DCB/DBC Mobile beta
+

DEAS, JOHN SULLIVAN, ferblantier et fabricant de conserves de saumon, né vers 1838 en Caroline du Sud ; le 4 septembre 1862, il épousa à Victoria (Île-de-Vancouver), Fanny Harris, qui lui donna au moins huit enfants ; mort le 22 juillet 1880, à Portland, dans l’Oregon.

John Sullivan Deas, qu’on disait mulâtre, avait été ferblantier à Charleston et à San Francisco, avant de s’installer à Victoria (Île-de-Vancouver), probablement en 1861 ou en 1862. Il est possible qu’il soit venu dans l’Île-de-Vancouver travailler pour Martin Prag, ferblantier et quincaillier, chez qui il avait été employé auparavant, à San Francisco. En 1866, Deas était lui-même ferblantier et quincaillier à Yale et, vers septembre 1868, il s’établit à son compte à Victoria, donnant à son commerce le nom de Birmingham House.

À Victoria, Deas vécut parmi la population noire qui comptait plusieurs centaines d’habitants qui avaient quitté San Francisco en 1858. Ce mouvement d’émigration avait deux causes : les Noirs craignaient d’une part que la législature et les tribunaux de Californie ne prennent des mesures aggravant leur situation déjà précaire dans cet état, et se sentaient attirés d’autre part par la ruée vers l’or dans la vallée du Fraser. Les Noirs ne trouvèrent pas en territoire britannique l’égalité qu’ils cherchaient, bien que la discrimination qui régnait alors n’eût rien d’officiel et fût plutôt de nature sociale que juridique. Deas, par exemple, put s’occuper de plusieurs affaires commerciales, acheter des propriétés et finalement jouir des droits et des avantages que possédaient tous les sujets britanniques. Il obtint même une concession dans les terres de la couronne et eut le droit de vote. Cependant, un journal de Victoria le décrivit un jour ainsi que sa famille comme de parfaits représentants de leur race, les tournant en même temps en ridicule.

Dès 1871, Deas fabriqua des boîtes de conserve pour le capitaine Edward Stamp, et c’est ainsi qu’il commença à se lancer dans la conserverie du saumon. En 1872, après la mort de Stamp, Deas mit le saumon en boîte pour son propre compte et il loua l’usine de salaison qui avait été construite pour le capitaine James Cooper en 1870. C’est près de cet endroit qu’en 1873 il acquit un terrain en usant d’un droit de préemption sur ce qui est maintenant l’île de Deas. L’année suivante, sa conserverie comprenait trois grands bâtiments, au milieu de sept acres de terrain entourées d’une digue, ainsi que de petits bâtiments, un quai et des hangars. L’usine de Deas fonctionna jusqu’à la fin de la saison de 1878 et ses produits étaient vendus sous l’étiquette « Fresh Salmon, John S. Deas, Frazer [sic] River, British Columbia ». Il vendit alors les intérêts qu’il avait dans l’usine à ses agents de Victoria, la firme Findlay, Durham and Brodie, commerçants à la commission. Peu après, ces intérêts furent évalués entre $13 000 et $15 000. Après la vente, Deas s’établit à Portland, Oregon, où, en novembre 1877, sa femme avait acheté une pension de famille.

Pendant les premières années où il exploita sa conserverie, Deas pouvait dire qu’elle était la plus grande sur le fleuve mais, en 1877, des nouveaux venus dans cette industrie lui firent une vive concurrence. Deas pensa alors que les réserves de saumon du Fraser étaient limitées en comparaison de celles du Columbia, à cause de la remonte irrégulière du poisson et de la rareté des bancs de bons saumons dans le grand chenal. Lorsqu’il fut question d’installer une autre conserverie près de la sienne, il demanda à louer en exclusivité les droits sur les bancs de saumons près de l’île de Deas, ce qui provoqua une levée de boucliers, tant au parlement provincial qu’au parlement fédéral. Mais sa crainte de la concurrence était tout à fait justifiée car, en 1878, la nouvelle conserverie produisit deux fois plus de caisses que celle de Deas, dont la production au cours de sa dernière saison d’exploitation fut la moins importante des huit conserveries travaillant cette année-là sur le Fraser. Pendant la première décennie d’exploitation permanente de la pêche sur le Fraser, l’usine de John Sullivan Deas travailla pendant sept saisons de pêche, et c’est pourquoi on doit accorder à Deas une place de premier plan parmi les fondateurs de l’industrie de la conserve en Colombie-Britannique.

H. Keith Ralston

British Columbia, Central Microfilm Bureau (Department of the Provincial Secretary), Chief commissioner of lands and works, Correspondence inward, 3 116/74, 3 117/74.— British Columbia, Department of Finance, Assessment rolls for New Westminster District, septembre – décembre 1879, 26s.— British Columbia, Department of Lands, Crown grant records, no 1 381 G, v.3 ; 1 556/3 ; Original field survey book, 37/74, P.H. 2, group 2, New Westminster District.— Multnomah County Department of Records and Elections (County Courthouse, Portland, Ore.), Multnomah County, Deed records.— National Archives (Washington), United States, 10th Census, Oregon, Multnomah County, Original enumerator’s sheets, 425 (microfilm disponible).

Les PABC ont des copies de deux volumes qui reproduisent des fac-similés d’étiquettes utilisées par les. propriétaires de conserveries de la Colombie-Britannique : Salmon labels [...] (s.l., s.d.), et Specimens, label printing, Victoria, B.C. (s.l., s.d.).

      Debates of the Senate of Canada, 1878, 287–292.— Journals of the Legislative Assembly of British Columbia, 1878.— Sessional Papers of Canada, 1877, 5, no 5, 4e suppl., 339s. ; 1878, 3, no 1, 5e suppl., 287, 306s. ; 1879, 4, no 3, 4e suppl., 292, 302 ; 1882, 4, no 5, 2e suppl., 223.— Sessional Papers of British Columbia, 1878, 210.— British Columbia Examiner (New Westminster, C.-B.), 4 avril 1868.— British Columbia Examiner (Yale, C.-B.), 17 août 1868.— British Columbia Tribune (Yale, C.-B.), 16 avril 1866.— Daily British Colonist and Victoria Chronicle, 8 sept. 1868, 20 oct., 21 oct., 22 oct. 1870, 3 mars 1871, 25 juill. 1872, 6 mai 1874.— Mainland Guardian (New Westminster, C.-B.), 18 juin 1870, 20 juin 1871, 21 août, 28 août 1878.— Morning Oregonian (Portland, Ore.), 23 juill. 1880.— Pacific Appeal (San Francisco, Cal.), 27 sept. 1862.— Victoria Daily Standard, 15 sept. 1870, 6 mars, 9 juin 1871.— Charleston city directory [...] for 1856, R. S. Purse, compil. (New York, 1856).— First Victoria directory [...] 1871, Edward Mullandaine, compil. (Victoria, 1871).— List of voters in the several electoral districts in British Columbia in force on the first August 1874 (Victoria, 1874).— Portland directory for 1879 [...] ; 1880 ; 1881 ; 1882 (Portland, Ore., [1879] ; 1880 ; 1881 ; 1882).— The San Francisco directory for [...] 1860 [...] ; 1861, H. G. Langley, compil. (San Francisco, 1860 ; 1861).— Victoria assessment roll, 1868, Daily British Colonist, Supplement (Victoria), 14 nov. 1868.— F. W. Howay et E. O. S. Scholefield, British Columbia from the earliest times to the present (4 vol., Vancouver, C.-B., 1914), II : 585.— R. M. Lapp, Negro rights activities in gold rush California, California Hist. Soc. Quarterly, XLV (1966) : 11–15.— James Pilton, Negro settlement in British Columbia, 1858–1871 (thèse de m.a., University of British Columbia, 1951).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

H. Keith Ralston, « DEAS, JOHN SULLIVAN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 3 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/deas_john_sullivan_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/deas_john_sullivan_10F.html
Auteur de l'article:   H. Keith Ralston
Titre de l'article:   DEAS, JOHN SULLIVAN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   3 septembre 2014