DCB/DBC Mobile beta
+
Titre original :  lorenzo.jpg

Provenance : Lien

FERRER MALDONADO, LORENZO, navigateur et aventurier espagnol, auteur d’un récit circonstancié qui trouva quelque créance, et d’après lequel il aurait traversé le passage du Nord-Ouest pendant l’hiver de 1588 ; mort en 1625.

Maldonado présenta sa Relacion à Philippe III en 1609, probablement pour tâcher de profiter de la préoccupation croissante que causaient à l’Espagne les efforts des Anglais pour trouver un passage au Nord-Ouest.

À l’en croire, l’expédition serait entrée dans le détroit du Labrador (détroit de Davis) au 60e degré, l’aurait suivi sur une distance de 280 lieues vers le Nord-Ouest pour en sortir au 75e parallèle. Puis elle aurait fait 790 lieues dans un passage généralement orienté vers l’Ouest pour franchir ensuite un détroit situé vers le 60e parallèle et qui, d’après Maldonado, séparait l’Asie de l’Amérique, à savoir le détroit d’Anian. Après avoir exploré la côte de l’Amérique jusque vers le 55e degré, l’expédition serait revenue par le détroit d’Anian et le passage du Nord-Ouest jusqu’en Espagne. Maldonado exposa avec énergie la nécessité, pour l’Espagne, de fortifier le détroit d’Anian avant que les Anglais y parviennent, et il s’étendit avec enthousiasme sur les avantages économiques et autres que vaudrait à la nation la maîtrise de cette courte route commerciale vers l’Extrême-Orient.

Maldonado était apparemment au courant des voyages anglais de cette période, surtout de ceux de John Davis. Il connaissait probablement l’appui que Michael Lok avait accordé à Juan de Fuca, qui prétendait avoir découvert le détroit d’Anian en 1592. Malgré l’ingéniosité et le ton persuasif de son argumentation, il ne put attirer l’intérêt des autorités envers ses prétendues découvertes ni aucun appui pour la réalisation de ses projets. À cause d’une ressemblance générale entre le détroit de Béring et le détroit d’Anian de Maldonado, on a été tenté à diverses reprises de lui accorder quelque créance.

Un nombre inconnu de copies manuscrites de la Relacion circulèrent du temps de Maldonado. Le duc d’Almodóvar en donna une première édition en 1788, mais l’ouvrage n’attira aucune attention avant 1790, année, où Philippe Buache de La Neuville fit une communication (publiée par la suite en espagnol) à l’Académie des sciences de Paris. L’appui qu’il accordait aux prétentions de Maldonado incita le gouvernement espagnol, en 1791, à charger Alejandro Malaspina, qui était alors au Mexique, d’entreprendre une nouvelle exploration de la côte nord-ouest à la recherche d’un détroit vers le 60e degré. Mais ce voyage ne donna aucun résultat. En 1811, Carlo Amoretti publia la traduction en italien de la Relacion, qu’il avait découverte à la bibliothèque Ambrosienne de Milan dont il était conservateur. En 1812, il fit paraître une nouvelle édition de cet ouvrage, en français, lui ajoutant un Discours destiné à défendre l’authenticité de l’œuvre. En 1849, Fernandez Navarrete et, en 1881, Novo y Colson, publièrent des exposés contradictoires et rangèrent la Relacion parmi les récits apocryphes de Juan de Fuca et de Bartholomée de Fonte.

On ne connaît guère la vie de Maldonado. Vers 1600, il réussit à se soustraire à un procès où il était accusé d’avoir préparé de faux documents. Il fit probablement le voyage de Terre-Neuve en 1609. Il prétendait avoir découvert un moyen de déterminer la longitude en mer au moyen d’une aiguille aimantée, et il offrit de le divulguer, moyennant 5 000 ducats. Il écrivit un ouvrage de géographie, publié après sa mort, dans lequel on ne trouve aucune mention de son prétendu voyage à travers le passage du Nord-Ouest.

Alan Cooke

Lorenzo Ferrer Maldonado, Relación del descubrimiento del Estrecho de Anian [...], dans [Almodóvar], Historia política de los establecimientos ultramarinos de las naciones europeas (5 vol., Madrid, 1784–90), IV ; Imagen del mundo, sobre la esfera, cosmografía, y geografía, teórica de planetas, y arte de nauegar (Alcalá, 1626) ; Voyage de la mer Atlantique à locéan Pacifique [...], traduit d’un manuscrit espagnol et suivi d’un discours qui en démontre l’authenticité et la véracité, par Charles Amoretti [...] (Plaisance, 1812). — Philippe Buache de La Neuville, Memoria leída en la Academia de la Ciencias de París por Mr. Buache, dans Sobre los viajes apócrifos de Juan de Fuca y de Lorenzo Ferrer Maldonado [...], ed. Pedro de Novo y Colson (Madrid, 1881),123–153.— Dodge, Northwest by sea, 183s.— Enciclopedia universal ilustrada europeo-americana (72 vol., Barcelona, 1907 ?–1930), XXXII.— Martin Fernandez de Navarrete, Examen histórico de los viajes y descubrimientos geográficos de Capitán Lorenzo Ferrer Maldonado, de Juan de Fuca y de Almirante Bartolomé Fonte [...] (Madrid, 1849).— H. R. Wagner, Apocryphal voyages to the northwest coast of America, Amer. Antiquarian Soc. Proc., new sen, XLI (1931) : 179–234.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Alan Cooke, « FERRER MALDONADO, LORENZO », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 17 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/ferrer_maldonado_lorenzo_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/ferrer_maldonado_lorenzo_1F.html
Auteur de l'article:   Alan Cooke
Titre de l'article:   FERRER MALDONADO, LORENZO
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   17 septembre 2014