait la construction d’un beau temple pour les dissidents (presbytériens, congrégationalistes, calvinistes, etc.). En février 1751, Cleveland était à son nouveau poste. En attendant que le temple soit terminé, il prêchait « avec beaucoup de succès » à l’église St Paul tous les dimanches après-midi, tandis que son collègue, William Tutty, de l’Église d’Angleterre, s’adressait à ses ouailles le matin. Cet arrangement se fit sous le signe de l’amitié ; Tutty fit part à la Society for the Propagation of the Gospel de la « parfaite harmonie » qui régnait entre les deux congrégations. Il en avait été autrement en septembre de l’année précédente, lorsque Tutty avait accusé ouvertement les habitants originaires de la Nouvelle-Angleterre d’être « un peuple tricheur et intrigant », malhonnête et enclin aux faux-fuyants, « le tout dissimulé sous le manteau de la religion ». Le gouverneur Edward Cornwallis*, qui trouvait Cleveland « d’un commerce fort agréable », lui concéda quatre lots de terre à Halifax et dans les environs et s’intéressa vivement au nouveau temple (qui allait devenir l’église St Matthew) dont Cleveland sera le premier pasteur.

Peut-être parce que sa popularité allait diminuant, Cleveland semble être devenu, dans l’espace d’un an ou deux, d’une impatience fébrile. Il s’orientait vers l’Église d’Angleterre et, vers la fin de 1753, il quitta Halifax pour Norwich, Connecticut, où vivait sa mère veuve. Comme son acceptation par la Society for the Propagation of the Gospel exigeait qu’il fût présent à Londres, il régla ses affaires à Halifax avant de s’embarquer pour l’Angleterre en juin 1754 ; il laissa sa femme et ses enfants à Boston. Plus tard, il reçut les ordres et, le 28 juillet 1755, il fut nommé missionnaire de la société. Celle-ci lui offrit un poste en Pennsylvanie. Mais le navire qui le ramena en Amérique heurta les bancs de sable de Nantucket ; Cleveland, qui fit preuve d’une grande bravoure en assistant les matelots, fut gravement blessé à la tête. Poursuivant son périlleux voyage, il débarqua à Halifax en octobre 1755 et, peu de temps après, se rendit à Norwich, encore malade. La congrégation de Lewes, Delaware, l’ayant refusé comme nouveau ministre, il fut transféré à New Castle, Delaware, en 1757, grâce à la haute recommandation du révérend William Smith. II partit alors chercher sa femme et ses dix enfants en Nouvelle-Angleterre. Mais il mourut subitement d’hydropisie, le 11 août 1757, à la maison de Benjamin Franklin à Philadelphie, où il s’était arrêté pour se reposer.

La veuve de Cleveland reçut, de la Society for the Propagation of the Gospel le reste du salaire de son mari pour cette année-là plus £50, et ouvrit un commerce à Salem, Massachusetts. Aaron compte parmi ses descendants Grover Cleveland qui fut président des État-Unis à deux reprises.

Maud M. Hutcheson

Essex Institute (Salem, Mass.), {{ms }}letter of Aaron Cleveland, [1751].— The genealogy of the Cleveland and Cleaveland families, E. J. et H. G. Cleveland, comp. (3 vol., Hartford, Conn., 1899), L.— New Eng. Hist. and Geneal. Register (Boston), XLII (1888) 7378.— Shipton, Sibleys Harvard graduates, IX 493500.— [R. M. Hattie], Looking backward over two centuries (Halifax, 1949), 10s.— I. F. MacKinnon, Settlements and churches in Nova Scotia, 7749–1776 (Halifax, [1930]).— W. C. Murray, History of St. Matthew’s Church, Halifax, N.S., Coll. of the N.S. Hist. Soc., XVI (1912) : 150157.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Maud M. Hutcheson, « CLEVELAND, AARON », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 22 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/cleveland_aaron_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/cleveland_aaron_3F.html
Auteur de l'article:   Maud M. Hutcheson
Titre de l'article:   CLEVELAND, AARON
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   22 décembre 2014