DCB/DBC Mobile beta
+

GOFFE, EDMUND, soldat et politicien, fils de Samuel et Hannah (Bernard) Goffe, né à Cambridge, Mass., vers 1670 ; il épousa Hannah Lynde, fille de Samuel Lynde, en mai 1696, puis, en secondes noces, le 24 juin 1728, Mme Mary Norden, veuve du colonel Nathaniel Norden, de Marblehead, Mass. ; mort sans descendant le 16 octobre 1740, à Cambridge.

Si l’on en juge par les amendes assez considérables qu’il reçut durant ses études à Harvard, Goffe semble avoir été « l’étudiant le plus turbulent de son temps » (C. K. Shipton). Comme il convenait à un membre d’une éminente famille du Massachusetts, Goffe commença sa carrière après avoir reçu son diplôme en 1692. Il remplit des emplois aussi divers que ceux d’agent de police et d’arpenteur. En 1710, il servit en qualité de lieutenant-colonel, sous Francis Nicholson, dans l’expédition contre Port-Royal (Annapolis Royal, N.-É.), mais ne s’y distingua guère. À son retour, il fut accusé devant les tribunaux d’avoir profité de sa situation pour commettre des fraudes aux dépens de la colonie. On le condamna, mais par la suite le jugement fut annulé. En 1711, Goffe participa aux préparatifs de l’expédition de Walker contre le Canada. Quatre ans plus tard, il fut un des deux délégués nommés pour négocier avec les Indiens de Cap Sable, qui avaient capturé environ 27 bateaux de pêche de la Nouvelle-Angleterre.

Comme représentant de Cambridge à la cour générale du Massachusetts en 1716, 1720 et 1721, Goffe fit partie d’un comité qui s’occupait des affaires indiennes. Il abandonna son siège à la cour générale en 1721 pour commander les forces envoyées contre les Indiens de l’Est. Il assuma cette fonction pendant trois ans environ jusqu’au jour où il fut de nouveau accusé de fraude. Pendant les dernières années de sa vie, il eut à affronter de grandes difficultés financières. En 1733, le gouverneur Jonathan Belcher parlait de lui comme « d’un pauvre malheureux sans ressources ». De sa carrière militaire, C. K. Shipton pensait que « les états de service du colonel Goffe au combat étaient moins remarquables que le système de corruption qu’il avait mis au point de même que certains de ses camarades officiers ».

Donald F. Chard

Journal of Colonel Nicholson at the capture of Annapolis, 1710, N.SHist. Soc. Coll., I (1878) : 69.— Journals of the House of Representatives of Massachusetts (25 vol., « Mass. Hist. Soc. pub. », Boston, 1919–1950), I : 48, 56, 58 ; III : 17.— N.SArchives, II.— Sylvester, Indian wars, III : 186s.— Shipton, Sibley’s Harvard graduates, IV : 57s.— L. R. Paige, History of Cambridge, Massachusetts, 1630–1877 (Boston, 1877), 403.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Donald F. Chard, « GOFFE, EDMUND », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 22 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/goffe_edmund_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/goffe_edmund_2F.html
Auteur de l'article:   Donald F. Chard
Titre de l'article:   GOFFE, EDMUND
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   22 octobre 2014