DCB/DBC Mobile beta
+

NITAI'KIHTSIPIMI (One Spot ou One Spotted Horse), chef de la bande des Six Mouths des Gens-du-Sang, né vers 1848 dans ce qui est maintenant le sud de l'Alberta, fils d'Ahksatosi (Good Sun) ; il épousa Natsikapawayaki (Double Striker), Pitsiksimatapiaki (Snake Body), Emonisaki (Otter Woman), Sikanaskinaiaki (Black Mouse Woman) et Asayikan ; décédé en janvier 1928 dans la réserve indienne Blood, Alberta.

Le père de One Spot était parent de Red Crow [Mékaisto*], chef de la bande des Mangeurs-de-Poisson, mais, comme il avait un grand nombre de partisans, il forma sa propre bande au milieu du xixe siècle. Devenu guerrier, One Spot acquit surtout sa renommée en sauvant la vie de son frère. Celui-ci fut blessé pendant qu'ils battaient en retraite vers une colline au cours d'une escarmouche avec quelques Assiniboines. One Spot resta à ses côtés et empêcha leurs ennemis d'avancer en tirant sur eux jusqu'à ce que d'autres Gens-du-Sang aient installé des fortifications sur la colline. Puis, tandis que ses compagnons faisaient feu pour les couvrir, il aida son frère à se rendre dans un endroit sûr. Sa réputation était telle que, à la mort de son père, One Spot accéda au rang de chef, même s'il n'était que dans la vingtaine. Agé de 29 ans en 1877, à la conclusion du traité no 7, il en était probablement le plus jeune des signataires.

Même si les membres de la bande des Six Mouths s'étaient séparés des Mangeurs-de-Poisson, ils entretenaient des relations amicales et campaient souvent ensemble. Étant donné son jeune âge, le gouvernement s'attendait que One Spot encourage les siens à pratiquer l'agriculture et dissuade les jeunes gens de faire la guerre. En 1885, pendant la rébellion du Nord-Ouest, il unit ses efforts à ceux de Red Crow, alors grand chef principal de la tribu, pour empêcher de jeunes Gens-du-Sang de faire des raids à cheval. En 1886, Red Crow lui demanda de se rendre avec lui à Ottawa et à Brantford, en Ontario, dans le cadre d'une tournée organisée pour les chefs « loyaux ». À leur retour, l'agent des Affaires indiennes William B. Pocklington écrivit à propos de One Spot : « Sa visite, j'en suis convaincu, sera très bénéfique, vu qu'il a probablement plus d'influence sur les jeunes gens que bien d'autres. »

En 1887, One Spot accompagna son chef à la conclusion d'un traité de paix avec les Assiniboines et les Gros-Ventres. Pendant les négociations au fort Belknap (Belknap, Montana), il déclara : « Red Crow est notre chef principal et je viens après [lui]. » À la fin des années 1880, à cause de l'attention qu'il recevait de la part de Red Crow et de l'agent des Affaires indiennes, One Spot crut qu'il serait nommé chef principal du campement nord des Gens-du-Sang. Toutefois, le poste alla plutôt à Ksistsikoomina (Thunder Chief). Amer, One Spot s'associa à des dissidents qui contestaient l'autorité de Red Crow, ce qui fit dire à l'agent des Affaires indiennes qu'il était un « ronchonneur invétéré, jaloux du chef principal ».

En vieillissant, One Spot se retira de la politique tribale et se concentra sur la vie cérémonielle. En 1892 par exemple, il promit de faire une offrande à l'Esprit du Soleil pour garantir la santé de ses enfants et petits-enfants. L'ex-agent des Affaires indiennes Robert Nathanial Wilson assista à la cérémonie au cours de laquelle One Spot se fit peindre en ocre rouge de pied en cap, avec des taches noires sur les joues, le nez et le menton et des lignes noires autour des poignets et sur la figure. Après que d'autres membres de sa famille eurent été peints à leur tour, One Spot produisit une couverture écarlate décorée de plumes d'aigle et d'armoise. Attachée à un arbre, elle y fut laissée en guise d'offrande.

La tenue de cérémonie de One Spot était un mélange d'éléments modernes et traditionnels : haut-de-forme, chemise blanche, manteau de style militaire distribué par le gouvernement, jambières et mocassins ornés de perles. En outre, il avait « le visage peint de couleurs voyantes, la chevelure tressée avec soin et des anneaux aux oreilles ». Il perdit l'usage d'un œil vers le début du siècle, probablement à cause du glaucome – maladie endémique dans la tribu – et devint complètement aveugle quelques années plus tard.

À mesure que mouraient les chefs plus âgés, One Spot, ou Nitai'kihtsipimi, gagna du prestige à cause de sa participation à la signature du traité no 7. Dès 1907, un journal écrivait : « [il] a la particularité d'être le seul survivant indien parmi les signataires du traité de 1877 ». Comme les autochtones estimaient avoir conclu ce pacte avec la reine Victoria elle-même, One Spot put rencontrer son arrière-petit-fils, le prince de Galles, au cours de sa tournée canadienne en 1919. Bien qu'aveugle et usé par les ans, il aida le chef Mountain Horse à célébrer une cérémonie au cours de laquelle le prince reçut le titre de chef honoraire. Il mourut dans la semaine précédant le 20 janvier 1928 et fut inhumé dans la réserve indienne Blood « avec tous les honneurs funéraires réservés aux Indiens ».

Hugh A. Dempsey

Les détails concernant One Spot et la bande des Six Mouths ont été tirés d’entrevues que nous avons réalisées avec Frank Red Crow en mai 1954 et avec Jack Low Horn le 21 juillet 1954. [had.]

AN, RG 10, 1554 : 740–741 ; 1555 : 459 ; 3875, dossier 90299.— GA, M 4421, 285–291.— Calgary Herald, 7 août 1907, 20 janv. 1928.— Lethbridge Herald (Lethbridge, Alberta), 4 oct. 1919.— H. A. Dempsey, Red Crow, warrior chief (Saskatoon, 1980)

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Hugh A. Dempsey, « NITAI'KIHTSIPIMI (One Spot ou One Spotted Horse) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 25 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/nitai_kihtsipimi_15F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/nitai_kihtsipimi_15F.html
Auteur de l'article:   Hugh A. Dempsey
Titre de l'article:   NITAI'KIHTSIPIMI (One Spot ou One Spotted Horse)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 15
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   2005
Année de la révision:   2005
Date de consultation:   25 juillet 2014