DCB/DBC Mobile beta
+

MILLOY, DUNCAN, propriétaire et capitaine de bateaux à vapeur, né en 1825 (peut-être en août), en Écosse, quatrième fils d’Alexander Milloy, décédé le 20 octobre 1871 à Niagara, Ont.

Duncan Milloy fut élevé à Oban, dans le comté d’Argyll, en Écosse, mais il en partit en 1843 avec son père, devenu veuf, et ses six frères pour s’installer dans le comté de Brant, Canada-Ouest. Tous les frères firent carrière dans le transport maritime intérieur et Duncan fut immédiatement engagé sur les vapeurs de la Royal Mail Line qui assuraient la liaison entre Hamilton et Montréal. Le 25 novembre 1851, il épousa Euphemia Thompson, issue d’une famille intéressée à la navigation ; en 1862, ils quittèrent Toronto pour Niagara.

En 1853, Milloy prit le commandement du vapeur Chief Justice Robinson qui assurait le transport des passagers de Toronto à Niagara et Lewiston, New York, itinéraire qu’il devait parcourir pendant la plus grande partie de sa vie. Puis, en 1854, il commanda le Zimmerman, navire à aubes de 475 tonneaux luxueusement aménagé, estimé à $60 000, qui avait été lancé la même année aux chantiers de Louis Shickluna à Niagara ; ce bateau appartenait à la Erie and Ontario Railroad Company et assurait à Niagara la correspondance avec le service de cette compagnie. En 1858, Milloy commanda le Peerless qui assurait la liaison Toronto-Hamilton, mais il acheta le Zimmerman de la succession de Samuel Zimmerman* juste à temps pour la saison de 1859 et reprit le trajet Toronto-Niagara-Lewiston. Toutefois, en 1863, le Zimmerman brûla à quai à Niagara, tandis que son sifflet déchirait l’air lugubrement. Milloy présenta immédiatement à Shickluna les plans d’un bateau qu’il avait conçu lui-même et, le 20 avril 1864, le City of Toronto, navire de 221 pieds et de 512 tonneaux construit en chêne sec, glissa dans l’eau. À partir de 1855, les chemins de fer assurèrent le service sur le pourtour de la tête du lac Ontario et le besoin de bateaux pour transporter les passagers se fit moins sentir. À partir de 1861, Milloy fut le seul, sauf pendant une année, à effectuer la traversée.

Il semble que Duncan Milloy ait été beau, jovial et même fringant, le type même du capitaine qui assurait le service vers les chutes ; ce trajet, qui se déroulait dans une atmosphère élégante et internationale, représentait une vraie fête. Les Canadiens avaient une prédilection particulière pour cet itinéraire car il assurait le lien avec la côte est, ainsi qu’avec l’Europe puisqu’il était relié, à Lewiston, au New York Central Railroad. Le patron d’un navire de passage jouissait d’une grande considération au sein de la communauté. Il semble que Milloy, presbytérien et franc-maçon, entretint des rapports amicaux avec les chefs conservateurs, John A. Macdonald* et John Hillyard Cameron, mais il se devait de faire preuve de courtoisie à l’égard de tout le monde sans distinction de classes pour satisfaire les vacanciers et les amateurs de clair de lune qui louaient souvent son navire.

Milloy mourut en 1871 à Oban House, sa résidence de Niagara. Son fils aîné, William, fut le propriétaire et le patron du City pendant les deux saisons qui précédèrent son incendie en 1883. Un de ses frères, Donald*, qui fut pendant un temps commissaire du Zimmerman, dirigea par la suite des compagnies de navires à vapeur.

Barrie Dyster

APC, FM 26, A (Papiers Macdonald), pp. 258 203s. ; FO 5, C1, 1858, no 195.— Niagara Historical Society (Niagara), W. A. Milloy papers.— Globe (Toronto), en particulier 11 juill. 1867 et 21 oct. 1871.— J. of Education for Ont., XXIV (1871) : 187.— Caverhill’s Toronto city directory, for 1859–60 [...] (Toronto, [1859]).— Hutchinson’s Toronto directory, 1862–63 [...] (Toronto, s.d.).— Commemorative biog. record, county York, 627.— Erik Heyl, Early American steamers (5 vol., Buffalo, 1953–1967), II : 37 ; III : 353s. ; V : 61s.— Janet Carnochan, History of Niagara (in part) (Toronto, 1914).— Barlow Cumberland, A century of sail and steam on the Niagara River (Toronto, 1913).— History of the Great Lakes (2 vol., Chicago, 1899), 11 : 4.— Landmarks of Toronto (Robertson), II : 896, 915, 917.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Barrie Dyster, « MILLOY, DUNCAN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 31 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/milloy_duncan_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/milloy_duncan_10F.html
Auteur de l'article:   Barrie Dyster
Titre de l'article:   MILLOY, DUNCAN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   31 octobre 2014