DCB/DBC Mobile beta
+

RICHARD, dit Lafleur, GUILLAUME (intitulé sieur de La Fleur), soldat du régiment de Carignan-Salières et capitaine de la milice canadienne, il fut aussi marguillier ; né en 1641, fils de Jean Richard, marchand de graine, et de sa femme, Anne Meusnier, de Saint-Léger, évêché de Saintes, en France ; mort en 1690.

Selon une solide tradition familiale, Richard serait descendant de John Richards, un Gallois qui, comme membre de la garde du corps, aida le roi de France, Charles IX, à s’enfuir à travers les jardins du palais pendant le terrible massacre de la Saint-Barthélemy, le 24 août 1572.

Richard s’enrôla de bonne heure dans l’armée française et s’inscrivit au régiment de Carignan-Salières dès sa formation en 1664. Le dernier jour de mai de l’année suivante, il partait pour la Nouvelle-France avec son régiment, en tant que soldat de la compagnie de Roger de Bonneau de La Varenne, et débarquait le 19 août après une longue et violente traversée. Deux ans plus tard, lorsque son régiment rentra en France, Richard décida de rester au Canada. Peu après, on le nommait sergent dans les troupes canadiennes, et il accompagna le gouverneur de Frontenac [V. Buade] à Cataracoui, où ils fondèrent le fort Frontenac en 1673. Lorsque les Français retournèrent à Québec, il demeura à Cataracoui comme premier commandant du nouveau poste. Richard conserva ces fonctions jusqu’au retour de Cavelier de La Salle, en 1675, et, d’après un recensement de la garnison du fort, il s’y trouvait encore au mois de septembre 1677. Peu de temps après, il devenait sergent de la garnison de Montréal. En 1684, il était lieutenant de la compagnie d’avant-garde de ce poste et il fut par la suite capitaine de milice dans la paroisse de Pointe-aux-Trembles, à Montréal, où il résida jusqu’en 1679. Guillaume Richard, dit La Fleur, mourut en brave le 2 juillet 1690 près du Bout-de-l’Île de Montréal, lorsque son petit détachement de 25 hommes fut écrasé par une bande de guerriers iroquois. Six jours plus tard, les morts furent enterrés hâtivement sur les lieux mêmes du combat. En 1694, leurs restes furent exhumés pour être inhumés de nouveau au cimetière de Pointe-aux-Trembles.

Le fils de Richard, Jean-Baptiste, qui était interprète, épousa Marie-Anne, fille de Pierre You* de La Découverte – associé de La Salle dans ses explorations du Mississipi – et d’Élisabeth, Indienne de la tribu des Miamis. La fille de Jean-Baptiste, Suzanne, épousa Gilbert Parant, marchand et interprète à Détroit. Le fils de Jean-Baptiste, Jean*, né en 1721, fut, selon la tradition, blessé et fait prisonnier par des Indiens de l’Ouest ; il s’évada trois ans plus tard et réussit à regagner les établissements des Blancs sur le cours inférieur de la rivière des Hollandais (Mohawk). Il fut à son tour interprète au service des troupes loyalistes lors de la guerre de la Révolution et, une fois la paix revenue, il s’établit sur la baie de Kenté (Quinté), où il mourut en 1807.

H. C. Burleigh

AN, Col., C11A, 6, État des soldats de l’avant-garde, 14 août 1684.— United Empire Loyalist Assoc. Archives, succursale de la baie de Quinté, Récit de John C. Richards, 1875.— É.-Z. Massicotte, Faits curieux de lhistoire de Montréal (Montréal, 1922), 184–188, 195s.— Régis Roy et Malchelosse, Le Régiment de Carignan, 67s., 72, 100.— Royal Fort Frontenac (Preston et Lamontagne), 108–114, 124, 348, 467.— Tanguay, Dictionnaire, I : 516, 591 ; VI : 237, 555, 557 ; VII : 491.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

H. C. Burleigh, « RICHARD, Lafleur, GUILLAUME », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 19 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/richard_guillaume_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/richard_guillaume_1F.html
Auteur de l'article:   H. C. Burleigh
Titre de l'article:   RICHARD, Lafleur, GUILLAUME
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   19 décembre 2014