DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

BURGESS, COLIN – Volume XIII (1901-1910)

décédé le 20 octobre 1905 à Toronto

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

Titre original :  Robert Walter Paterson (1876-1936)

Provenance : Lien

Paterson, Robert Walter, banquier, homme d’affaires, et officier dans la milice et dans l’armée, né le 22 octobre 1876 à Guelph, Ontario, fils de Robert P. Paterson, marchand, et de Wilhelmina Priscilla Cousens ; le 12 juin 1907, il épousa à Winnipeg Liley Drewry, et ils eurent deux fils et une fille ; décédé le 26 mars 1936 à St James (Winnipeg).

Robert Walter Paterson étudia d’abord dans des écoles publiques d’Evanston, dans l’Illinois, puis à l’Ottawa Collegiate Institute. En août 1894, à l’âge de 17 ans, il commença sa carrière commerciale comme commis subalterne au siège social de la Banque d’Ottawa pour subvenir aux besoins de sa mère veuve et de sa sœur, avec qui il vivait. Son travail lui valut la confiance de ses employeurs et, en octobre 1902, il fut muté à Winnipeg pour occuper un poste de comptable au bureau de la banque dans l’Ouest. Cette ville lui offrit de nouvelles possibilités d’avancement : en 1903, il quitta la banque pour remplir les fonctions de secrétaire, trésorier et directeur commercial de la Winnipeg Paint and Glass Company, fondée l’année précédente. L’entreprise fabriquait des miroirs, des fenêtres, des portes et des châssis, et vendait du bois d’œuvre, de la peinture et des articles de quincaillerie dans tout le Manitoba et le Nord-Ouest.

Tandis qu’il travaillait pour la Banque d’Ottawa, Paterson s’était engagé dans la milice et avait servi, en 1899, comme lieutenant dans le 43rd (Ottawa and Carleton) Battalion of Rifles. Il poursuivit son service militaire après son départ de l’Ontario. Lieutenant dans le 90th Regiment (Winnipeg Rifles), il fut promu capitaine le 1er avril 1906. Deux ans plus tard, on le muta à l’A Squadron d’une nouvelle unité, le 18th Mounted Rifles. En 1910, alors major et chef d’escadron du 18th Mounted Rifles, Paterson demanda instamment au gouvernement fédéral de mettre sur pied un vrai régiment de cavalerie à Winnipeg. Le 15 avril 1912, il reçut la permission de former le 34th Cavalry Regiment. Il conçut des uniformes colorés et divers insignes pour la nouvelle unité, mais, dans une série de lettres, le quartier-maître général rejeta ses propositions et finit par déclarer que les membres du 34th porteraient l’uniforme standard. En 1913, le régiment fut nommé le 34th (Fort Garry) Horse, d’après le fort historique au centre de Winnipeg [V. Nicholas Garry*]. Promu lieutenant-colonel le 19 mars 1913, le commandant Paterson dirigea ses hommes durant l’entraînement régulier et les camps d’été en 1913 et 1914.

En 1907, Paterson avait épousé Liley Drewry, fille des pionniers de Winnipeg Eliza et Edward Lancaster Drewry. Le père de Liley était propriétaire des brasseries Redwood et Empire, et l’un des brasseurs importants de l’Ouest canadien. En plus de ses fonctions commerciales et militaires, Paterson avait été l’un des fondateurs du St Charles Country Club en 1905 et membre du Club de Manitoba à partir de 1906. Il accepta le poste de trésorier du Royal Lake of the Woods Yacht Club au moment de sa constitution, en 1909. Ses intérêts commerciaux se développèrent : outre son travail à la Winnipeg Paint and Glass Company, il était président de la Manitoba Linseed Oil Company et de la Marble and Tile Company of Manitoba, et vice-président de la Northern Canadian Mortgage Company Limited. Il exerça également la fonction de secrétaire-trésorier de la Notre-Dame Investment Company, de la Hicks Construction Company et de la filiale locale de la Martin-Senour Company Limited. Ses relations s’étendirent au delà de la province : il fut secrétaire-trésorier de la Calgary Paint and Glass Company, de l’Edmonton Paint and Glass Company et de l’Alberta Mortgage Company.

En septembre 1914, après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, Paterson prit les commandes du 6th Battalion, unité d’infanterie composée principalement de membres de la cavalerie de la milice, notamment du 34th (Fort Garry) Horse. Désireux de voir ses troupes intégrées au premier contingent du Corps expéditionnaire canadien à partir pour l’Angleterre, il leur fit relever leurs manches bien au-dessus du coude et accentuer le balancement de leurs bras durant un défilé en l’honneur du major-général Samuel Hughes*, ministre de la Milice et de la Défense.

Paterson resta à la tête du 6th Battalion en Angleterre et obtint, en janvier 1915, qu’il devienne une brigade de cavalerie. L’unité servit de réserve pour la Brigade de cavalerie canadienne jusqu’en janvier 1916, puis redevint le Fort Garry Horse et se rendit en France, sous la conduite de Paterson. Ce dernier dirigea les « Garrys » au front durant 28 mois. Le général John Edward Bernard Seely, commandant britannique de la Brigade de cavalerie canadienne, jugea que Paterson possédait les qualités requises pour accéder à un rang supérieur et le préféra, comme successeur, à deux colonels d’autres régiments de la brigade qui avaient fait partie de l’armée permanente. Paterson, promu brigadier-général le 20 mai 1918, commanderait dès lors la brigade jusqu’à son démantèlement, à son retour au Canada, en mai 1919.

En septembre 1917, Paterson obtint la première de plusieurs décorations. Il avait conçu le plan d’un raid sur une section de la tranchée ennemie. Couronnée d’un grand succès, l’opération devint un modèle étudié par un certain nombre d’officiers britanniques et indiens. Paterson reçut l’ordre du Service distingué pour souligner sa « remarquable bravoure et [son] sens du devoir ». La citation accompagnant cette récompense précisait : « Par ses reconnaissances audacieuses et son organisation minutieuse, il avait assuré le succès d’un raid contre quatre lignes de défense ennemies. Il [était] lui-même allé en reconnaissance du point d’attaque au mépris total de sa propre sécurité. » Le gouvernement français lui décerna la croix de Guerre pour la direction d’une attaque au Bois des Essarts, à l’ouest de Noyon, le 27 mars 1918. En juin 1919, il fut nommé compagnon de l’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges pour ses états de service en temps de guerre.

En 1919, rentré à Winnipeg, Paterson embrassa la cause des soldats de retour au pays et devint administrateur du Manitoba Canteen Fund. Ce poste lui permit de rencontrer beaucoup d’autres vétérans, qu’il aida toujours de son mieux. Il resta dans la milice, participa à la réorganisation du Fort Garry Horse en temps de paix et dirigea la 6th Mounted Brigade jusqu’à sa retraite, en 1924. Ses longues années de service lui avaient valu, en 1922, la décoration pour officiers des forces auxiliaires coloniales. Il était membre de la Fort Garry Horse Association et soutenait le Blue & Gold, magazine du régiment.

En 1924, Paterson contribua à la création et assuma la présidence de l’« On-to-the-Bay » Association, qui visait à encourager l’achèvement du chemin de fer de Winnipeg à Churchill. En 1926, il fonda la Northern Paint Company Limited et la Northern Soap Company, et fut président et directeur général de ces deux entreprises. En outre, avec William Edgar Lough, il créa la Lough and Paterson, société financière et immobilière. Actif comme toujours, à la fin des années 1920, il assuma la présidence du Winnipeg Real Estate Board, de la Manitoba Rifle Association et de la Canadian Cavalry Association. Pendant les dernières années de sa vie, il adhéra au Winnipeg Winter Club, au Tuxedo Riding Club, à l’Oakland Shooting Club et au Western Canada Military Institute.

Admis au Deer Lodge (Veterans) Hospital le 22 mars 1936, Robert Walter Paterson y mourut quatre jours plus tard. Il fut inhumé avec tous les honneurs militaires ; placé sur un affût de canon, son cercueil recouvert d’un drapeau était escorté par des officiers supérieurs et suivi de son cheval, aux étriers duquel on avait fixé des bottes d’équitation à l’envers. Le cortège était précédé d’un peloton de tir de 50 hommes et des musiciens de la Princess Patricia’s Canadian Light Infantry. La dépouille du brigadier-général Paterson repose au cimetière St John de Winnipeg.

Gordon T. Crossley

BAC, Déclarations de recensement du Canada de 1911, Manitoba, dist. Winnipeg (Cité) (24), sous-dist. Winnipeg (8) : 18 ; R180-76-5, boîte 7649-2 ; R233-37-6, Ontario, dist. Ottawa (Cité) (100), sous-dist. Quartier centre (B) : 3 ; R611-371-2.— Winnipeg Free Press, 27 mars 1936.— Blue & Gold (Winnipeg), juillet 1936, juillet 1937.— George Bryce, A history of Manitoba : its resources and people (Toronto et Montréal, 1906).— J. S. McMahon, « Deeds not words : a history of the Fort Garry Horse, 1912–1936 » (texte dactylographié, 1937 ; exemplaire au Fort Garry Horse Museum and Arch., Winnipeg).— Pioneers and prominent people of Manitoba, Walter McRaye, édit. (Winnipeg, 1925).— F. H. Schofield, The story of Manitoba (3 vol., Winnipeg, 1913), 2.

Bibliographie générale

FR:Citations

Gordon T. Crossley, « PATERSON, ROBERT WALTER », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 16, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 oct. 2017, http://www.biographi.ca/fr/bio/paterson_robert_walter_16F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/paterson_robert_walter_16F.html
Auteur de l'article:   Gordon T. Crossley
Titre de l'article:   PATERSON, ROBERT WALTER
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 16
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   2017
Année de la révision:   2017
Date de consultation:   20 octobre 2017