DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

SULLIVAN, sir WILLIAM WILFRED – Volume XIV (1911-1920)

décédé le 30 septembre 1920 à Memramcook, Nouveau-Brunswick

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

DAVID, JACQUES, marchand, greffier et notaire royal, né vers 1684, fils de Paul David et de Marie Montet, originaire de Notre-Dame-dela-Platée, diocèse de Castres, dans le Languedoc, inhumé à Montréal le 17 octobre 1726.

Aussi bien l’avouer : on sait peu de chose de Jacques David. Il paraît pour la première fois au Canada lors de son contrat de mariage, reçu par Florent de La Cetière le 12 septembre 1715. Cinq jours plus tard, il épousait à Québec Marie-Louise Normandin, âgée de 19 ans environ, fille de l’aubergiste Laurent Normandin dit Le Sauvage et nièce du notaire Daniel Normandin. Au recensement de Québec, en 1716, le couple habitait rue Sous-le-Fort, chez les parents de Marie-Louise probablement : David se dit marchand et âgé de 28 ans, son épouse a 20 ans.

On ignore dans quelles circonstances David déménagea à Montréal, où fut baptisé, le 9 octobre 1717, le premier de ses cinq enfants. À l’été de 1718, il y était greffier intérimaire. Mais il allait, le 20 septembre, prendre à ferme le greffe de Montréal pour trois années à compter du 1er janvier suivant ; le 10 mars 1719, l’intendant Bégon* ratifiait l’entente intervenue entre le Séminaire de Saint-Sulpice, propriétaire du greffe, et Jacques David, autorisant ce dernier à exercer comme greffier, ce que David avait déjà commencé de faire. Deux mois plus tard, le 8 mai, Bégon nommait David notaire royal. Il fallait s’y attendre : les charges de greffier et de notaire allaient souvent de pair en Nouvelle-France. À sa mort, David laissait un minutier considérable, compte tenu du fait qu’il n’exerça que pendant sept ans, tout en continuant d’exploiter jusqu’à la fin le greffe de Montréal.

De la vie privée de David on ne connaît rien, sinon qu’il habita, sur la Place d’Armes, une maison louée le 4 octobre 1720 au coût de 240# par année, dont il versa 60 comptant.

André Vachon

AJM, Greffe de Jacques David, 1719–1726 ; 4 oct. 1720.— AJQ, Greffe de Florent de La Cetière, 12 sept. 1715.— AQ, NF, Ord. des int., VI : 324v.s., 326v.s.— Édits ord., II : 290s.— Recensement de Québec, 1716 (Beaudet).— P.-G. Roy, Inv. Jug. et délib., I : 251, 297.— Tanguay, Dictionnaire, III : 255.— Massicotte, Les tribunaux et les officiers de justice, BRH, XXXVII (1931) : 190s., 305.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

André Vachon, « DAVID, JACQUES », dans FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 sept. 2016, http://www.biographi.ca/fr/bio/david_jacques_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/david_jacques_2F.html
Auteur de l'article:   André Vachon
Titre de l'article:   DAVID, JACQUES
Titre de la publication:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1991
Date de consultation:   30 septembre 2016