DCB/DBC Mobile beta
+

DRAKE, sir FRANCIS, navigateur anglais, qui fut probablement le premier Européen à arriver en vue de la côte ouest du Canada, né près de Tavistock, dans le Devonshire, vers 1540, mort à bord de son navire au large de Portobelo, Panama, le 28 janvier 1595/1596.

Un des grands marins de l’époque élisabéthaine, Drake fit plusieurs voyages aux Antilles de 1565 à 1573 et commanda une dernière expédition en 1595 ; mais il est surtout célèbre pour son voyage autour du monde, de 1577 à 1580, à la suite duquel il fut fait chevalier en 1581, et pour la victoire qu’il remporta sur l’Invincible Armada en 1588.

Dans son voyage autour du monde, Drake quitte Plymouth en décembre 1577. Il passe quelque temps dans l’Atlantique Sud puis, en septembre 1578, il franchit le détroit de Magellan et entre dans l’océan Pacifique. Après avoir harcelé des navires et des établissements espagnols sur les côtes de l’Amérique du Sud et de l’Amérique Centrale, il s’empare de Huatulco, au Mexique. C’est là que, au printemps de 1579, il prépare son voyage de retour. La pensée géographique de l’époque subissait fortement l’influence d’Abraham Ortelius, dont la célèbre mappemonde plaçait la côte septentrionale de l’Amérique du Nord au sud du 60e degré et faisait voir, au delà, une mer polaire reliée à l’Atlantique par un passage du Nord-Ouest et à l’océan Pacifique par le détroit d’Anian. Drake décida de tenter le retour en Angleterre par cette route polaire. Il partit de Huatulco le 16 avril mais, quelque six semaines plus tard, le mauvais temps l’obligeait à changer d’idée ; il traversa éventuellement le Pacifique et l’océan Indien et contourna l’Afrique pour rentrer en Europe.

L’hypothèse selon laquelle il aurait vu le Canada se fonde sur la nature des vents et des courants qui règnent ordinairement dans le Nord du Pacifique au printemps. Ils décrivent un grand cercle dans le sens des aiguilles d’une montre -phénomène qu’a noté Claret de Fleurieu, officier de marine français, d’où son nom de « courant circulaire de Fleurieu ». Les voiliers doivent en tenir compte s’ils ne veulent pas passer des jours à lutter contre des vents debout.

Après avoir quitté Huatulco, Drake navigua longtemps vers l’Ouest, puis il mit le cap sur le Nord. Le 5 juin, il était encore loin de la côte nord-américaine, quelque part entre le 42e et le 48e degré de latitude ; le 17 juin, il jetait l’ancre dans une baie près de San Francisco. Pour faire le trajet entre ces deux points en 12 jours, il dut nécessairement suivre le bord du courant de Fleurieu qui le porta probablement en vue des côtes de ce qui est aujourd’hui l’île de Vancouver et l’État de Washington, comme semblent l’indiquer les tout premiers récits de ce voyage.

W. Kaye Lamb

P. R. Bishop, Drake’s course in the north Pacific, B.CHist. Q., III (1939) : 151–182 (au sujet de l’hypothèse selon laquelle le courant de Fleurieu aurait porté Drake en vue des côtes de l’île Vancouver et de l’État de Washington).— E. G. R. Taylor, Tudor geography, 1485–1583 (London, 1930), passim.— H. R. Wagner, Sir Francis Drakes voyage around the world (San Francisco, 1926).— J. A. Williamson, The age of Drake (London, 1938), passim ; Sir Francis Drake (London, 1952).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

W. Kaye Lamb, « DRAKE, sir FRANCIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 19 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/drake_francis_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/drake_francis_1F.html
Auteur de l'article:   W. Kaye Lamb
Titre de l'article:   DRAKE, sir FRANCIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   19 avril 2014