DCB/DBC Mobile beta
+

DÉLÉAGE (Deléage), JEAN-FRANÇOIS-RÉGIS, prêtre, oblat de Marie-Immaculée, né à Crossac, commune de Sainte-Sigolème, Haute-Loire, France, le 15 décembre 1821, fils de François Deléage et de Jeanne Romeyer, cultivateurs, décédé à Ottawa, le 1er août 1884.

Jean-François-Régis Déléage fréquenta le petit séminaire de Monistrol-sur-Loire, Haute-Loire, et le grand séminaire du Puy avant d’entrer au noviciat des oblats à Notre-Dame de l’Osier, Isère, le 24 février 1847, où il fit profession le 27 février 1848. Il termina ses études théologiques à Montréal et y fut ordonné prêtre, le 29 octobre 1848, par Mgr Joseph-Bruno Guigues*, évêque de Bytown (Ottawa).

Le nouveau prêtre, parlant peu l’anglais, se dévoua d’abord, de 1848 à 1853, dans la paroisse Notre-Dame-de-la-Visitation (Our Lady of the Visitation), à South Gloucester, Haut-Canada, qui comptait environ 2 000 Irlandais. Malgré une violente opposition des orangistes, il y construisit une église et, en plus de cette paroisse, desservit plusieurs missions, dont Osgoode, Metcalf et Embrun.

Envoyé dans le Bas-Canada comme curé de la paroisse naissante L’Assomption-de-Maniwaki (L’Assomption-de-la-Sainte-Vierge) qui comptait, en 1853, environ 200 familles et comme supérieur des oblats œuvrant dans cette région, le père Déléage y éleva une belle église, encouragea la construction d’écoles et introduisit en 1870 les Sœurs grises de la Croix (aujourd’hui les Sœurs de la Charité d’Ottawa). Il se fit un devoir de développer la colonisation sur les terres que le gouvernement avait concédées aux oblats afin d’encourager les Algonquins à la culture, mais ne connut guère de succès. Le père Déléage fit venir plusieurs familles de South Gloucester, lesquelles furent suivies par des Canadiens français qui s’installèrent sur les rives de la Lièvre. Il établit un moulin à scier à la chute des Eaux, en 1854, puis un moulin à scier et à farine sur la rivière Joseph (rivière Saint-Joseph), en 1860, qui fut à l’origine de la paroisse Moulin des Pères ou Sainte-Famille-d’Aumond. Il obtint du gouvernement la construction de routes et l’octroi d’un bureau de poste. On lui doit aussi la formation de plusieurs paroisses de la région de Maniwaki : Saint-Gabriel, Sainte-Philomène et La Visitation.

En plus de son travail de curé, le père Déléage desservit plusieurs années les missions du Témiscamingue et devint, avec le père Jean-Marie Pian, un des premiers prêtres catholiques à hiverner au fort Albany (Fort Albany, Ontario), sur la baie de James, en 1859–1860. On le retrouve aussi dans les missions du Saint-Maurice et dans celles des « chantiers », surtout celui de la Gatineau. Grâce à ce travail, il devint l’ami d’Alonzo Wright*, le roi de la Gatineau, qui l’appelait « my old friend ». Le curé fut l’ami de tous, Blancs et Indiens. On dit qu’il maîtrisait huit dialectes.

Son échec financier, dû aux difficultés à vendre le bois des moulins, l’amena à demander à être relevé de ses fonctions de supérieur. Après un bref séjour dans la paroisse Sainte-Anne, à Mattawa, Ontario, de 1879 à 1881, il termina sa vie à la mission de Témiscamingue, fondée sur ses instances en 1863, afin de se rapprocher des missions du Nord et d’être plus à même d’apprendre les différents dialectes indiens.

Jean-François-Régis Déléage fut toute sa vie un missionnaire dévoué qui ne reculait devant aucun sacrifice pour assurer le bien-être spirituel et matériel de ses ouailles. Il appartient à la lignée des grands missionnaires du siècle dernier, tels les pères Pian, Nicolas Laverlochère et Louis-Étienne-Delille Reboul*, pour ne mentionner que quelques-uns de ceux qui ont travaillé dans les mêmes missions.

Gaston Carrière

AP, L’Assomption-de-la-Sainte-Vierge (Maniwaki), Codex historicus (copie aux Arch. hist. oblates (Ottawa)).— Notices nécrologiques des membres de la Congrégation des Oblats de Marie-Immaculée (8 vol., Paris, 1868–1939), V : 409–450.— Gaston Carrière, Histoire documentaire de la Congrégation des Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée dans l’Est du Canada (12 vol., Ottawa, 1957–1975), II-VII ; IX ; XI.— Sœur Paul-Émile [Louise Guay], Les sœurs grises de la Croix [...] (2 vol., Ottawa, [1945–] 1967), I : 325s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Gaston Carrière, « DÉLÉAGE, JEAN-FRANÇOIS-RÉGIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/deleage_jean_francois_regis_11F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/deleage_jean_francois_regis_11F.html
Auteur de l'article:   Gaston Carrière
Titre de l'article:   DÉLÉAGE, JEAN-FRANÇOIS-RÉGIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1982
Année de la révision:   1982
Date de consultation:   1 septembre 2014