DCB/DBC Mobile beta
+

MONTGOMERY, JOHN, constructeur de navires, négociant et homme politique, né le 12 mai 1800 à Fox Point, Île-du-Prince-Édouard, fils de Donald Montgomery et de Nancy Penman ; le 6 février 1834, il épousa Elizabeth Hamilton qui lui donna sept filles et un fils ; décédé le 9 janvier 1867 à Dalhousie, Nouveau-Brunswick.

Le père de John Montgomery fut magistrat dans le comté de Prince, Île-du-Prince-Édouard, et représentant du comté à l’Assemblée législative pendant plusieurs années. John fréquenta les écoles publiques de l’Île-du-Prince-Édouard puis s’établit au Nouveau-Brunswick ; il fut l’un des premiers habitants de Dalhousie, communauté qui vit le jour en 1826. En société avec son frère Hugh, il mit sur pied un chantier maritime ; ils se taillèrent une place de choix dans la construction navale et dans l’exportation du bois et du poisson. La forte expansion de l’exploitation forestière et de la construction navale sur les rives de la rivière Restigouche, qui avait débuté après l’incendie survenu dans la région de la Miramichi en 1825, stimula la colonisation et aboutit à la création du comté de Restigouche en 1837.

Montgomery prit une part active aux affaires publiques du comté de Restigouche et occupa plusieurs postes importants dans le comté et la localité. Il fut juge de paix, juge de la Cour inférieure des plaids communs, officier de milice, commissaire chargé de célébrer les mariages, commissaire des bouées et balises du port de Dalhousie, commissaire des marins malades et invalides et un des administrateurs de la Restigouche Grammar School. En 1848, 40 habitants du comté se plaignirent au lieutenant-gouverneur sir Edmund Walker Head du cumul des charges qu’exerçait Montgomery à son profit et à celui de ses amis. À cette époque, l’Assemblée avait entière autorité sur les affaires du comté et de la localité ; aussi Montgomery, à titre de membre de l’Assemblée, pouvait-il distribuer presque à sa guise les faveurs politiques dans le comté.

Montgomery connut une longue carrière politique au Nouveau-Brunswick. En avril 1843, il entra au Conseil exécutif dont il demeura membre jusqu’en février 1846 mais sans y exercer de fonction. La même année, il fut élu représentant du comté de Restigouche à l’Assemblée, puis réélu en 1850. Il fut à nouveau nommé membre du Conseil exécutif en février 1853 et il y demeura jusqu’à l’arrivée au pouvoir du gouvernement « smasher » en octobre 1854 [V. Charles Fisher*]. Il avait été réélu aux élections de 1854 et, en juillet 1856, il fut nommé arpenteur général et obtint un siège au Conseil exécutif. Il travailla sous le gouvernement de John Hamilton Gray* jusqu’en juin 1857, puis fut réélu à l’Assemblée en 1857 et en 1861. Il était partisan de la confédération et fut battu au cours des élections de mars 1865 qui se soldèrent par la victoire des opposants à ce projet. Il se retira ensuite de la politique.

Conservateur en politique, Montgomery s’opposa farouchement au suffrage universel ; il était d’avis que le droit de vote devait être fondé sur le cens électoral. Il se fit le défenseur du projet consistant à faire passer l’Intercolonial par la rive nord parce que, croyait-il, c’était un moyen d’attirer les colons et de favoriser le développement du commerce au nord-est du Nouveau-Brunswick.

Son fils William qui lui survécut fut représentant du comté de Restigouche à l’Assemblée législative de 1867 à 1874. Son petit-fils, William Scott Montgomery, fut le premier maire de Dalhousie lorsqu’elle fut érigée en municipalité en 1905.

Les efforts déployés par Montgomery pour le développement de l’exploitation forestière et de la construction navale sur les rives de la Restigouche et le rôle important qu’il joua dans les affaires publiques aux niveaux provincial et régional firent de lui, au xixe siècle, un personnage d’une certaine importance au Nouveau-Brunswick.

J. M. Whalen

APC, MG 27,1, D 15, Montgomery à Tilley, 9 juill. 1858, 8 nov. 1859, 13 nov. 1861, 10 nov. 1863.— PANB, J. C. et H. B. Graves, New Brunswick political biography (copie à la UNBL) ; Rex/px, 107, pp.5 446–5 451 (mfm aux APC).— PRO, CO 193/25–48, blue books, 1842–1865.— N.-B., House of Assembly, Debates, 1852, 1854–1855, 1857, 1860.— Thomas Pye, Canadian scenery : district of Gaspé (Montréal, 1866).— Campbellton Graphic (Campbellton, N.-B.), 4 mars 1915.— Daily Telegraph (Saint-Jean, N.-B.), 10 mai 1907.— Dalhousie News (Dalhousie, N.-B.), 25 août 1955.— Gleaner (Chatham, N.-B.), 29 avril 1834, 18 mars 1865, 12 janv. 1867.— Morning Telegraph (Saint-Jean, N.-B.), mars 1865, 24 janv. 1867.— Telegraph-Journal (Saint-Jean, N.-B.), 7 nov. 1940.— Commemorative biographical record, county York, 113.— CPC, 1869, 1871–1874.— The merchants’ and farmers’ almanack [...] (Saint-Jean, N.-B.), 1840–1841, 1843–1846, 1852–1853, 1855–1863.— New-Brunswick almanac, 1825–1836, 1842, 1849–1851, 1864–1866.— Prominent people of New Brunswick in the religions, educational, political, professional, commercial and social activities of the province ; also a brief historical and biographical reference to New Brunswickers of the past and to others of the province who have attained prominence elsewhere, C. H. McLean, compil. ([Saint-Jean, N.-B.], 1937).— G. B. MacBeath, The story of the Restigouche : covering the Indian, French, and English periods of the Restigouche area (Saint-Jean, N.-B., 1954).— Past and present of Prince Edward Island [...], D. A. MacKinnon et A. B. Warburton, édit. (Charlottetown, [1906]).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

J. M. Whalen, « MONTGOMERY, JOHN (1800-1867) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 31 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/montgomery_john_1800_1867_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/montgomery_john_1800_1867_9F.html
Auteur de l'article:   J. M. Whalen
Titre de l'article:   MONTGOMERY, JOHN (1800-1867)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   31 octobre 2014