DCB/DBC Mobile beta
+

JACQUIÉS dit Leblond, JEAN, sculpteur et peintre, né dans la paroisse de Sainte-Catherine, à Bruxelles, en 1688, fils de Luc Jacquiés et de Barbe Segris (Seygris), décédé après 1724.

Arrive au pays vers 1712, il épousa à Montréal le 24 novembre 1715 Catherine Guillemote ; ils eurent au moins trois enfants.

Jacquiés dit Leblond œuvra surtout dans la region de Trois-Rivières. Le 28 juin 1716, il y entreprit l’autel de l’église des Ursulines ; le contrat porte la signature du père Joseph Denys, alors curé de cette ville. Le curé de Saint-François-du-Lac, Jean-Baptiste Dugast, lui commanda, le 23 février 1721, un tabernacle semblable « à celui qu’icelui Leblond a ci-devant fait aux Révérends Peres Récollets de cette ville [Trois-Rivières] et qui est à présent au maître-autel de leur église ». Outre le bois nécessaire, Jacquiés reçut 350# en monnaie et 20 livres de tabac.

Il ne reste de son œuvre de sculpteur que deux bas-reliefs destinés à la première église de Yamachiche, une madone et des fragments du tabernacle de Saint-François-du-Lac. Deux seuls tableaux nous permettent de juger de ses talents de peintre : Marie-Madeleine repentante et Madone tenant son enfant. Les deux bas-reliefs conservés représentent saint Joseph et saint Simon. On y remarque une absence d’artifices et un certain raidissement qui rappellent en quelque façon la naïveté des maîtres du moyen âge. La statue de la Vierge est plus détaillée sans être fignolée. L’ascendance flamande de l’artiste est plus évidente en ses peintures, qui conservent encore une certaine rigidité de composition qu’atténuent agréablement les drapés compliqués et les tons bien distribués.

Nous perdons la trace de Jacquiés après 1724, année où il fit baptiser un de ses enfants. Nous savons toutefois que sa femme revint mourir à Montréal en 1734.

Maurice Carrier

AJM, Registres d’état civil de la paroisse de Notre-Dame de Montréal, 1715, 141, 142, 154.— IOA, Cap-de-la-Madeleine, A–5, A–6 ; Trois-Rivières, A–9, 1311, B–12.— Tanguay, Dictionnaire, IV : 575.— Jouve, Les Franciscains et le Canada : aux Trois-Rivières, 76.— Morisset, La peinture traditionnelle au Can. fr., 38.— É.-Z. Massicotte, Quelques sculpteurs montréalais sous la domination française, BRH, XXXIV (1928) : 538–540.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Maurice Carrier, « JACQUIÉS Leblond, JEAN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/jacquies_jean_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/jacquies_jean_2F.html
Auteur de l'article:   Maurice Carrier
Titre de l'article:   JACQUIÉS Leblond, JEAN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   30 juillet 2014