DCB/DBC Mobile beta
+

GLENN (Glen, Glyn), JOHN, soldat, prospecteur, trafiquant et fermier, né en 1833 dans le comté de Mayo (République d’Irlande), décédé le 9 janvier 1886 à Calgary (Alberta).

John Glenn avait 16 ans lorsqu’il émigra aux États-Unis. Quand la guerre de Sécession débuta, en 1861, il vivait à Waco, Texas, et il se joignit à l’armée des Confédérés. Cependant, il déserta pour protester contre l’esclavage et combattit avec les forces de l’Union jusqu’à la fin de la guerre en 1865. Glenn commença alors à chercher de l’or et il prétendit plus tard avoir voyagé « du Rio Grande à la rivière de la Paix [Alberta] ». En 1872, il franchissait le col de la Tête-Jaune, après avoir quitté les champs aurifères de la région de Cariboo (Colombie-Britannique), lorsqu’il rencontra l’expédition de Sandford Fleming* qui procédait à la reconnaissance du tracé envisagé du chemin de fer canadien du Pacifique. Voyageur solitaire, Glenn impressionna considérablement le groupe par « son individualisme teinté de confiance en lui-même » et par son courage.

À l’été de 1873, Glenn faisait de la prospection sur la rivière Saskatchewan-Nord. Au mois de septembre, il épousa Adélaïde Belcourt, une Métisse, à la mission catholique de Saint-Albert, près du fort Edmonton (Edmonton). Pendant les deux années suivantes, il fit de la traite avec les Indiens. À l’automne de 1874, revenant du fort Benton (Fort Benton, Montana) avec son chariot rempli de marchandises, il rejoignit les premiers détachements de la Police à cheval du Nord-Ouest à atteindre la région et leur vendit des produits aussi « luxueux » que de la farine et du sirop à « un prix plutôt exagéré ». En juillet 1875, il s’établit d’une façon permanente sur les bords du ruisseau Fish, à la jonction de celui-ci avec la rivière Bow (Alberta). Plus tard cette année-là, lorsque la Police à cheval du Nord-Ouest, sous la conduite d’Éphrem-A. Brisebois, arriva pour ériger ce qui allait devenir le fort Calgary (Calgary), il était là pour construire des foyers en pierre dans les casernes et vendre du foin. En 1876, Glenn et un certain Sam Livingston commencèrent à exploiter une ferme, les premiers à le faire dans la région. En 1879, Glenn vendit sa ferme au commissaire du commerce avec les Indiens, Edgar Dewdney*, qui projetait d’en faire une ferme d’approvisionnement. La propriété comprenant deux maisons de troncs d’arbres et deux petits champs d’avoine et d’orge ainsi qu’une vache à lait et un veau fut vendue $360.

Glenn déménagea ensuite plus loin à l’ouest et devint squatter sur la rive sud du ruisseau Fish, à l’est du croisement de la piste Macleod. Il y établit le premier système d’irrigation dans les Prairies, fixant son propre lieu de dérivation et aménageant le système lui-même. Celui-ci irriguait ses champs et ceux de Samuel William Shaw qui se servait aussi de la dérivation pour exploiter une filature de laine.

Glenn devint un habitant dynamique, respecté et prospère de la région du fort Calgary. Sa ferme était un « modèle » que tous les notables de passage venaient voir, y compris le marquis de Lorne [Campbell*] en 1881. Premier résidant à demeure de l’endroit à acheter du terrain lorsque le chemin de fer canadien du Pacifique vendit, en 1883, des lots pour l’emplacement de la future ville de Calgary (érigée en 1884), Glenn compta parmi les fondateurs de la Calgary District Agricultural Society et en devint président en 1884. Champion inlassable des ressources agricoles de la région, il fut avec Livingston l’un des organisateurs d’une assemblée de protestation des colons qui eut lieu à sa ferme le 6 avril 1885. On fonda alors l’Alberta Settlers Rights Association et on rédigea des résolutions énergiques adressées à Ottawa en protestation contre les règlements régissant les baux, les restrictions concernant les exploitations rurales, les griefs des Métis et le manque de députés de l’Ouest au gouvernement.

Le 17 octobre 1885, John Glenn subit des blessures dans un accident causé par un attelage de chevaux emballés. Il mourut quelques mois plus tard, laissant dans le deuil sa veuve et six enfants.

Sheilagh S. Jameson

Glenbow-Alberta Institute, Canada North West Land Company papers, CPR townsite sales books, XXIV ; Simon John Clarke diaries, 1876–1886 ; Frank M. Crosby papers, 1863–1884 ; Patrick et William Glenn, « Biography of John Glenn, pioneer of pioneers (of Calgary and Mindapore district from 1873 to 1886) » ; Irrigation papers, W. L. Jacobson project, 1961–1964 : f.167 ; Samuel W. Shaw papers, 1885–1898.— Calgary District Agricultural Soc., District of Alberta information for intending settlers (Ottawa, 1884).— Canada, Parl., Sessional papers, 1879, VI : n7.— G. M. Grant, Ocean to ocean : Sanford Fleming’s expedition through Canada in 1872 [...] (Toronto et Londres, 1873 ; réimpr., Toronto, 1970), 267s.— Calgary Herald, 1883–1886.— Globe, 4 avril 1885.— Macleod Gazette and Alberta Live stock Record (Fort Macleod, Alberta), 1882–1886.— J. [C.] McDougall, On western trails in the early seventies ; frontier pioneer life in the Canadian north-west (Toronto, 1911).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Sheilagh S. Jameson, « GLENN, JOHN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 18 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/glenn_john_11F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/glenn_john_11F.html
Auteur de l'article:   Sheilagh S. Jameson
Titre de l'article:   GLENN, JOHN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1982
Année de la révision:   1982
Date de consultation:   18 décembre 2014